Craintes pour les Afghans ayant aidé les forces étrangères et voix de résistance

AFP
placeholder

Les talibans ont intensifié leur traque des Afghans ayant travaillé avec les forces étrangères, alerte un document confidentiel des Nations unies, pendant que des voix de résistance se manifestent dans le pays, à l'image du fils du commandant Massoud ou de manifestants à Kaboul.

Le rapport, rédigé par un groupe d'experts d'évaluation des risques pour l'ONU et consulté jeudi par l'AFP, affirme que les talibans possèdent des "listes prioritaires" d'individus qu'ils souhaitent arrêter, malgré la promesse des insurgés de ne pas chercher à se venger de leurs opposants.

Les plus à risque sont ceux qui occupaient des postes à responsabilité au sein des forces armées afghanes, de la police et des unités de renseignement, selon le document.

Les talibans ont effectué des "visites ciblées porte-à-porte" chez les individus qu'ils veulent arrêter ainsi que chez les membres de leur famille, précise le rapport. Il ajoute que les insurgés filtrent les individus souhaitant accéder à l'aéroport de Kaboul et qu'ils ont mis en place des points de contrôle dans les plus grandes villes.

"Ils ciblent les familles de ceux qui refusent de se rendre et poursuivent et punissent les familles +selon la charia+", a déclaré à l'AFP Christian Nellemann, directeur de ce groupe d'experts, le Centre norvégien d'analyses globales. "Nous nous attendons à ce que les individus ayant travaillé pour les forces américaines et de l'Otan et leurs alliés, ainsi que les membres de leurs familles, soient menacés de torture et d'exécutions".

"Cela mettra davantage en péril les services de renseignement occidentaux, leurs réseaux, leurs méthodes et leur capacité à contrer à la fois les talibans, l'EI (groupe Etat islamique, NDLR), et les autres menaces terroristes dans le futur", a également soutenu M. Nellemann.

- Ruée vers l'aéroport -

A Asadabad (est) et dans plusieurs endroits de Kaboul, des manifestants ont défié jeudi les talibans dans la rue en brandissant le drapeau national le jour du 102e anniversaire de l'indépendance de l'Afghanistan.

placeholder

Ahmad Massoud, fils du plus célèbre adversaire des talibans et des Soviétiques, le commandant Ahmed Shah Massoud, assassiné le 9 septembre 2001 par Al-Qaïda, a appelé avec l'ancien vice-président Amrullah Saleh à la résistance, se disant "prêt à marcher sur les traces de (son) père".

Depuis la vallée du Panchir (nord-est de Kaboul), dernière région non contrôlée par les talibans, il assure avoir été rejoint par des soldats "dégoûtés par la reddition de leurs commandants". Il a demandé armes et munitions aux Etats-Unis, dans une tribune publiée par le quotidien américain Washington Post.

A Kaboul, des milliers de personnes convergent vers l'aéroport depuis que les talibans ont pris la capitale dimanche, après vingt années de guerre contre les Etats-Unis et l'Otan. Coincés entre les postes de contrôle talibans et les barbelés posés par l'armée américaine à l'aéroport, seule porte de sortie du pays, des milliers de civils afghans espèrent toujours trouver un vol pour fuir.

De nombreux Afghans se trouvent aussi près des ambassades cherchant à être évacués, mais ne peuvent y entrer.

placeholder

Le G7 et plusieurs agences de l'ONU ont appelé les talibans à laisser passer en toute sécurité les Afghans et les étrangers voulant partir. Alors que le département d'Etat américain a relayé le même message, le Pentagone a laissé entendre que la situation s'améliorait.

Les Etats-Unis ont déployé 6.000 militaires pour sécuriser l'aéroport de Kaboul et faire partir quelque 30.000 Américains et Afghans. Ils ont évacué plus de 7.000 personnes depuis samedi, selon le Pentagone.

De nombreux autres pays, dont beaucoup d'européens (Espagne, France, Royaume-Uni...), procèdent aussi à des évacuations.

- Consultations pour un gouvernement -

Le nouveau régime, qui a ordonné jeudi sur Twitter la libération de "tous les détenus politiques (...) sans aucune restriction ni condition", poursuit ses consultations afin d'instaurer un gouvernement pour lequel "toutes les parties" seront contactées, a affirmé Zabihullah Mujahid, un porte-parole.

Des dirigeants talibans ont notamment discuté avec l'ancien président Hamid Karzai (2001-2014) et avec l'ancien vice-président Abdullah Abdullah.

Zabihullah Mujahid a promis mardi de "nombreuses différences" dans la manière de gouverner des talibans par rapport à leur précédent règne, entre 1996 et 2001, jusqu'à ce qu'ils soient renversés par une coalition menée par les Etats-Unis après les attentats du 11 septembre 2001.

Ils avaient à l'époque imposé une version ultra-rigoriste de la loi islamique. Les femmes ne pouvaient ni travailler ni étudier, et voleurs et meurtriers encouraient de terribles châtiments.

placeholder

Ils ont indiqué vouloir établir "de bonnes relations diplomatiques" avec tous les pays mais qu'ils refuseraient toute ingérence dans leurs principes religieux. La Chine, la Russie, la Turquie et l'Iran avaient précédemment émis des signaux d'ouverture. Les pays occidentaux attendent de juger "sur les actes".

Car pour nombre d'Afghans comme pour la communauté internationale, la méfiance reste de mise. Les affiches et photos de femmes qui ornaient des vitrines des magasins à Kaboul ont été masquées voire vandalisées.

Et des journalistes --quatre d'entre eux ont été perquisitionnés-- et d'anciens employés d'organisations et d'ambassades occidentales se disent terrifiés.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

logo AFP