Coulée de boue au Japon: 7 morts et 27 personnes toujours recherchées

Hiroshi HIYAMA
placeholder

La gigantesque coulée de boue qui a dévasté samedi la ville côtière d'Atami (centre du Japon) a fait sept morts et 27 personnes supplémentaires manquaient toujours à l'appel, selon un nouveau bilan provisoire des autorités locales mardi.

Le nombre de personnes qui habitaient potentiellement le secteur dévasté et dont les autorités étaient initialement sans nouvelles était monté lundi jusqu'à plus d'une centaine. Mais beaucoup de ces personnes ont pu être depuis localisées et déclarées saines et sauves.

La municipalité d'Atami a peiné à établir une liste fiable des victimes potentielles de la catastrophe, car de nombreuses maisons de cette station balnéaire sont utilisées comme résidences secondaires, et des habitants âgés résident parfois ailleurs, notamment dans des établissements spécialisés.

La fenêtre de 72 heures après la catastrophe - critique selon des experts pour espérer encore retrouver des personnes en vie - s'est refermée mardi en fin de matinée.

"Plus le temps passe, plus il est difficile de secourir les gens, mais nous allons poursuivre nos recherches en essayant de sauver autant de vies que possible", a déclaré à l'AFP Takamichi Sugiyama, un porte-parole du département de Shizuoka dont Atami fait partie.

Le maire de la ville, Sakae Saito, a dit pour sa part "prier pour que nous puissions retrouver autant de personnes que possible".

Les autorités avaient annoncé lundi qu'une des victimes identifiées était Chiyose Suzuki, âgée de 82 ans, décédée à l'hôpital où les sauveteurs l'avaient transportée.

Son fils aîné Hitoshi, 56 ans, a déclaré à l'agence Kyodo qu'il regrettait de ne pas avoir emmené sa mère, qui avait des difficultés à marcher, lorsque la police leur avait demandé d'évacuer le domicile.

"J'aurais dû y retourner et la sortir de là moi-même", s'est-il désolé.

- Traînée de boue de 2 km -

Le glissement de terrain s'est produit samedi après plusieurs jours de pluies intenses sur Atami, une ville bâtie à flanc de montagne à une centaine de kilomètres au sud-ouest de Tokyo, et ses environs.

placeholder

La coulée de boue, qui a déferlé en plusieurs vagues dévastatrices, a emporté sur son passage des pylônes électriques, enfoui des véhicules et arraché des maisons de leurs fondations, détruisant ou endommageant 130 bâtiments au total.

Trois jours après la catastrophe, Atami présentait encore un spectacle de désolation avec des habitations éventrées, des voitures renversées et des rues impraticables.

Des images filmées par des hélicoptères montraient mardi une longue traînée de boue et de gravats d'environ deux kilomètres de long descendant jusqu'à la mer.

Quelque 1.100 secouristes étaient revenus dans la zone tôt mardi matin en tentant de se frayer un chemin parmi les débris.

Une grande partie du Japon est actuellement en pleine saison des pluies, qui provoquent souvent inondations et glissements de terrain.

placeholder

Selon des scientifiques, le phénomène est accentué par le changement climatique car une atmosphère plus chaude retient davantage d'eau, accroissant le risque et l'intensité de précipitations extrêmes.

Atami avait reçu vendredi et samedi 313 mm de pluie au total, alors qu'elle enregistre en moyenne chaque année 242 mm pour l'ensemble du mois de juillet.

hih-si-mac-etb/sg

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

logo AFP