La bataille présidentielle lancée sur les cendres encore brûlantes des régionales

le service politique et les bureaux de l'AFP
placeholder

Les élections régionales sont à peine bouclées que la bataille pour la présidentielle a déjà démarré lundi, poussée notamment par Emmanuel Macron parti défendre la relance sur les terres de Xavier Bertrand, candidat à droite déjà déclaré pour 2022.

Désireux de tourner la page d'un scrutin calamiteux pour la majorité présidentielle et des spéculations sur un éventuel remaniement, le chef de l'Etat a annoncé au magazine Elle qu'il ne changerait pas son Premier ministre Jean Castex "dans les prochains mois", alors qu'il en reste 10 avant la présidentielle.

Avec une abstention vertigineuse - autour de 66% -, difficile de tirer des enseignements du second tour de ce scrutin local pour la présidentielle, soulignent toutefois les politologues.

Les 15 à 20 millions d'électeurs qui se sont abstenus dimanche et voteront en 2022 vont "peser de manière déterminante" sur le scrutin présidentiel, souligne Dominique Reynié, directeur général de la Fondation pour l'innovation politique. Or, étant issus "plutôt des catégories populaires et moyennes", ils diront "sans doute (leur) insatisfaction plutôt que leur contentement", a-t-il prédit sur Europe 1.

placeholder

Pour LREM, les régionales ont marqué une déroute: absence au premier tour en Paca, élimination dans les Hauts-de-France, en Auvergne-Rhône-Alpes ou en Occitanie, faibles scores là où il était parvenu à concourir.

Mais Emmanuel Macron semble résolu à vite tourner la page pour se projeter dans la campagne de 2022.

Occupant le terrain économique, il a visité dès lundi matin une usine de batteries électriques à Douai (Nord), notamment en compagnie de... Xavier Bertrand, président des Hauts-de-France et candidat déclaré à la présidentielle.

- "Match à trois" -

placeholder

"Félicitations et heureux de vous retrouver ici", a lancé le président à M. Bertrand à son arrivée. "C'est une étape, mais on sait tous ce qu'il y a derrière", a-t-il poursuivi.

Quant à l'abstention, sur laquelle l'interrogeait le président de région fraîchement réélu, "elle dit beaucoup de choses. On aura tous à en tirer les conséquences", a considéré le chef de l'Etat.

Le président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand doit annoncer mardi des initiatives pour tenter de regonfler la participation aux élections.

Xavier Bertrand, qui avait conditionné la concrétisation de ses ambitions présidentielles à sa réélection, a, lui, tenu son pari, avec un score de plus de 52%.

Dès dimanche soir, il a dit vouloir aller à "la rencontre de tous les Français", alors que pour lui "la présidentielle est désormais un match à trois", le match "à deux" Macron/Le Pen ayant "du plomb dans l'aile".

Et tôt lundi matin, tout en s'affichant sur Twitter au volant d'une 4L estampillée "Présidence de la République", il a appelé la présidente réélue de l'Ile-de-France Valérie Pécresse (Libres!, ex-LR) et son homologue en Auvergne-Rhône-Alpes Laurent Wauquiez (LR) à former "une belle équipe" avec lui pour 2022.

Réponse de l'intéressée dans la foulée: "Pour moi tout commence aujourd'hui". Notant qu'"il n'y a pas d'homme providentiel aujourd'hui", Mme Pécresse, forte d'un score de 45,9% dimanche, a d'ailleurs donné rendez-vous après l'été pour savoir si elle sera candidate ou pas.

Le chef du LR, Christian Jacob, a annoncé lundi que la droite déciderait le 30 septembre de son "système de départage", qui serait ensuite soumis à un congrès militant.

- "Plafond vert" -

Quant à Laurent Wauquiez (55,2% en Auvergne-Rhône-Alpes), il refuse "ces espèces de course de vitesse où à peine élu, on passe à autre chose".

La droite peut par ailleurs se satisfaire des victoires de Jean Rottner (40,3%) dans le Grand Est et Hervé Morin (44,3%) en Normandie, mais surtout de celle du sortant Renaud Muselier en Paca qui l'a emporté largement avec 57,3 % des suffrages face au RN Thierry Mariani (42,7%).

Au RN, c'est la déception. Comme en 2015, le parti d'extrême droite, qui espérait enclencher une dynamique en vue de la présidentielle, a échoué à emporter une région, y compris Paca, qui était sa meilleure chance.

Sa présidente Marine Le Pen a toutefois donné "rendez-vous aux Français, dès demain, pour construire tous ensemble l'alternance dont la France a besoin".

Au final, les régionales ont vu la réélection des treize présidents de régions métropolitaines sortants, qu'ils soient de droite et du centre (sept régions) ou de gauche (cinq régions).

placeholder

A gauche, après des régionales qui ont conforté un ancrage territorial socialiste, le PS et les écologistes se disputent la légitimité à rassembler derrière eux la gauche non-mélenchoniste.

Le numéro un du PS Olivier Faure a estimé qu'il existait un "plafond de verre, ou même un plafond vert" alors que le patron EELV Julien Bayou a estimé que l'écologie était "la seule force en dynamique".

placeholder

Alain Rousset en Nouvelle-Aquitaine (39,5%), Carole Delga en Occitanie (57,8%), François Bonneau en Centre-Val de Loire (39,15%), Marie-Guite Dufay en Bourgogne-Franche-Comté (42,2%) et Loïg Chesnais-Girard en Bretagne (29,8%) ont tous fini en tête, même si ce dernier n'aura qu'une majorité relative.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

logo AFP