Evacuation d'urgence de Kaboul des étrangers et d'Afghans menacés

AFP
<p>L'entrée de l'ambassade canadienne déserte après son évacuation, le 15 août 2021 à Kaboul, en Afghanistan</p>

L'évacuation de diplomates, d'étrangers et d'Afghans ayant travaillé pour eux s'organisait lundi dans l'urgence et dans des conditions très difficiles à Kaboul, tombée aux mains des talibans.

L'armée américaine a "sécurisé" lundi l'aéroport de la capitale afghane, où a été regroupé le personnel de l'ambassade des Etats-Unis dans l'attente d'être évacué, a annoncé le département d'Etat.

Mais les vols commerciaux ont été annulés et des milliers d'Afghans, même n'ayant jamais travaillé pour les Américains et n'ayant aucune chance d'obtenir un visa à ce titre, se sont rués vers l'aéroport, théâtre de scènes stupéfiantes.

Une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux montre des centaines de personnes courant près d'un avion de transport militaire américain qui roule pour aller se mettre en position de décollage, pendant que certaines tentent de s'accrocher à ses flancs ou à ses roues.

Les Américains ont envoyé 6.000 militaires pour évacuer quelque 30.000 diplomates américains et civils afghans ayant coopéré avec les États-Unis.

De nombreux autres pays ont aussi transféré des membres de leur personnel diplomatique à l'aéroport avant une évacuation.

De Madrid à La Haye, en passant par Paris, Bucarest, Londres, etc. Partout, les chancelleries s'activent pour organiser leur départ.

Un avion militaire est "actuellement en route pour évacuer de Kaboul en premier les interprètes, le personnel local de l'ambassade et les familles. En partie à cause de la situation incertaine, plusieurs vols sont prévus", a déclaré lundi sur Twitter la ministre néerlandaise de la Défense, Ank Bijleveld.

L'Allemagne veut, quant à elle, déployer des soldats en Afghanistan pour évacuer ses derniers ressortissants et des Afghans menacés, selon des sources parlementaires allemandes lundi.

Berlin a identifié 2.500 personnes sur place qui pourraient être évacuées, essentiellement des Afghans et leurs familles ayant travaillé avec l'armée allemande.

A ce chiffre, s'ajoute une liste de 2.000 autres personnes, avocats et défenseurs des droits de l'homme. En comptabilisant leurs familles, leur nombre grimpe à 10.000, a dit Angela Merkel.

L'Espagne a de son côté annoncé l'envoi lundi de deux avions militaires à Dubaï pour "la première phase" d'évacuation de son personnel diplomatique, d'Afghans et de leur famille.

L'ensemble du personnel suédois déployé en Afghanistan (19 personnes au total) a par ailleurs été évacué la nuit dernière vers une base militaire américaine à Doha. La Finlande doit, pour sa part, évacuer son personnel diplomatique lundi.

A Prague, c'est un avion militaire transportant 46 Tchèques et Afghans, dont des femmes et des enfants, qui a atterri lundi matin. A Rome, quelque 50 diplomates italiens et 20 Afghans sont arrivés à la mi-journée.

Paris a pour sa part déployé des renforts militaires aux Emirats arabes unis pour faciliter l'évacuation des ressortissants français de Kaboul.

<p>Des Afghans attendent à l'aéroport de Kaboul de pouvoir quitter la capitale, le 16 août 2021</p>

La première rotation d'évacuation organisée par l'armée française entre sa base aux Emirats et la capitale afghane est prévue pour d'ici à "la fin de ce lundi", selon la ministre des Armées Florence Parly, précisant qu'il y avait "plusieurs dizaines" de Français à évacuer, ainsi que des "personnes qui sont sous notre protection".

- Situation "catastrophique" -

<p>L'ambassade américaine fermée après son évacuation, le 15 août 2021 à Kaboul, en Afghanistan</p>

Le Royaume-Uni a déployé 600 soldats pour assurer l'évacuation de ses ressortissants et de son personnel local. Un premier avion est arrivé dans la nuit sur la base de Brize Norton, dans le centre de l'Angleterre.

"Nous avons évacué 370 employés et citoyens britanniques hier et avant-hier", a fait savoir le ministre de la Défense Ben Wallace, ajoutant qu'un groupe de 782 Afghans sera évacué "dans les prochaines 24 à 36 heures". "Notre objectif est d'atteindre 1.200 à 1.500" personnes évacuées par jour, a-t-il affirmé.

L'Irlande est par ailleurs en contact avec 23 de ses ressortissants, dont 15 "pensent à partir", selon le ministre des Affaires étrangères Simon Coveney. Des visas ont été émis pour 45 Afghans ayant travaillé pour eux, d'autres suivront, a-t-il dit.

L'évacuation de Danois et de Norvégiens était en cours. "Dimanche soir, dans des conditions très difficiles, la Défense danoise a réussi à évacuer un groupe de Danois et de Norvégiens d'Afghanistan", a déclaré la ministre des Forces armées danoises Trine Bramsen. Et il reste encore à évacuer un "grand groupe".

Selon le ministre danois des Affaires étrangères Jeppe Kofod, "le Danemark est l'un des rares pays à avoir réussi à obtenir une capacité aérienne dans cette région".

La Roumanie cherche aussi à évacuer ses 35 citoyens encore présents. "Nous avons deux options : un avion de l'Otan qui doit aller sur place sous peu ou un de nos propres avions. (...) Le plus rapide serait d'utiliser celui de l'Otan, qui les conduira en Géorgie où nous irions les chercher. L'autre option est d'envoyer un appareil directement en Afghanistan", a déclaré le Premier ministre Florin Citu.

- Les exceptions russe et chinoise -

<p>L'entrée déserte de la zone verte après l'évacuation de l'ambassade américaine, le 15 août 2021 à Kaboul, en Afghanistan</p>

Le Premier ministre polonais, Mateusz Morawiecki, a pour sa part déclaré lundi que son gouvernement avait émis 45 visas humanitaires pour des Afghans ayant travaillé pour la Pologne ou une délégation européenne à Kaboul et leur famille.

Trois expatriés suisses ont été évacués de Kaboul et des efforts sont en cours pour faire partir une quarantaine de leurs collègues afghans et leurs familles, selon le ministre suisse des Affaires étrangères.

<p>Des soldats américains en position sur le tarmac de l'aéroport de Kaboul alors que des Afghans attendent de pouvoir quitter le pays, le 16 août 2021</p>

Le drapeau américain a été retiré lundi de l'ambassade des Etats-Unis à Kaboul dont "presque tout" le personnel se trouve à l'aéroport dans l'attente d'être évacué, a annoncé le département d'Etat. Le chargé d'affaires américain en Afghanistan Ross Wilson s'y trouve également, a-t-on précisé.

<p>Un hélicoptère américain survole l'ambassade américaine à Kaboul, le 15 août 2021 en Afghanistan</p>

Pour sa part, la Russie ne prévoyait pas d'évacuer son ambassade.

"Aucune évacuation n'est prévue", a affirmé dimanche Zamir Kaboulov, l'émissaire du Kremlin pour l'Afghanistan.

La Russie fait partie des pays ayant reçu des garanties de la part des talibans quant à la sécurité de leurs ambassades, a expliqué M. Kaboulov.

Quant à La Chine, qui a rapatrié début juillet 210 de ses ressortissants d'Afghanistan, elle a appelé les nouvelles autorités à assurer la sécurité de ceux restés sur place.

L'ambassade de Chine à Kaboul "continue de fonctionner normalement", a précisé lundi une porte-parole de la diplomatie chinoise, Hua Chunying.

burs-blb/bds

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.