Ethiopie: le vent nouveau du nationalisme en région Amhara

Marion DOUET

Pour aller voter le 21 juin, jour "tant attendu" des élections nationales en Ethiopie, Tesfahun Sisay, petite vingtaine et barbe naissante, n'avait pas choisi sa tenue au hasard: un Tshirt blanc orné du portrait d'un homme, et barré d'une kalachnikov.

En Amhara, chacun connaît le visage d'Asaminew Tsige, chef de la sécurité de cette région qu'il a armée jusqu'aux dents avant d'être tué en 2019 par la police, soupçonné d'une tentative de coup d'Etat local.

Il est une icône du nationalisme amhara, un mouvement récent mais qui a rapidement prospéré sur fond de conflits interethniques et de guerre au Tigré.

"J'aime la personne sur mon Tshirt. J'ai bien compris qu'il faisait du bon travail", raconte Tesfahun à l'AFP en sortant du bureau de vote de Wereb Michael, un hameau de bois et de torchis situé près de Bahir Dar, la capitale de l'Amhara.

La kalachnikov, une arme que de nombreux hommes portent en bandoulière dans les campagnes, symbolisait ici la volonté des Amhara, la deuxième ethnie du pays, de se défendre.

Ces dernières années, plusieurs massacres les ont ciblés en Ethiopie. Un des derniers en date a eu lieu à Ataye, une localité amhara entourée de villages oromo - la première ethnie, avec laquelle les tensions sont récurrentes -, faisant une centaine de morts en avril.

- Berceau historique -

Cet incident a déclenché une vague de manifestations à Bahir Dar et dans d'autres villes amhara.

A Yohannes, un village accroché à flanc de colline, Asnakew Melkie, un paysan emmitouflé dans une lourde couverture, se désole des violences et des déplacements forcés des "siens".

"Je compatis pour mon peuple, pour le harcèlement (qu'il subit). Cela m'inquiète. Je n'ai pas l'esprit en paix", raconte cet homme de 46 ans, en agitant un mince fouet, enfermé dans sa main noueuse.

L'Amhara est une des plus puissantes régions de l'Ethiopie, un Etat fédéral de plus de 110 millions de personnes où la division territoriale s'est faite sur des bases ethniques.

Malgré des statistiques déficientes, on estime que la région, qui compterait quelque 30 millions d'habitants, est majoritairement peuplée d'Amhara. Mais des millions d'entre eux vivent aussi à travers le pays.

Les Amhara considèrent leur région comme le berceau historique de l'Ethiopie, que l'empereur amhara Tewodros II a contribué à unifier et à centraliser au XIXe siècle, et ont gardé un ascendant sur sa politique pendant une bonne partie du XXe siècle. Aujourd'hui encore, l'amharique est la langue nationale.

"L'Ethiopie, c'est notre région. Ce qu'on appelle aujourd'hui la région Amhara, nous n'acceptons pas cela", affirme Belete Molla, le président du Mouvement national Amhara (Nama), le principal parti local d'opposition, né en juin 2018.

- Génocide -

A l'opposé d'un discours sécessionniste, le Nama appelle à l'unité de l'Ethiopie et dit s'être formé en réaction aux autres nationalismes, comme celui des Oromo.

Parmi ses principales revendications, le Nama dénonce le "génocide" qui touche selon lui son "peuple" et demande la réintégration de l'ouest et du sud du Tigré, qui borde le nord de l'Amhara.

Ces terres fertiles, connues sous les noms de Wolkait et de Raya et rattachées au Tigré dans les années 90, sont revendiquées depuis 30 ans par les Amhara, qui ont envoyé leurs forces y combattre aux cotés de l'armée fédérale dès le début de la guerre, en novembre dernier.

Les Amhara, impliqués dans d'autres attaques ailleurs en Ethiopie, ont été accusés de procéder à des actes de "nettoyage ethnique" au Tigré.

Ces territoires qu'ils contrôlent désormais sont devenus un enjeu clé du conflit, pour lesquels les Tigréens ont lancé une offensive mi-juillet. Depuis, des milliers de combattants amhara, appartenant aux forces régionales ou à des milices, se sont déployés à la frontière entre les deux régions.

- "Notre survie" -

Mais le Nama n'a pas le monopole des revendications nationalistes. Le Parti de la Prospérité (PP) du Premier ministre Abiy Ahmed compte une puissante branche amhara, qui dirige la région. Son président, Agegnehu Teshager est une des voix amhara les plus virulentes.

"Le TPLF a proclamé une guerre évidente contre le peuple amhara et nous entamons un combat pour notre survie", a-t-il déclaré en juillet sur Twitter.

Pour le chercheur français Mehdi Labzaé, installé en Ethiopie, la branche amhara du PP n'a pas eu d'autre choix que reprendre à son compte les combats du Nama afin d'exister dans le débat politique local.

Lors des élections du 21 juin, le Nama, qui conteste la crédibilité du scrutin, n'a remporté qu'une poignée de sièges face au PP au Parlement fédéral, et a également perdu au Parlement régional.

A l'avenir, "il sera intéressant de voir (…) la mesure dans laquelle les élites du Nama se rapprocheront de celles du PP ahmara, puisqu'ils disent la même chose", conclut Mehdi Labzaé.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.