Macron défend la vaccination et le pass sanitaire pour empêcher "la fermeture du pays"

Laurence BENHAMOU, Paul AUBRIAT, avec Robin BJALON à Carcassonne
<p>Emmanuel Macron et Olivier Veran lors d'un conseil de défense sanitaire au fort de Brégançon à Bormes-les-Mimosas le 11 août 2021</p>

"L'objectif, c'est la vaccination de tous les Français": Emmanuel Macron a lancé un "appel au civisme et au sens du devoir" mercredi lors d'un Conseil de défense sanitaire, en alertant sur la "situation dramatique" des Antilles et en défendant le pass sanitaire pour empêcher "la fermeture du pays".

"La crise sanitaire n'est pas derrière nous. Nous allons vivre pendant encore plusieurs mois avec ce virus", a averti le chef de l'Etat qui a présidé en visioconférence depuis le fort de Brégançon (Var) le Conseil de défense, avant un Conseil des ministres à 12H30.

Première priorité: les Antilles, qui affichent des "taux d'incidence que l'on n'a jamais connus" en France, selon le ministre des Outre-mer Sébastien Lecornu, arrivé mardi soir en Guadeloupe accompagné d'un renfort de 274 soignants et 60 pompiers.

La courbe des contaminations y est "tellement forte" que "nous allons devoir durcir le confinement", selon des modalités à préciser mercredi soir par le préfet, a confirmé le ministre.

Il doit ensuite se rendre en Martinique, où un nouveau confinement strict vient déjà d'entrer en vigueur avec fermeture des commerces non-essentiels, des locations saisonnières, des hôtels et des plages, invitation faite aux touristes à quitter l'île.

Emmanuel Macron a décrit une "situation dramatique" dans ces deux départements ultra-marins où la vaccination est trois fois plus faible qu'en métropole, "démonstration cruelle", selon lui, de la nécessité du vaccin.

<p>Des renforts de soignants arrivent à l'aéroport de Pointe-à-Pitre le 10 août 2021</p>

Mais Emmanuel Macron a également souligné "l'état des lieux préoccupant" en métropole, notamment en régions Provence-Alpes-Côte d'Azur, Corse et Occitanie, où le taux d'incidence dépasse les 500 cas pour 100.000 et fait craindre une montée de la pression hospitalière.

- Troisième dose -

Alors que l'exécutif décrit une trajectoire épidémique sur "un plateau haut légèrement ascendant", Emmanuel Macron a là-aussi insisté sur "un objectif très simple: la vaccination de tous les Français qui peuvent être vaccinés".

<p>Jean Castex rencontre des soignants à l'hôpital de Carcassonne, le 11 août 2021</p>

"Il faut tenir au moins la cible des 50 millions de vaccinés à la fin du mois d'août", a-t-il ajouté, en estimant être "en bonne voie" puisque "37,8 millions de Français" le sont déjà complètement.

"Personne n'est à l'abri. Il y a trop de gens qui pensent, à tort, qu'ils ne feront au pire que des formes légères" du Covid, a martelé le Premier ministre Jean Castex plus tôt dans la matinée devant des soignants, lors d'un déplacement dans l'Aude.

A la rentrée, collégiens, lycéens et étudiants pourront se faire vacciner dans leurs établissements scolaires.

Emmanuel Macron a aussi confirmé la mise en place à la rentrée d'une campagne de rappel vaccinal, avec une troisième dose pour les plus de 80 ans et les personnes particulièrement vulnérables.

- "Société fatiguée" -

<p>Graphique montrant l'évolution des hospitalisations et des réanimations en France, au 10 août</p>

Deux jours après la mise en œuvre de l'extension du contesté pass sanitaire, le président de la République a dit en "mesurer les contraintes", notamment pour les restaurateurs et cafetiers qui doivent en contrôler la validité. Mais "nous n'avions pas d'autre choix car c'était cela ou la fermeture du pays", a-t-il fait valoir.

"Que chacun se souvienne que quand il n'y avait plus de chiffre d'affaires du tout à cause de l'épidémie, c'est bien l'argent public qui a permis de rémunérer les responsables de ces lieux. Il est donc légitime de demander une part de responsabilité", a insisté le chef de l'Etat.

Confronté à des manifestations réunissant un nombre croissant d'anti-pass chaque samedi - 237.000 le week-end dernier, selon l'Intérieur - dont les cortèges dénoncent régulièrement une supposée "dictature sanitaire", Emmanuel Macron a affirmé que "jamais dans notre histoire une crise d'une telle ampleur n'a été combattue de manière aussi démocratique", en fustigeant ceux qui "font commerce de cette pandémie pour gagner des parts de marché politiques".

<p>Un gendarme contrôle un pass sanitaire dans un bar à Bauvin, près de Lille, le 10 août 2021</p>

Il a lancé un "appel au civisme et au sens du devoir" des Français, en exhortant à "poursuivre (la) voie de la confiance sans cesse renouvelée dans nos institutions comme celle de la mobilisation des savoirs scientifiques qui seuls doivent prévaloir".

Le Premier ministre a pour sa part reconnu que "la société est fatiguée, incandescente" mais insisté sur le fait que "le gouvernement (devait) tenir un discours ferme, sérieux et responsable".

"Il y en a que le pass sanitaire inquiète, c'est leur droit. Mais n’oublions pas qu'il y a des gens, plus nombreux, mais peut-être plus silencieux, que le pass sanitaire rassure", a-t-il plaidé.

pab-leb-ggy-rbj/jk/shu

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.