Biden va parler sur l'Afghanistan, qui fait tanguer sa présidence

Aurélia END
<p>Le président américain Joe Biden arrive le 16 août 2021 à Washington, peu avant une allocution très attendue sur l'Afghanistan</p>

Face aux images désastreuses du chaos à l'aéroport de Kaboul et des talibans patrouillant les rues de la capitale afghane, le président des Etats-Unis, réellement ébranlé pour la première fois depuis son élection, va enfin s'exprimer lundi.

Joe Biden s'adressera aux Américains à 19H45 GMT, depuis la Maison Blanche, a annoncé lundi la présidence dans un communiqué.

Il est arrivé en début d'après-midi à Washington.

Joe Biden est descendu de l'hélicoptère qui le ramenait de la résidence présidentielle de Camp David et a adressé un signe de la main aux journalistes qui l'attendaient à la base de Fort McNair, avant de prendre la direction de la Maison Blanche.

Le démocrate, silencieux depuis plusieurs jours face à la plus grave crise depuis son élection, a écourté son séjour à Camp David, lieu de villégiature des présidents américains.

Il était prévu au départ qu'il y reste jusqu'à mercredi mais ce calendrier était devenu intenable pour le "commandant en chef" de l'armée américaine, face à la prise de contrôle éclair de l'Afghanistan par les talibans.

Tous les médias américains, y compris ceux qui avaient accueilli avec soulagement son élection, parlent de "désastre", à l'instar de la chaîne CNN, ou d'un Joe Biden "sur la défensive", comme le Washington Post.

Lors de sa dernière prise de parole en public sur l'Afghanistan, mardi dernier, Joe Biden avait défendu encore et encore sa décision de retirer les derniers soldats américains au plus tard au 31 août, en confiant le sort du pays à un gouvernement et des soldats afghans aujourd'hui en pleine déroute.

"Que l'on trouve cela juste ou injuste, l'histoire retiendra que Joe Biden est celui qui a présidé à la conclusion humiliante de l'expérience américaine en Afghanistan" après vingt années de guerre, a asséné lundi le New York Times.

Face à cette vague de critiques jamais vues depuis l'élection, la Maison Blanche de Joe Biden, cette machine bien huilée, a semblé tétanisée ces derniers jours.

- Seul à Camp David -

En témoignent les tweets diffusés par ses équipes pendant le week-end, alors que l'Amérique suivait heure par heure la chute de Kaboul et que l'image des hélicoptères quittant l'ambassade rappelle les dernières images de la guerre du Vietnam.

Sur un cliché diffusé dimanche sur Twitter, Joe Biden est ainsi seul à une immense table de réunion de Camp David. En polo bleu foncé, il fait face à un écran de visioconférence et à plusieurs horloges murales réglées sur divers fuseaux horaires, recevant "des mises à jour" sur l'Afghanistan de la part de hauts responsables.

C'est le 10 août que le président démocrate de 78 ans s'est exprimé pour la dernière fois en public, pour dire qu'il ne "regrettait pas" sa décision de retirer les derniers militaires américains du pays.

Jeudi puis vendredi, alors que les talibans prenaient le contrôle de l'Afghanistan à une vitesse stupéfiante, la priorité de la Maison Blanche restait de vanter le "plan Biden" censé refonder l'économie américaine sur des bases plus justes, à coups de dépenses gigantesques.

Et samedi, c'est dans un communiqué que Joe Biden a annoncé porter à quelque 5.000 soldats le déploiement militaire à Kaboul pour sécuriser l'évacuation de civils.

Mais sa présidence plutôt maîtrisée, assumant de se consacrer à des réformes économiques et sociales "ennuyeuses" -- l'expression est de Joe Biden lui-même -- vient bel et bien de vaciller.

- Aubaine pour les républicains -

L'opposition républicaine s'est engouffrée dans la brèche, face à l'humiliation de cette armée afghane dont les Américains étaient si fiers, et à la confusion dans laquelle se déroule l'opération d'évacuation.

Jusqu'ici, le camp conservateur était bien embarrassé face à un retrait décidé par Donald Trump, et perçu de manière favorable par une opinion publique lasse du conflit en Afghanistan.

L'ancien président républicain ne s'y est pas trompé, lui qui avait pourtant fixé un calendrier encore plus serré que celui de Joe Biden, puisqu'il avait fixé l'échéance au 1er mai 2021.

"Il est temps que Joe Biden, discrédité, démissionne pour avoir permis ce qui s'est produit en Afghanistan", a réclamé Donald Trump, qui multipliait lundi les communiqués lapidaires envoyés par email, rappelant ses déclarations intempestives sur Twitter, dont il est banni.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.