Afghanistan: des filles retournent à l'école à Hérat, sous le régime taliban

AFP
placeholder

Des filles portant des voiles blancs sur des tuniques noires s'entassent dans une salle de classe de la ville d'Hérat, dans l'Ouest de l'Afghanistan, après la prise de pouvoir des talibans, trop heureuses de pouvoir continuer à étudier.

Les élèves se hâtent dans les couloirs et bavardent dans les cours de récréation comme si le tumulte du retour au pouvoir dimanche des talibans après deux décennies n'avait jamais existé.

La scène, que beaucoup pensaient inimaginable avec le retour des islamistes radicaux, a été filmée cette semaine à Hérat par un journaliste de l'AFP, quelques jours seulement après la prise de la ville par les talibans.

"Nous voulons progresser comme d'autres pays. Et nous espérons que les talibans maintiendront la sécurité. Nous ne voulons pas la guerre, nous voulons la paix dans notre pays", affirme l'une des élèves, Roqia.

Proche de la frontière iranienne, située 150 km plus à l'ouest, Hérat a toujours été une ville assez cosmopolite en Afghanistan, comparativement à d'autres régions plus conservatrices.

Les femmes et les filles marchaient plus librement dans les rues qu'ailleurs et allaient à l'école en plus grand nombre, dans une cité réputée pour ses arts et sa poésie.

Mais l'avenir reste incertain pour les femmes d'Hérat. Les talibans, lorsqu'ils avaient déjà été au pouvoir de 1996 à 2001, avaient imposé une version ultra-rigoriste de la loi islamique. Les femmes ne pouvaient ni travailler ni étudier.

Elles devaient porter la burqa, un voile qui recouvre tout le corps avec une grille en tissu au niveau des yeux, et avaient interdiction de sortir sans un chaperon masculin.

Celles qui étaient accusées de crimes comme l'adultère étaient fouettées et lapidées à mort.

- L'Occident circonspect -

Depuis ce weekend, les talibans s'évertuent à afficher un visage plus présentable aux yeux du monde, assurant que la burqa ne serait plus obligatoire et qu'un autre type de hijab (voile) pourrait suffire, ou encore que les femmes seraient autorisées à travailler "dans le respect des principes de l'islam".

Lors de la première conférence de presse des talibans à Kaboul mardi, un de leurs porte-parole, Zabihullah Mujahid, a affirmé qu'ils avaient appris de leur premier passage au pouvoir et qu'il y aurait de "nombreuses différences" dans leur manière de gouverner, même si en termes d'idéologie et de croyances, "il n'y a pas de différence".

placeholder

Mais les gens ont appris à se méfier des promesses des talibans et se risquaient dehors avec circonspection à Kaboul, où dès mardi les hommes avaient troqué leurs vêtements occidentaux pour le shalwar kameez, l'ample habit traditionnel afghan.

L'Occident reste lui aussi très largement circonspect à l'égard des talibans en raison de leur passif en matière de droits humains sous leur précédent régime et de la détermination montrée par les Afghans qui tentent de fuir le pays.

Le mouvement n'a pas rendu publique de directive en matière d'éducation.

Mais dans une interview mardi depuis Doha avec Sky News, un autre porte-parole des talibans, Suhail Shaheen, a tenu à donner des garanties sur le sujet. Les filles "peuvent recevoir une éducation du primaire à l'université", a-t-il affirmé.

Des milliers d'écoles dans les zones contrôlées par les talibans sont toujours ouvertes, a-t-il précisé.

A Hérat, la directrice de l'école, Basira Basiratkha, s'est voulue prudemment optimiste, se disant "reconnaissante envers Dieu" d'avoir pu rouvrir l'établissement aussi rapidement.

"Nos chères élèves viennent en classe en nombre tout en portant le hijab islamique. Les examens continuent", a-t-elle ajouté.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

logo AFP