Les évacuations parmi "les plus difficiles de l'histoire" se poursuivent à l'aéroport de Kaboul

AFP
<p>Un Airbus A400M de la Royal Air Force, transportant des évacués d'Afghanistan, décolle le 19 août 2021 de l'aéroport Al-Maktoum aux Emirats Arabes Unis</p>

La gigantesque opération d'évacuation à kaboul, qualifiée vendredi par Joe Biden de "l'une des plus difficiles de l'histoire", mobilise depuis dimanche, dans des conditions chaotiques, des avions du monde entier pour évacuer par l'aéroport de la capitale afghane des diplomates, d'autres étrangers et des Afghans fuyant un pays tombé aux mains des talibans.

Les Etats-Unis, qui prévoient d'évacuer plus de 30.000 Américains et civils afghans via leurs bases au Koweït et au Qatar, ont déjà évacué plus de 13.000 personnes depuis le début des opérations le 14 août, a indiqué vendredi le président américain.

Mais Joe Biden a affirmé qu'il ne pouvait pas garantir "l'issue finale" de l'opération d'évacuation à Kaboul, l'une des "plus difficiles de l'histoire" au terme d'une guerre longue de vingt ans en Afghanistan.

- L'Otan s'inquiète des difficultés d'accès à l'aéroport -

L'Otan a appelé vendredi les talibans à permettre aux personnes voulant être évacuées de quitter l'Afghanistan et à ce que les pays membres de l'organisation restent en "étroite collaboration" concernant les opérations d'évacuation.

"Nous avons davantage d'avions (disponibles pour les évacuations) que de passagers (prêts à embarquer), car c'est un défi de plus en plus épineux de permettre à ces personnes d'arriver jusque dans l'aéroport", a souligné le chef de l'Alliance atlantique, Jens Stoltenberg.

Si des milliers de personnes ont déjà pu être évacuées, les talibans sont désormais accusés de traquer pour les arrêter des Afghans ayant travaillé pour l'Otan, et de restreindre l'accès à l'aéroport.

- "A vos risques et périls" -

Un pilote militaire tchèque de retour de Kaboul a décrit les conditions difficiles des rotations aériennes avec l'Afghanistan, sans véritable contrôle aérien, sans approvisionnement possible en kérosène sur place et avec des décollages périlleux.

- Un civil allemand blessé par balle -

Un civil allemand a été blessé par balle alors qu'il se rendait à l'aéroport, mais sa vie n'est pas en danger et il va être évacué, a déclaré la porte-parole du gouvernement allemand Ulrike Demmer.

Berlin prévoit de déployer deux hélicoptères pour sécuriser les évacuations, voire venir en aide à des individus dans des "situations dangereuses" ou des endroits éloignés. Plus de 1 600 personnes ont été mises en sécurité à ce jour par l'armée allemande, selon le gouvernement allemand.

- Efforts tous azimuts -

Le ministère italien de la Défense a indiqué vendredi soir qu'un millier d’Afghans avaient été évacués en Italie ces cinq derniers jours, précisant que d’autres Afghans attendaient de l'être à l’aéroport de Kaboul.

Un appareil ayant embarqué 103 Afghans en transfert au Koweit arrivera dans la nuit à l’aéroport romain de Fiumicino. En outre, deux appareils de l’aviation militaire décolleront prochainement de Kaboul vers le Koweit, où les Afghans seront transférés à bord d’un Boeing pour l’Italie.

Le gouvernement britannique a pour sa part indiqué avoir pu évacuer 1.615 personnes depuis samedi, dont 399 Britanniques, 320 membres du personnel diplomatique et 402 Afghans.

L'Autriche, qui n'a pas de moyens d'évacuation propres, a réussi à évacuer deux de ses ressortissants, tandis que 85 autres Autrichiens et Afghans résidant en Autriche et cherchant à s'échapper y restent bloqués.

La Belgique a prévu quatre vols vendredi pour évacuer des personnes de Kaboul.

Efforts aussi menés par l'Espagne: 110 personnes ont été évacuées en avion militaire vers Dubaï, puis en avion de ligne vers la base militaire de Torrejón de Ardoz (nord-est de Madrid). Il s'agit principalement des collaborateurs afghans de l'ambassade d'Espagne et de leurs familles. Tous les ressortissants espagnols ont déjà été rapatriés.

Cette base militaire, visitée vendredi par les deux plus hauts dirigeants de l'UE, Ursula von der Leyen et Charles Michel, sert de centre d'accueil pour les employés afghans des institutions de l'UE exfiltrés de Kaboul.

- La Pologne va évacuer des Afghans liés à l'Otan -

<p>Des Afghans attendent d'embarquer dans un avion militaire américain pour quitter leur pays, le 20 août, à l'aéroport militaire de Kaboul</p>

La Pologne sera responsable de l'opération d'évacuation de 300 citoyens afghans qui, ces dernières années, ont travaillé avec l'OTAN, a fait savoir le Premier ministre Mateusz Morawiecki.

Par ailleurs, 130 personnes évacuées d'Afghanistan sont déjà arrivées en Pologne et une centaine d'autres sont attendues dans la nuit de vendredi, selon le gouvernement.

Tous les citoyens polonais qui ont contacté le ministère des Affaires étrangères ont été évacués.

- Rotations d'avions canadiens -

<p>Un Marine américain vérifie des documents pendant les opérations d'évacuations à l'aéroport international de Kaboul le 18 août, sur une photo fournie par le corps des Marines</p>

Deux avions militaires canadiens vont effectuer des rotations en direction de Kaboul pour rapatrier des citoyens canadiens, des résidents permanents et des ressortissants afghans, a indiqué jeudi soir la Défense nationale.

"Maintenant que l'aéroport est repassé sous contrôle américain et international, nous sommes en mesure d'envoyer régulièrement des avions militaires canadiens pour transporter des gens" hors d'Afghanistan, a déclaré le Premier ministre Justin Trudeau.

- "Panique et peur" chez les journalistes -

"La panique et la peur" règnent chez les journalistes afghans, particulièrement chez les femmes, a rapporté vendredi la Fédération internationale des journalistes (FIJ). La Fédération a reçu "des centaines de demandes d'aide - soit pour une évacuation, soit pour une assistance à ceux et celles qui se sont déplacé.e.s d'une province afghane à une autre pour échapper aux menaces".

burs-cac/sba/blb/lpt

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.