A Bagdad, des centaines de manifestants demandent "la fin de l'impunité"

AFP

Plusieurs centaines de personnes ont manifesté dimanche à Bagdad pour exiger "la fin de l'impunité" en Irak, où des dizaines d'opposants et de militants ont été tués ou enlevés depuis le soulèvement populaire d'octobre 2019, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Agitant des drapeaux irakiens et brandissant les portraits des "martyrs" assassinés, les manifestants, dont de nombreux étudiants qui avaient participé au soulèvement de 2019, ont défilé dans le centre de la capitale sous forte surveillance policière.

"Non aux partis politiques! Non aux milices!", ont-ils crié avant d'écouter des chants et la lecture d'un poème d'un des militants les plus emblématiques de 2019, le jeune artiste Safaa Saray, tué par une grenade lacrymogène reçue en pleine tête sur la place Tahrir, épicentre de la contestation à Bagdad.

Depuis le soulèvement, réprimé dans le sang (600 morts, des dizaines de milliers de blessés), nombre de militants ont fui l'Irak ou se sont réfugiés au Kurdistan irakien autonome, dans le nord du pays, par peur des représailles.

Les meurtres et enlèvements de militants n'ont jamais été revendiqués mais les manifestants pointent du doigt les puissantes milices pro-iraniennes, incontournables en Irak, et s'indignent que personne n'ait jamais eu à rendre des comptes.

"En Irak, vous pouvez mentir, vous pouvez voler, vous pouvez tuer et vous en sortir", résume Mazen ali Chaker, un économiste quinquagénaire.

De nombreux protestataires étaient en larmes. Un jeune homme, effondré, s'est accroupi sur la chaussée, la tête entre les mains.

"Nous voulons la liberté, c'est pour ça que nous avons commencé la révolution en 2019, et nous n'arrêterons pas tant que nous ne l'obtiendrons pas", a déclaré à l'AFP un étudiant de 18 ans, Hussein al-Feili.

"Nous voulons que les tueries s'arrêtent, nous voulons un pays libéré des milices et de la mainmise iranienne", lance pour sa part une jeune femme, lunettes noires et masque sur le nez, seul moyen pour ne pas être reconnue et risquer des représailles, explique-t-elle en riant.

Interrogés sur l'annonce vendredi par le Premier ministre de l'arrestation du tueur du célèbre chercheur irakien Hicham al-Hachémi, dont l'assassinat avait choqué l'Irak en juillet 2020, nombre de manifestants haussent les épaules: "nous voulons le commanditaire", résume Hussein al-Feili.

Des dizaines de personnes ont également manifesté à Nassiriya, ville méridionale frondeuse, a constaté un correspondant de l'AFP.

L'événement était organisé par une campagne en ligne "Stop à l'impunité en Irak", lancée par des militants de la diaspora et de l'intérieur du pays.

Des petits rassemblements symboliques se sont également tenus à Paris, Londres ou Helsinki, selon des vidéos postées sur Twitter par l'organisation.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

logo AFP