Face au Delta, la Nouvelle-Zélande s'interroge sur sa stratégie "zéro Covid"

AFP
<p>Le directeur-général de la Santé néo-zélandais, Ashley Bloomfield, s'apprête à se faire vacciner contre le Covid-19, à Wellington le 22 août 2021</p>

La Nouvelle-Zélande a reconnu dimanche que sa stratégie "zéro Covid" était menacée par la propagation d'une épidémie de coronavirus due au variant Delta.

"Le (Delta) ne ressemble à rien de ce que nous avons connu depuis le début de la pandémie", a avancé le ministre. "Cela change tout, cela signifie que toutes nos mesures existantes semblent moins adaptées et cela soulève des questions sur l'avenir de notre stratégie à long terme", a déclaré le ministre en charge de la Lutte contre le Covid-19, Chris Hipkins, sur la chaîne TVNZ.

Il a fait état de 21 nouveaux cas liés au foyer épidémique apparu la semaine dernière à Auckland. Le premier cas d'origine locale de contamination en six mois a conduit à un confinement national.

M. Hipkins a affirmé que ce foyer épidémique était beaucoup plus difficile à contenir que les précédents car le variant Delta est nettement plus contagieux.

"Sa forte contagiosité et la vitesse à laquelle le virus s'est propagé sont des éléments qui, bien que nous ayons pris les meilleurs mesures de prévention au monde, ont mis notre système à rude épreuve", a-t-il déclaré.

Le Nouvelle-Zélande a été saluée à l'étranger pour sa gestion efficace de l'épidémie de Covid-19 qui, jusqu'à présent, n'a fait que 26 morts pour une population de cinq millions d'habitants. L'archipel a mis en place un strict contrôle aux frontières et décrété des confinements dès l'apparition de cas locaux.

L'Australie voisine poursuit également un objectif "zéro Covid", compromis depuis mi-juin par une flambée continue de cas de coronavirus liés au variant Delta.

En Nouvelle-Zélande, cette épidémie a mis en évidence la lenteur de la campagne de vaccination et des voix se sont élevées pour critiquer le laxisme du gouvernement. Seulement 20% de la population est entièrement vaccinée, soit l'un des taux les plus faibles du monde développé.

Le porte-parole du Parti national Chris Bishop a estimé que cette nouvelle épidémie pointait les lacunes du gouvernement en matière de vaccination, en raison notamment de difficultés d'approvisionnement.

M. Hipkins a souligné que l'élimination demeure la priorité absolue alors que le nombre de nouveaux cas s'élève désormais à 72 cas actifs, dont 66 à Auckland et six à Wellington.

Des cas positifs ont été enregistrés dans plusieurs lieux très fréquentés, notamment des écoles, des églises et des supermarchés, et les autorités estiment que près de 9.000 personnes pourraient être des cas contact.

Le confinement national doit prendre fin mardi soir mais M. Hipkins a indiqué qu'Auckland pourrait faire l'objet de nouvelles restrictions même si elles sont levées ailleurs.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.