Virus: JO à l'ombre du Covid, Boris Johnson à l'isolement

AFP

Un casse-tête s'annonce pour les Jeux Olympiques de Tokyo, confrontés à un premier foyer de contamination au Covid-19, face à la pandémie qui accélère dans la plupart des régions du monde et a conduit dimanche le Premier ministre britannique Boris Johnson, cas contact, à l'isolement.

L'Union européenne, elle, espère que le récent durcissement des mesures sanitaires dans certains Etats membres portera ses fruits face au virulent variant Delta, et peut au moins se réjouir sur un point: avoir dépassé les Etats-Unis pour le taux de population ayant reçu au moins une dose de vaccin.

Longtemps à la traîne sur la vaccination, "l'UE a aujourd’hui vacciné une plus grande part de sa population en première dose que les Etats-Unis (55,5%/55,4%)", a affirmé le secrétaire d'Etat français aux Affaires européennes, Clément Beaune, sur Twitter. "On continue, on accélère!", a-t-il ajouté.

Avec plus de 131.000 nouveaux cas quotidiens en moyenne ces sept derniers jours -un chiffre en augmentation de 41% sur une semaine -, l'Europe fait à nouveau partie des régions du monde où le virus circule le plus, tant au niveau du nombre de contaminations que de la hausse hebdomadaire enregistrée.

Seule l'Asie enregistre actuellement davantage de nouveaux cas par jour (153.000), mais le virus y progresse moins rapidement (+20% sur une semaine).

Au Japon, à cinq jours de l'ouverture des JO, les organisateurs ont détecté deux sportifs infectés au sein du Village olympique, après avoir annoncé la veille le tout premier cas positif - d'un membre de l'encadrement - dans cette immense résidence emblématique des Jeux.

Ces trois cas concernent "le même pays et le même sport", a révélé dimanche un porte-parole du comité d'organisation, sans plus de détails. Ils font resurgir la crainte de contaminations en cascade, mettant à l'épreuve les mesures anti-Covid préparées depuis des mois.

"Je pensais que le Village olympique serait plus sûr (...) L'épidémie va se propager encore plus une fois que les JO vont commencer", redoute Riyoka Kasahara, une habitante de Tokyo de 23 ans.

- Boris Johnson à l'isolement -

Pays d'Asie durement touché par une vague épidémique, la Thaïlande a quant à elle été dimanche le théâtre de manifestations à Bangkok pour demander la démission du Premier ministre Prayut Chan-O-Cha, dont les protestataires dénoncent notamment la gestion de la pandémie.

Le pays, où la lenteur de la campagne a aggravé la situation et où les hôpitaux sont débordés, a imposé lundi de nouvelles restrictions, dont un couvre-feu nocturne à Bangkok.

En Europe, le Royaume-Uni, pays actuellement le plus touché de la région, a enregistré ces sept derniers jours 42.300 nouveaux cas quotidiens, une augmentation de 41% par rapport à la semaine précédente. Il a dépassé les 54.000 nouvelles contaminations enregistrées samedi.

Son Premier ministre Boris Johnson, cas contact, a été contraint de s'isoler dimanche après que son ministre de la Santé, Sajid Javid, a été testé positif au Covid-19. Une annonce qui ajoute à l'inquiétude et à la confusion, à la veille de la levée, contestée, de quasi toutes les dernières restrictions liées à la pandémie en Angleterre, y compris l'obligation de porter le masque ou la distanciation sociale.

Inquiet de la "présence persistante" en France du variant Beta, identifié pour la première fois en Afrique du Sud, le gouvernement britannique a par ailleurs décidé de soumettre ceux qui en viennent à une quarantaine, même s'ils sont vaccinés.

- Tests de moins de 24 heures en France -

La France a, elle, imposé dès minuit samedi des tests du Covid-19 de moins de 24 heures aux voyageurs non vaccinés en provenance du Royaume-Uni, de l'Espagne, du Portugal, de Chypre, de la Grèce et des Pays-Bas. Elle a également élargi sa liste des pays "rouges" à la Tunisie, au Mozambique, à Cuba et à l'Indonésie.

Le port du masque en extérieur a aussi fait son retour dans le sud-ouest du pays et le sera dans la semaine dans certaines régions de l'est.

Le durcissement des mesures sanitaires annoncé lundi par le président Emmanuel Macron - élargissement du passe sanitaire notamment aux commerces, restaurants, lieux de culture, avions ou trains, et obligation vaccinale pour certaines professions - a suscité la colère d'une partie de la population. Plusieurs cortèges ont défilé samedi à Paris et dans plusieurs grandes villes pour les dénoncer.

En Espagne, le Premier ministre Pedro Sánchez a promis samedi que la moitié de la population serait entièrement vaccinée la semaine prochaine et a réitéré son objectif d'atteindre 70% d'ici la fin de l'été.

Le variant Delta fait craindre aux gouvernements un nouvel emballement de l'épidémie, qui a déjà fait quatre millions de morts dans le monde.

L'agence européenne chargée des maladies prévoit un fort rebond du nombre de cas de Covid dans les prochaines semaines, avec près de cinq fois plus de nouveaux cas d'ici au 1er août. Le nombre d'hospitalisations et de décès devrait toutefois augmenter moins vite, selon l'ECDC, grâce aux vaccins.

Les grands rassemblements suscitent notamment l'inquiétude. Covid oblige, le pèlerinage annuel de La Mecque s'est ouvert samedi mais restreint à un quota de 60.000 participants, uniquement des saoudiens et étrangers résidents dans le royaume dûment vaccinés.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

logo AFP