Huit personnes présumées mortes dans le crash d'un hélicoptère en Extrême-Orient russe

Maria PANINA
<p>Une vue de la vallée des geysers sur la péninsule du Kamchatka, dans l'Extrême-Orient russe, en juin 2007</p>

Un hélicoptère avec 16 personnes à bord, dont 13 touristes, s'est écrasé jeudi dans un lac sur la péninsule volcanique du Kamtchatka, dans l'Extrême-Orient russe, un accident qui a fait huit disparus, présumés morts.

L'hélicoptère Mi-8 a chuté puis coulé dans le lac de Kouril, dans la réserve naturelle de Kronotski, où la visibilité était mauvaise du fait du brouillard, a indiqué le gouverneur de cette région russe sauvage et reculée, Vladimir Solodov.

Les employés de la réserve naturelle sont arrivés sur place quelques minutes seulement après le crash et sont parvenus à sauver la moitié des passagers, a-t-il précisé. L'appareil transportait trois membres d'équipage et 13 touristes, dont la nationalité n'a pas été précisée.

"Nous avons entendu le son de l'hélicoptère, mais nous ne l'avons pas vu (...) Puis un bruit fort a retenti –- l'hélicoptère a heurté l'eau. Nous avons immédiatement mis deux bateaux à l'eau et, en trois ou quatre minutes, nous sommes arrivés", a indiqué dans un communiqué le service de presse de la réserve.

Selon cette source, huit personnes qui ont réussi à remonter à la surface de l'eau d'une profondeur de huit à neuf mètres alors que l'appareil coulait, et ont été secourues. Deux sont gravement blessés.

"Nous avons fait le tour du lac à plusieurs reprises à la recherche d'autres personnes, mais nous n'avons trouvé personne", a ajouté le communiqué, précisant qu'il est "impossible" de rester longtemps en vie dans une eau qui affiche une température de 5-6 degrés.

Le gouverneur a également précisé que l'hélicoptère avait coulé à une profondeur de 130 mètres, rendant impossible le travail des plongeurs. Une demande a été envoyée à l'armée russe pour qu'elle déploie des robots sous-marins.

Si les recherches se poursuivent, il est peu probable de retrouver d'autres survivants.

- Accidents fréquents -

Selon un communiqué des autorités régionales, quatre blessés ont été transportés à l'hôpital, dont deux se trouvent en soins intensifs sans que leur pronostic vital ne soit engagé.

"Nous n'avons aucune information concernant le reste" des passagers, a indiqué à l'AFP la porte-parole du gouverneur, Alla Golovan.

Une vidéo diffusée par les services de secours a montré des sauveteurs travaillant sur des bateaux sur le lac, au milieu d'un épais brouillard.

Une enquête pour violation des règles de sécurité et d'exploitation aériennes a été ouverte, selon le Comité d'enquête, l'organe chargé des principales investigations en Russie.

L'appareil appartient à la compagnie locale Vitiaz-Aero, qui a assuré aux médias russes qu'il avait été entièrement réparé en 2020, qu'il avait été inspecté avant le vol et que les pilotes étaient "expérimentés".

Selon la radio russe Business FM, l'appareil était toutefois exploité depuis près de 40 ans et son permis de vol devait expirer l'année prochaine.

D'après les médias russes, la compagnie exploitant l'appareil est partiellement détenue part un richissime député local, Igor Redkine, qui a défrayé la chronique cette semaine.

M. Redkine a en effet été assigné à résidence après avoir admis avoir tué un homme sur une décharge en croyant tirer sur un ours, dont les incursions sont fréquentes dans cette région sauvage de Russie.

L'hélicoptère Mi-8 était censé transporter les touristes à son bord vers le Khodoutka, l'un des volcans entourant la ville de Petropavlovsk-Kamtchatski, selon l'antenne locale du ministère des Situations d'urgence.

Le Kamtchatka est un gigantesque territoire très peu peuplé mais apprécié des touristes pour ses volcans et sa nature sauvage.

Selon le site de Vitiaz-Aero, la compagnie utilise des hélicoptères du type Mi-8P pour le transport de groupes touristiques. De conception soviétique, ce type d'hélicoptères a été fabriqué entre les années 1960 et 1991. Ils peuvent transporter jusqu'à 24 personnes.

La Russie a amélioré sa sécurité aérienne depuis les années 2000, à mesure que les compagnies abandonnaient leurs vieillissants appareils soviétiques. Mais les problèmes de maintenance et le laxisme en matière de règles de sécurité posent toujours problème et sont à l'origine de nombreux accidents.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.