JO-2020: des filles en argent

Jérôme RASETTI

Les femmes à l'honneur. Madeleine Malonga en judo, Claire Bové et Laura Tarantola en aviron, Ysaora Thibus et ses coéquipières de l'équipe de France de fleuret ont toutes participé à la moisson quotidienne la plus faste des JO de Tokyo avec trois médailles d'argent collectées jeudi.

N.1 mondiale dans la catégorie des -78 kg, Malonga a répondu présent sur les tatamis jusqu'à la finale, mais son ultime duel pour l'or a tourné court face à la Japonaise Shori Hamada qui l'a rapidement immobilisée.

"Il n'y avait que l'or qui m'importait", a regretté la vice-championne du monde 2021 qui s'est déjà tournée vers les prochains JO: "C'est frustrant, mais ça va me motiver pour Paris-2024 et gagner cette médaille d'or olympique", a-t-elle martelé.

Avant l'entrée en lice de Teddy Riner, en quête de son troisième titre olympique consécutif dans la catégorie-reine vendredi, le judo français est le seul à soutenir, un peu, la comparaison avec le Japon qui a amassé neuf médailles, dont sept en or!

Les judokas tricolores ont remporté cinq médailles sur les tatamis du Nippon Budokan, l'or de Clarisse Agbégnénou, les argents de Malonga, de Sarah-Léonie Cysique et d'Amandine Buchard et le bronze de Luka Mkheidze.

Claire Bové et Laura Tarantola n'éprouvaient elles aucun frustration d'avoir manqué l'or: leur médaille d'agent est la première pour un équipage féminin français depuis 1996 et les JO d'Atlanta au terme d'une finale indécise jusqu'au bout dans la catégorie des deux de couple poids légers.

"On est carrément contentes de montrer que les filles aussi peuvent gagner des médailles", a insisté, tout sourire Claire Bové.

- Picon sur le podium samedi -

La délégation française a terminé la soirée avec une troisième médaille d'argent, le onzième podium depuis le début des Jeux, grâce aux fleurettistes.

En finale, Ysaora Thibus et ses coéquipiers ont été surclassées par les Russes (45-34) et n'ont pas réussi le coup de leur demi-finale, où elles ont été rapidement distancées par les Italiennes (24-12), avant de s'imposer sur le fil 45 à 43.

Le décompte français grimpera au moins jusqu'à douze médailles, puisque Charline Picon, championne olympique en titre de planche à voile à Rio, est déjà assurée de monter sur le podium samedi à l'issue de la "medal race".

Thomas Goyard, aligné aussi en planche à voile, ne peut plus être champion olympique, mais a de belles chances de rentrer en France avec une médaille.

Après les échecs du cyclisme sur route et surtout du VTT, le BMX n'a pas fait de détails: Joris Daudet a dominé les quarts de finale et s'est hissé avec autorité en demi-finales, programmées vendredi, tout comme Sylvain André, Romain Mahieu et Axelle Etienne.

Lisa Barbelin est, elle, le dernier espoir de l'équipe de France de tir à l'arc jusqu'ici en retrait: elle s'est qualifiée pour les huitièmes de finale.

Prétendantes déclarées au podium, les Bleues du rugby à VII ont commencé leur tournoi par une victoire longue à se dessiner face aux Fidjiennes 12 à 5, avant de surclasser le Brésil 40 à 5.

- Dressel roi du 100 m -

Le tennis français n'a plus de représentant à Tokyo: Ugo Humbert et Jérémy Chardy ont été stoppés en quarts de finale respectivement par le Russe Karen Khachanov, 7-6 (7/4), 4-6, 6-3 et l'Allemand Alexander Zverev 6-4, 6-1.

Traditionnel moment-phare de tout JO, le 100 m nage libre, l'épreuve-reine de la discipline, a été dominé par l'Américain Caeleb Dressel, double champion du monde en titre, tandis que Maxime Grousset a surpris son monde en terminant 4e à 22 ans de cette finale royale.

Depuis le début de la soirée à Tokyo, l'ombre d'une absente plane sur le concours général de gymnastique, celle de Simone Biles.

Biles devait être LA star de ce prestigieux concours général, qu'elle avait remporté en 2016 à Rio, mais l'Américaine a fait faux bond et a déclaré forfait, épuisée par la pression et en proie à "(ses) démons", ce qui ne l'a pas empêché de venir encourager ses partenaires de "Team USA".

Sans elle, ce concours général perd beaucoup de son sel et tourne à l'explication entre Russes et Américaines.

Une autre ombre continue de planer sur ces JO, reportés d'un an à cause de la pandémie, celle du Covid-19.

Le perchiste américain Sam Kendricks, double champion du monde et médaillé de bronze à Rio, a été testé positif au coronavirus et a déclaré forfait. Son cas a d'autres conséquences au-delà de la délégation américaine: trois athlètes australiens ont été identifiés comme cas contacts de Kendricks et placés à l'isolement.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

logo AFP