Suède: ouverture du procès d'un Iranien accusé d'exécutions de masse en Iran en 1988

AFP
placeholder

Un procès qui restera dans les annales: un ancien responsable iranien, accusé d'être impliqué dans des exécutions de masse d'opposants ordonnées par l'ayatollah Khomeini en 1988, est jugé à partir de mardi en Suède, une première dans ce dossier très sensible.

Hamid Noury, 60 ans, a été arrêté en novembre 2019 à l'aéroport international de Stockholm-Arlanda à l'occasion d'une visite en Suède. Il se trouve depuis en détention provisoire.

Selon le parquet suédois, M. Noury a, entre le 30 juillet et le 16 août 1988, "intentionnellement ôté la vie à un très grand nombre de prisonniers sympathisants ou appartenant aux Moudjahidine du peuple" visés par un ordre d'exécution de l'ayatollah Khomeini, fondateur de la République islamique d'Iran, après les attaques commises par le mouvement contre le régime à la fin de la guerre entre l'Iran et l'Irak (1980-88).

Son procès s'est ouvert à 09H15 (07h15 GMT) devant le tribunal de Stockholm. L'accusé, vêtu d'une tenue claire, est apparu calme, le sourire facile, accompagné de ses deux avocats.

Trois journées d'audience sont prévues cette semaine pour ce procès fleuve hors normes qui doit durer jusqu'en avril 2022 et durant lequel des dizaines de témoins seront appelés à la barre.

Plusieurs centaines de personnes - principalement des partisans des Moudjahidine du Peuple - se sont rassemblées devant le tribunal de Stockholm avant l'ouverture du procès, exhortant la justice suédoise et internationale à condamner le nouveau président iranien Ebrahim Raïssi.

L'accusé, qui occupait à l'époque des fonctions d'assistant auprès de l'adjoint au procureur à la prison iranienne de Gohardasht à Karaj, comparaît notamment pour "crimes de guerre" et "meurtres", en vertu de la compétence universelle de la justice suédoise pour ces chefs.

Selon Anna Wester, du tribunal de Stockholm, ce procès d'envergure internationale constitue une première dans l'histoire des deux pays.

L'affaire est très sensible en Iran, des militants accusant des responsables aujourd'hui au gouvernement d'y avoir joué un rôle: comme le président Raïssi, accusé par Amnesty International d'avoir été membre d'une "Commission de la mort", à l'origine des exécutions.

Interrogé en 2018 et en 2020 sur ces exécutions, M. Raïssi a nié y avoir été impliqué mais a rendu "hommage" à l'"ordre" donné selon lui par l'ayatollah Khomeini de procéder à cette épuration.

- Une trentaine de plaintes -

placeholder

Des ONG de défense des droits humains font campagne depuis des années pour que justice soit rendue sur ce qu'elles considèrent être l'exécution extrajudiciaire de milliers d'Iraniens, en majorité jeunes, à travers l'Iran, au moment où s'achevait la guerre irano-irakienne.

Durant la même période, Hamid Noury est également soupçonné d'avoir participé à l'exécution d'autres prisonniers sur la base de leur idéologie ou de leur croyance, considérés comme opposés à "l'Etat théocratique iranien", selon le parquet.

Aujourd'hui visé par une trentaine de plaintes de parties civiles --des victimes, des témoins ou des proches des victimes--, l'accusé "nie toute accusation d'implication dans les exécutions présumées de 1988", selon son avocat Thomas Söderqvist.

Ancien prisonnier de Gohardasht, Iraj Mesdaghi est à l'origine de l'arrivée de Hamid Noury en Suède.

"J'ai reçu une lettre de la part de l'ex-mari de sa fille. Il me disait qu'il pouvait m'aider à l'arrêter, en regagnant sa confiance", explique à l'AFP ce témoin clef dans cette affaire très sensible, qui a constitué après avoir fui l'Iran un dossier de "plusieurs milliers pages" à Londres puis à Stockholm.

Contacté par son ancien gendre, Hamid Noury a cru qu'il allait rencontrer sa petite-fille, qui se trouvait en Suède, et faire un séjour de luxe dans plusieurs pays d'Europe mais à son arrivée sur le sol suédois, il a été arrêté, a dit Iraj Mesdaghi.

"C'est la première fois qu'un bourreau doit répondre de ses actes devant la justice d'un autre Etat", se félicite-t-il.

Début mai, plus de 150 personnalités, dont des lauréats du prix Nobel, d'ex-chefs d'Etat ou de gouvernement et d'anciens responsables de l'ONU, avaient réclamé une enquête internationale sur les exécutions de 1988.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

logo AFP