Les JO de Tokyo se tiendront presque entièrement à huis clos face au Covid-19

Shingo ITO
placeholder

C'est un nouveau coup dur pour les "Jeux de la pandémie": les Jeux olympiques de Tokyo (23 juillet-8 août) se dérouleront essentiellement à huis clos, face à la recrudescence du coronavirus au Japon, ont annoncé jeudi les organisateurs et autorités japonaises.

"Nous sommes tombés d'accord sur le fait qu'il n'y aura pas de spectateurs dans les sites à Tokyo", a déclaré la ministre des Jeux olympiques Tamayo Marukawa à l'issue d'une réunion avec toutes les parties prenantes aux JO, dont le Comité international olympique (CIO).

La plupart des sites des JO sont situés dans la capitale japonaise. Les compétitions se déroulant dans trois départements voisins (Chiba, Saitama et Kanagawa) seront aussi fermées au public, ont précisé ultérieurement les organisateurs.

Des épreuves prévues dans d'autres départements, dont Fukushima et Miyagi (nord-est) ou Shizuoka (centre) accepteront des spectateurs, mais de façon limitée.

Rien n'a été épargné à ces JO de Tokyo: de leur report d'un an l'an dernier au renoncement en mars de cette année aux spectateurs venant de l'étranger, une décision inédite dans l'histoire des JO là aussi.

Ces annonces interviennent quelques heures après la décision du gouvernement nippon de remettre en place un état d'urgence sanitaire à Tokyo à compter de lundi jusqu'au 22 août, un dispositif qui englobera ainsi toute la période des JO, alors que la ville recense actuellement environ 900 cas de Covid-19 par jour.

- "Un crève-coeur" -

"Je pense que nous pouvons organiser des Jeux en toute sécurité grâce à ces mesures", avait estimé plus tôt dans la journée le Premier ministre japonais Yoshihide Suga.

"Nous devons renforcer les mesures pour éviter que les infections ne se propagent à nouveau dans tout le Japon, compte tenu de l'impact des nouveaux variants", avait ajouté M. Suga, alors que le variant Delta, plus contagieux, représenterait désormais environ 30% des cas au Japon.

placeholder

"Nous soutiendrons toutes les mesures qui permettent d'avoir des Jeux olympiques et paralympiques en toute sécurité pour les Japonais et pour les participants", avait aussi expliqué en début de soirée le président du CIO Thomas Bach, arrivé jeudi au Japon mais obligé d'observer une quarantaine de trois jours.

La présidente de Tokyo-2020, Seiko Hashimoto, a de son côté déclaré que "les JO de Tokyo devaient être une opportunité rare de ressentir le pouvoir du sport dans des stades pleins de supporteurs. Mais nous faisons face à une expansion de cas de coronavirus. Il est extrêmement regrettable que nous soyons contraints d'organiser cet événement d'une façon aussi limitée".

La gouverneure de Tokyo, Yuriko Koike, a estimé que ce choix était un "crève-coeur", tout en appelant le public à suivre les Jeux à domicile, "de manière sûre". Une décision sur le public aux Paralympiques (24 août-5 septembre) sera prise après les JO, a-t-elle précisé.

Le CIO a publié un communiqué conjoint avec le comité international paralympique pour faite part de son soutien à "cette décision dans l'intérêt de Jeux sûrs et sans danger pour tout le monde", tout en "regrettant profondément pour les sportifs et spectateurs que ces mesures aient dû être prises".

Au Japon, les mesures d'état d'urgence sont beaucoup moins strictes que les confinements imposés ailleurs dans le monde, consistant surtout à demander aux bars et restaurants de fermer plus tôt et à limiter le nombre de spectateurs d'événements sportifs ou culturels.

- Mesures draconiennes -

En juin, les organisateurs des JO avaient décidé d'autoriser les spectateurs locaux à 50% des capacités d'un site, avec un plafond de 10.000 personnes. Mais ils avaient prévenu que ces restrictions pourraient être durcies, jusqu'à un huis clos, si la situation sanitaire s'aggravait de nouveau au Japon.

Quelque 11.000 sportifs sont attendus à Tokyo, où des mesures draconiennes anti-Covid ont été imposées pour tous les participants.

placeholder

Alors que l'archipel nippon a été relativement épargné jusqu'ici par la pandémie de Covid-19, avec environ 14.900 décès officiellement recensés depuis début 2020, son programme de vaccination n'a accéléré qu'à partir de mai.

À peine plus de 15% de la population a été entièrement vaccinée jusqu'à présent, et des experts craignent que le variant Delta ne provoque une nouvelle vague susceptible de submerger les hôpitaux du Japon, qui a déjà connu trois états d'urgence depuis l'année dernière.

Le relais de la flamme olympique, qui a été interdit sur la voie publique dans la majeure partie du Japon, se déroulera également à huis clos à partir de vendredi dans la capitale, où des cérémonies très limitées sont prévues à la place jusqu'aux Jeux.

Mardi, les organisateurs des JO avaient déjà annoncé qu'ils demanderaient au public de "s'abstenir" d'assister aux épreuves du marathon et de la marche, organisées à Sapporo (nord du Japon).

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

logo AFP