Covid en Birmanie: des bénévoles, transporteurs de cadavres, rejetés par leur famille

AFP
<p>Des volontaires enterrent une probable victime du Covid-19 au cimetière de Taungoo, en Birmanie, le 7 août 2021</p>

Ils aident bénévolement à transporter les corps des victimes du Covid-19 qui fait des ravages en Birmanie et leurs familles, terrifiées à l'idée d'être contaminées, leur interdisent de rentrer chez eux.

En combinaison de protection, mains gantées, masque sur le visage, Thar Gyi et son équipe désinfectent le corps d'un moine présumément décédé du coronavirus puis le déposent à la hâte dans un cercueil pour le conduire au crématorium de Taungoo, une petite ville à 200 kilomètres au nord de Rangoun.

<p>Des volontaires se désinfectent après avoir transporté le cadavre d'un moine, probablement mort du Covid-19, vers un crematorium de Taungoo, en Birmanie, le 6 août 2021</p>

Le soir, la vingtaine de bénévoles rentrent se reposer dans un bâtiment délabré.

"Ma famille m'a demandé de ne pas revenir à la maison, ils ont envoyé mes affaires ici", ils ont trop peur, raconte à l'AFP Thar Gyi, qui rêvait d'être marin avant la pandémie.

Le système médical est à terre depuis le coup d'Etat du 1er février qui a renversé le gouvernement élu d'Aung San Suu Kyi.

<p>Des volontaires amènent le corps d'un moine probablement mort du Covid-19 dans le four d'un crématorium à Taungoo, en Birmanie, le 6 août 2021</p>

Les habitants ont peur de se rendre dans les hôpitaux désormais sous contrôle des militaires.

Et des centaines de médecins et d'infirmières sont en grève pour protester contre le passage en force des généraux et leur répression sanglante (plus de 950 civils tués). Beaucoup, visés par des mandats d'arrêt et considérés comme des "ennemis d'Etat", ont pris la fuite et sont entrés en clandestinité, tandis que de hauts responsables de la santé sont sous les verrous, dont celui chargé du programme de vaccination du pays.

<p>Des volontaires se reposent après avoir transporté le cadavre d'un moine probablement mort du Covid-19 dans un crématorium de Taungoo, en Birmanie, le 6 août 2021</p>

Du coup, des volontaires ont pris le relais face à la flambée épidémique sans précédent qui frappe le pays en manque de lits, d'hôpitaux, de médicaments, d'oxygène et de vaccins.

Ils transportent dans leurs ambulances des patients infectés ou des malades décédés à domicile et sont pointés du doigt par la population.

"Dans les magasins, les gens se détournent ou refusent de me servir car ils savent que je suis un bénévole du Covid-19", raconte Thar Gyi.

<p>Un volontaire dort tandis que ses collègues se préparent à une nouvelle mission pour récupérer une victime du Covid-19 avec leurs équipements de protection, à Taungoo, en Birmanie, le 7 août 2021</p>

"Les gens n'aiment pas que les ambulances se garent devant leur maison", renchérit le moine Kumara qui a quitté son monastère depuis juin pour rejoindre la petite équipe. "Ils s'enfuient et se couvrent le nez".

Malgré ces discriminations, ces bénévoles promettent de continuer à aider.

Mais ils reçoivent très peu d'aide et sont épuisés.

La Birmanie recense des milliers de cas quotidiens contre moins de 50 début mai. Plus de 12.000 personnes sont décédées au total, un bilan sans doute largement sous-évalué.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.