À Madrid, le chef de la diplomatie française calme le jeu avec l'Espagne sur le tourisme

Christian CHAISE et Álvaro VILLALOBOS
placeholder

Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a calmé le jeu avec l'Espagne vendredi au cours d'une brève visite à Madrid, appelant les Français qui veulent passer leurs vacances dans ce pays à se faire vacciner mais évitant soigneusement de leur déconseiller de s'y rendre

M. Le Drian, qui parlait pendant une conférence de presse aux côtés de son homologue espagnole Arancha González Laya au terme d'un entretien de deux heures, a ainsi implicitement désavoué son secrétaire d’État aux Affaires européennes, Clément Beaune. Celui-ci avait conseillé la veille aux Français d’"éviter l’Espagne et le Portugal" en raison de la très forte hausse du nombre des cas de Covid-19 qui y était enregistrée et de rester en France pour leurs congés d'été.

M. Beaune avait même évoqué "des mesures renforcées" à l'encontre de ces deux pays, où le variant Delta du virus fait des ravages parmi les jeunes.

- "Pas de protectionnisme touristique" -

Interrogé sur le message de Paris aux Français projetant d'aller passer leurs vacances en Espagne, M. Le Drian a lancé : "vaccinez-vous : le vaccin, c'est la porte d'entrée de l'Espagne".

A l'heure actuelle, seul un test(antigénique ou PCR) effectué moins de 48 heures avant l'arrivée leur est demandé pour entrer en Espagne.

"Pour être vacancier, il faut être vacciné", a-t-il poursuivi, soulignant également qu'il était "hors de question" pour la France de montrer du doigt un pays en particulier, dans la lutte contre la pandémie.

"Il n'y a pas de protectionnisme touristique de la part de la France, il y a une volonté de protection sanitaire", a poursuivi M. Le Drian, dont c'était les premières déclarations depuis les propos controversés de son secrétaire d'Etat aux Affaires européennes.

Ces propos avaient suscité à la fois inquiétude et désapprobation en Espagne, où le tourisme, comme l’a rappelé Mme González Laya, contribue à hauteur de 13% au PIB.

Les Français constituent une clientèle très importante pour le secteur touristique espagnol, notamment en Catalogne (nord-est), qui se trouve être l'une des régions en Espagne où l'explosion des cas de Covid-19 est la plus forte, au point que le gouvernement catalan a dû ordonner la fermeture à compter de vendredi soir des discothèques et autres lieux de divertissement opérant dans un espace clos.

Pour sa part, la cheffe de la diplomatie espagnole a enfoncé le clou avec force en affirmant, en français, qu’il n’y avait "pas de raison pour annuler les vacances en Espagne".

- "En proie à la panique" -

"Il y a lieu d’être prudents et surtout d’aller se faire vacciner", a-t-elle dit, ajoutant, dans une référence implicite aux propos de M. Beaune, que "ce qui est important, c'est de ne pas prendre des décisions en proie à la panique".

Mme González Laya a insisté sur le fait qu'il fallait "rester prudents" mais a aussi souligné que "nous ne sommes pas dans la même situation que lors des vagues antérieures" de la pandémie, "parce qu'une grande partie de notre population est vaccinée".

placeholder

Dans le contexte européen, l'Espagne affiche effectivement de bons résultats en matière de vaccination vendredi : 58% des 47,5 millions d'habitants ont reçu au moins une dose d'un vaccin et 43,3% ont été complètement vaccinés.

Mais l'Espagne pâtit de la stratégie de vaccination qu'elle a choisie à la fin de l'an dernier, qui consiste à vacciner par tranches d'âges successives, gardant les plus jeunes pour la fin.

A l'heure actuelle, seule une poignée de régions ont ainsi pris la décision d'ouvrir la vaccination aux moins de 30 ans.

Dans la région de Madrid, par exemple, les jeunes de 16 ans et plus pourront prendre un rendez-vous pour se faire vacciner à partir de la semaine prochaine.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

logo AFP