Malgré le Covid, plusieurs milliers de fidèles à Lourdes pour célébrer la "fraternité"

Arthur CONNAN
placeholder

"Je suis surprise qu'il y ait autant de monde": plusieurs milliers de fidèles sont attendus dimanche à Lourdes, le plus grand centre de pèlerinage catholique français, malgré un contexte de reprise épidémique et de déplacements à l'étranger limités.

Pour les célébrations de l'Assomption, les fidèles, toutefois moins nombreux que d'habitude, accompagnent quelque 300 malades en quête de guérison miraculeuse qui étaient absents l'an dernier.

"On se sent protégé, on n'a pas peur. C'est un lieu d'espérance pour guérir. Je suis venue avec une douleur à la hanche. Il y a eu beaucoup de miracles ici, pourquoi pas nous ?", raconte Marie-Bernadette Zombré, 44 ans, originaire de Bordeaux et habituée de Lourdes depuis cinq ans.

La grotte où, selon la tradition catholique, la Vierge Marie est apparue à Bernadette Soubirous en 1858, est fermée au public pour éviter des contaminations. Les pèlerins avaient l'habitude d'y poser la main sur les parois, embrasser la pierre.

placeholder

"Je suis surprise qu'il y ait autant de monde. Ce n'est pas comme les autres années mais c'est un bonheur de voir toutes ces personnes", s'émeut pour sa part Hélène Thurnreiter, 80 ans.

L'octogénaire venue de Mulhouse dédie ses prières à "ceux partis cette année avec le Covid".

En 2020, le sanctuaire avait dû fermer plusieurs semaines pour la première fois de son histoire et 85% des pèlerinages avaient été annulés.

Cette année le masque est encore obligatoire dans le sanctuaire, pas le pass sanitaire.

- Peu de touristes étrangers -

Quelque 9.300 personnes ont participé samedi soir à la traditionnelle procession mariale aux flambeaux sur l'esplanade du sanctuaire de Lourdes, où les fidèles ont récité plusieurs "Je vous salue Marie" en levant leurs flambeaux vers le ciel.

placeholder

Et jusqu'à 15.000 pèlerins sont attendus dimanche à 10H00 pour la messe internationale dite en plusieurs langues, présidée par l'archevêque de Paris, Mgr Michel Aupetit. Il délivrera un message de "fraternité", thème du pèlerinage cette année, dans la basilique Saint-Pie X, une gigantesque église souterraine de 200 mètres de long sur 80 de large, qui peut accueillir 25.000 personnes en temps normal.

"Ce thème est particulièrement important dans une société française abîmée, fracturée, où la violence a sa part, aussi bien physique que verbale. La fraternité, c'est toujours un appel, ce n'est jamais acquis", souligne le recteur du sanctuaire de Lourdes, Mgr Olivier Ribadeau Dumas.

placeholder

Bien que les touristes et les fidèles soient de retour, sans jauge limitée cette année, les grands contingents d'étrangers (environ 65% des pèlerins généralement) manquent à l'appel et une quarantaine d'hôtels restent actuellement fermés dans la deuxième ville hôtelière de France, après Paris, qui dépend à 90% du tourisme.

"Les hôtels ont majoritairement ouvert début juillet. Ca a été très calme au démarrage, avec un taux d'occupation de l'ordre de 10%. C'est très faible", regrette Hervé Jeanson, président du club des hôteliers et restaurateurs de Lourdes et propriétaire d'un hôtel, pointant toutefois "une grande envie de revenir à Lourdes" pour les pèlerins.

Et cette moindre affluence se fait sentir un peu partout dans la ville: le sanctuaire a franchi en août la barre du million de visiteurs, contre environ 3,5 millions sur une année normale. Et au total, le sanctuaire qui recevait jusqu'à 30.000 malades par an prévoit d'en accueillir dix fois moins en 2021.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

logo AFP