De dévastatrices intempéries font plus de 100 morts en Europe

Jean-Philippe LACOUR avec Mathieu FOULKES à Berlin

Le bilan des intempéries dévastatrices en Europe a passé vendredi la barre des 100 morts, la plupart en Allemagne, où les secours continuent à rechercher de nombreuses personnes portées disparues.

Il s'agit de la pire catastrophe naturelle dans ce pays depuis la guerre.

De nombreux villages de l'ouest de l'Allemagne présentent une image de désolation. Dans cette vaste zone affectée par les inondations subites causées par des pluies diluviennes, le nombre de victimes a augmenté à au moins 103 morts, selon les autorités locales.

"Je crains que nous ne voyions toute l'étendue de la catastrophe que dans les prochains jours", a prévenu jeudi soir la chancelière Angela Merkel, en visite à Washington.

La Belgique, avec au moins 23 morts selon les médias vendredi, le Luxembourg et les Pays-Bas, où plusieurs quartiers de Maastricht ont dû être évacués, ont également été durement touchés. L'ensemble de ces pays déplorent à ce stade au moins 126 décès.

En Allemagne, le bilan est probablement appelé à grimper en raison du nombre de personnes toujours portées disparues.

Une des régions les plus touchées, la Rhénanie-Palatinat, a vu le nombre de décès recensés passer vendredi matin de 28 à 60.

Près de Cologne, de nombreuses personnes étaient portées disparues et "plusieurs morts" dénombrés après un glissement de terrain consécutif aux crues, selon une porte-parole du district.

Les images de la zone sinistrée montraient un vaste cratère dans lequel se déversaient des masses de terre, d'eau brune et de débris.

- "C'était le chaos" -

Rien qu'en Rhénanie-Palatinat, les autorités ont indiqué être toujours sans nouvelles de 1.300 personnes dans le canton le plus frappé, celui de Bad Neuenahr-Ahrweiler, ce qui pourrait toutefois être lié aux perturbations téléphoniques.

Concrètement, "nous tablons encore sur 40, 50 ou 60 disparus et quand vous avez des personnes qui n'ont pas donné signe de vie depuis tant de temps (...) on doit craindre le pire", a déclaré son ministre de l'Intérieur Roger Lewentz.

Il doit en outre continuer à pleuvoir dans certaines régions de l'ouest du pays. Et le niveau du Rhin et de plusieurs de ses affluents monte dangereusement.

Près d'un millier de soldats ont été mobilisés pour aider aux opérations de secours et de déblaiement dans les villes et villages, qui tous offrent le même spectacle : rues et maisons sous les eaux, voitures renversées, arbres arrachés.

A Ahrweiler, plusieurs maisons se sont littéralement effondrées. Sous les décombres, la ville donne le sentiment d'avoir été victime d'un tsunami.

"A 23H30, il n'y avait qu'un peu d'eau, à 1H du matin, tout était sous l'eau. Notre appartement, notre bureau, les maisons de nos voisins, tout était sous l'eau. En quinze minutes. C'était très rapide", a témoigné auprès de l'AFP Agron Berischa, dans le district d'Ahrweiler.

"C'était le chaos, on ne voit cela que dans les médias et maintenant c'est devant votre porte. Tout cela est effrayant, impressionnant", témoigne de son côté Heike Schmidt, habitante d'Eschweiler.

- Des "milliards d'euros" de dégâts -

"C'est une catastrophe unique d'une ampleur sans précédent", assène Gerd Landsberg, directeur général de l'association allemande des villes et municipalités. "À en juger par les dégâts, des milliards d'euros sont en jeu", chiffre-t-il.

Ces intempéries ont placé la question du réchauffement climatique au centre de la campagne électorale, qui bat son plein en Allemagne en vue du scrutin législatif du 26 septembre au terme duquel Angela Merkel quittera le pouvoir.

Une atmosphère plus chaude retient en effet davantage d'eau et peut provoquer des précipitations d'extrême intensité. Celles-ci peuvent avoir des conséquences particulièrement dévastatrices en zones urbaines, avec des cours d'eau mal drainés et des constructions en zone inondable.

Dans les pays les plus touchés, il est ainsi tombé en deux jours l'équivalent de deux mois de précipitations, selon l'Organisation météorologique mondiale (OMM).

Tous les candidats rivalisent de promesses, à deux mois et demi des élections. Le président de la République fédérale, Frank-Walter Steinmeier, a exhorté vendredi, dans une déclaration solennelle, à lutter "résolument" contre le réchauffement climatique.

En Belgique, des personnes sont toujours portées disparues et 21.000 habitants sont privés d'électricité. L'armée a été déployée dans quatre des dix provinces du pays pour participer aux secours et notamment aux nombreuses évacuations.

La situation pourrait aussi s'aggraver en Suisse, avec des risques de crues de plusieurs lacs et cours d'eau.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

logo AFP