Au moins 16 morts dans l'immeuble effondré de Floride, 147 disparus

Chris STEIN avec Daxia ROJAS à Washington
placeholder

Près d'une semaine après l'effondrement soudain d'un immeuble du front de mer de la Floride, le bilan s'est encore alourdi mercredi, passant à 16 morts, tandis que 147 personnes sont toujours portées disparues, l'espoir de retrouver des survivants diminuant chaque jour un peu plus.

"Nous avons trouvé quatre nouvelles victimes. Le nombre de morts est de 16", a indiqué mercredi la maire du comté de Miami-Dade, Daniella Levine Cava, lors d'une conférence de presse.

147 personnes sont par ailleurs toujours manquantes, a-t-elle ajouté. Parmi elles, figurent des dizaines de Latino-Américains originaires d'Argentine, de Colombie, du Paraguay, du Chili et de l'Uruguay.

La majeure partie de l'édifice de douze étages, baptisé Champlain Towers, s'est écroulée jeudi vers 01H20 du matin dans un nuage de poussière, provoquant l'une des plus graves catastrophes urbaines de l'histoire des Etats-Unis.

placeholder

Si les équipes de secours ont découvert de nouveaux tunnels dans les gravats, l'espoir de trouver des survivants au septième jour des recherches se fait désormais très "faible", selon le colonel Golan Vach, commandant de l'unité de sauveteurs israéliens qui prêtent main forte aux secours américains, mercredi matin sur CNN.

Plus de 1.300 tonnes de béton ont déjà été fouillées.

Deux grandes grues sont utilisées pour retirer prudemment les débris. Les pompiers qui travaillent nuit et jour dans la chaleur et l'humidité sont épaulés par des technologies de recherches par l'image et par le son pour localiser des poches d'air où auraient pu se réfugier des victimes.

placeholder

Un mémorial de fortune a été érigé sur le site et des membres de l'équipe de basket NBA des Miami Heat devraient venir y déposer des fleurs mercredi.

Accompagné de sa femme Jill Biden, le président américain se rendra jeudi sur les lieux du drame pour remercier les équipes de secouristes et rencontrer les familles pour qui l'attente paraît interminable et le besoin de réponses de plus en plus urgent.

- Dégradations et dommages structurels -

Un rapport portant sur l'état de l'immeuble notait dès 2018 des "dommages structurels majeurs", ainsi que des "fissures" dans le sous-sol du bâtiment, selon des documents publiés par la ville de Surfside.

La publication mardi d'une lettre datée d'avril de la présidente de l'assemblée des copropriétaires, s'alarmant de l'état de l'immeuble, a aussi alimenté le débat pour savoir si la catastrophe aurait pu être évitée.

placeholder

Le bâtiment souffrait de "dégradations" qui "s'accéléraient", alertait-elle, selon la missive dévoilée par plusieurs médias américains.

Il est par ailleurs peu probable que le changement climatique puisse expliquer l'effondrement de l'immeuble, selon Stephen Leatherman, spécialiste des plages, interrogé par l'AFP.

"Les ouragans, l'érosion des plages, les inondations inquiètent beaucoup ici. Mais l'effondrement d'un bâtiment, c'est nouveau. Nous n'avons jamais vu cela avant, surtout pour un grand immeuble", souligne-t-il.

placeholder

Cet expert s'interroge toutefois sur la qualité du sable utilisé pour le béton et se demande si les constructeurs avaient installé assez d'armatures pour renforcer la structure bétonnée.

Une loi adoptée en 1982 requiert de creuser et de couler une base en béton sous les fondations des immeubles, mais l'érection de la Champlain Towers South a été achevée en 1981.

Les autorités locales ont promis une enquête "poussée" sur les causes de cet effondrement meurtrier mais celle-ci prendra probablement des mois.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

logo AFP