Violent incendie sur la Côte d'Azur: troisième jour de lutte des pompiers

Estelle EMONET
<p>Incendie près de Gonfaron, dans le Var, le 17 août 2021</p>

"Vigilance. Le feu n'est pas encore maîtrisé": mercredi matin 1.200 pompiers étaient à pied d'oeuvre dans l'arrière pays de Saint-Tropez pour tenter d'éteindre le plus gros incendie de l'été en France qui a ravagé des milliers d'hectares depuis lundi.

"La nuit a été relativement calme", indique au petit matin l'officier de communication des pompiers du Var, Franck Graciano, au PC de commandement des opérations au village du Luc (Var). "Le feu n'a pas progressé", mais "cela ne veut pas dire qu'il est maîtrisé", met-il en garde. La préfecture du Var a de son côté appelé touristes et habitants à "la plus grande vigilance".

Depuis lundi, l'incendie, qui a démarré près d'une aire d'autoroute, a parcouru 6.375 hectares et en a brûlé 5.000 dans cette région de la Côte d'Azur connue pour ses forêts de chênes liège abritant de nombreux animaux et ses vignobles, selon le dernier bilan des pompiers mercredi matin.

Comme la veille, "un travail de sape" est prévu mercredi avec des largages d'eau "sur des endroits critiques", a expliqué l'officier de communication. Dès 07H00, le balai des moyens aériens a débuté avec les vols d'avions Canadair qui seront rejoints dans la journée par un Dash larguant un produit retardant la progression des flammes, et des hélicoptères bombardiers d'eau.

<p>Carte situant les feux actifs dans le Var, au 17 août</p>

Venu apporter son soutien aux secours mardi, le président français Emmanuel Macron avait souligné que "les prochaines heures" seraient "absolument décisives" pour fixer cet incendie dont l'avancée a été extrêmement rapide.

"Le pire a été évité", le feu n'ayant fait aucune victime à ce stade malgré sa rapidité et sa virulence, avait relevé le chef de l'Etat.

En raison d'un vent violent pouvant atteindre jusqu'à 80 km/h et d'une grosse chaleur le feu a nécessité l'évacuation de quelque 7.000 personnes dont de nombreux touristes installés dans des campings.

- Vigilance pour les évacués -

Pour la deuxième nuit consécutive, ces personnes ont dormi dans une quinzaine de structures d'accueil ouvertes dans sept villes sur le littoral, dont Bormes-les-Mimosas et Sainte-Maxime.

La préfecture a rappelé mercredi matin que les personnes évacuées ne doivent absolument pas regagner leur domicile ou leur lieu de vacances.

<p>Un pompier à l'oeuvre à Gonfaron le 17 août 2021</p>

Après une nuit plus calme et un vent qui a fini par tomber, des opérations étaient en cours mercredi pour rétablir les réseaux de distribution de téléphonie et d'électricité, a indiqué la préfecture.

Sur la route qui traverse le massif des Maures, des lignes électriques sont tombées au sol, des poteaux et des troncs sont calcinés et la vigne a brûlé par endroits, a constaté une équipe de l'AFP.

La nuit dernière, les services départementaux ont procédé à des tronçonnage pour "faciliter le passage des secours" qui "demeure difficile en raison d'obstacles sur les voies", a indiqué la préfecture. Neuf routes départementale demeurent coupées.

<p>Tortue calcinée à Gonfaron, le 17 août 2021</p>

Si le bilan humain est rassurant, en revanche les dégâts sur l'environnement sont importants: "La réserve naturelle de la plaine des Maures a été dévastée pour moitié", a indiqué à l'AFP Concha Agero, directrice adjointe de l'Office français de la biodiversité.

"C'est une catastrophe, car c'est l'un des derniers spots abritant la tortue d’Hermann", une espèce protégée, a-t-elle souligné. Des tortues brûlées ont déjà été retrouvées. D'autres ont peut-être réussi à s'enfouir sous terre pour survivre.

Un autre incendie est en cours dans une région viticole et touristique du Sud-Est, près de Beaumes-de-Venise, dans le Vaucluse, où plus de 200 hectares ont été endommagées.

<p>Des personnes regardent l'incendie dans les Maures depuis le château de Grimaud le 17 août 2021</p>

La France avait jusqu'ici été relativement épargnée par les feux qui ont dévasté des milliers d'hectares et fait des dizaines de victimes dans plusieurs pays méditerranéens, de la Turquie à l'Algérie en passant par la Grèce. Ces derniers jours, des feux ont détruit 9.000 hectares dans la région touristique de l'Algarve dans le Sud du Portugal et 12.000 hectares en Espagne, à Navalacruz près d'Avila (centre-ouest).

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.