Somalie: cinq morts dans un attentat des shebab contre un chef de la police

AFP
placeholder

Au moins cinq personnes ont été tuées samedi à Mogadiscio dans un attentat suicide à la voiture piégée visant un chef de la police somalienne, qui n'a pas été touché, a indiqué la police.

L'attaque, qui visait le chef de la police de la région de Benadir, qui inclut la capitale, a été revendiquée par le mouvement jihadiste Shebab, lié à Al-Qaïda, qui combat le régime somalien depuis plus de quinze ans.

"Le commissaire Fahran Mohamud est indemne, mais cinq personnes ont été tuées et neuf blessées", a affirmé Sadiiq Dudish, un porte-parole de la police somalienne.

Le kamikaze à bord de la voiture piégée a visé le convoi du commissaire Farhan Mohamud à un carrefour très fréquenté de la capitale somalienne.

"L'objectif des terroristes était d'atteindre le commandant de police et d'autres officiers avec lui et tout civil qui se trouvait présent", a assuré le porte-parole.

Cet officier, qui dirigeait précédemment une unité spéciale de la police chargée de mener des opérations contre les shebab, a été promu en avril au rang de général et nommé chef de la police pour toute la région de Benadir.

Dans un communiqué, les shebab ont revendiqué l'attentat et assuré avoir tué et blessé "un grand nombre" des gardes du chef de la police et détruit plusieurs véhicules.

"L'explosion a causé d'énormes dégâts et fait de nombreuses victimes, des civils et des policiers", a indiqué un témoin, Mire Adan, en affirmant qu'il avait compté au moins six corps de victimes.

"Tout le carrefour était rempli de fumée et j'ai vu plusieurs cadavres, tous des civils", a ajouté Osman Adan, un autre témoin.

Le 3 juillet, une attaque suicide des shebab contre un salon de thé de Mogadiscio situé à quelques centaines de mètres du siège de l'agence des renseignements somaliens (NISA) avait fait dix tués et plusieurs dizaines de blessés, selon le gouvernement.

Les shebab mènent régulièrement des attentats contre des objectifs gouvernementaux et des civils à Mogadiscio. Ils ont contrôlé la capitale somalienne avant d'en être évincés en 2011 par les troupes de l'Amisom, la force de l'Union africaine (UA), mais ils contrôlent toujours d'importantes zones rurales dans le pays.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

logo AFP