Un prêtre assassiné en Vendée

AFP
<p>Un prêtre a été assassiné lundi matin en Vendée, a annoncé sur Twitter le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, qui doit se rendre sur place, à Saint-Laurent-sur-Sèvre, en fin d'après-midi</p>

Un prêtre a été assassiné lundi matin en Vendée, a annoncé sur Twitter le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, et l'incendiaire présumé de la cathédrale de Nantes en 2020 s'est accusé de ce crime.

"Tout mon soutien aux catholiques de notre pays après le dramatique assassinat d'un prêtre en Vendée", a annoncé sur Twitter le ministre qui doit se rendre sur place, à Saint-Laurent-sur-Sèvre, en fin d'après-midi.

"Un homme s'est présenté en milieu de matinée à la brigade de gendarmerie de Mortagne-sur-Sèvre et a dit avoir tué un ecclésiastique", a précisé une source proche du dossier.

Cet homme, de nationalité rwandaise, avait été placé sous contrôle judiciaire dans le cadre de l'enquête sur l'incendie de la cathédrale de Nantes en juillet 2020, a précisé cette source.

Le mode opératoire du crime n'était pas encore connu dans l'immédiat, mais une source policière a écarté une attaque au couteau.

Le prêtre, âgé de 60 ans et membre de la communauté religieuse des Montfortains à Saint-Laurent-sur-Sèvre, accueillait cet homme "depuis plusieurs mois", a indiqué une source policière à l'AFP, confirmant une information de Valeurs Actuelles.

Selon son entourage, Gérald Darmanin est attendu à 17H30, Saint-Laurent-sur-Sèvre, à 15 km au sud de Cholet.

Bénévole au diocèse de Nantes, Emmanuel A., venu se réfugier en France, avait reconnu être à l'origine de l'incendie de la cathédrale, le 18 juillet 2020.

Il avait été d'abord placé en détention provisoire avant d'être libéré sous contrôle judiciaire.

La présidente de Rassemblement national Marine Le Pen, a aussitôt réagi sur Twitter: "En France, on peut donc être clandestin, incendier la cathédrale de #Nantes, ne jamais être expulsé, et récidiver en assassinant un prêtre", a-t-elle tweeté, y voyant la "faillite complète de l'Etat et de Gérald Darmanin".

Le ministre de l'Intérieur a répliqué sans tarder sur Twitter: "Cet étranger n’était pas expulsable malgré son arrêté d’expulsion tant que son contrôle judiciaire n’était pas levé". Il a accusé Marine Le Pen de "polémiquer sans connaître les faits".

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.