Comment ont été préparés les attentats du 13-Novembre ?

Alain JEAN-ROBERT
<p>Le siège de l'Agence européenne de police Europol en juin 2021 à La Haye</p>

Un donneur d'ordre en zone irako-syrienne contrôlée par le groupe Etat islamique, des commandos affutés dans les camps jihadistes, une cellule dormante à Bruxelles... Les attentats du 13 novembre 2015 ont été minutieusement préparés.

Les informations collectées par l'agence européenne de police Europol, l'unité européenne de coopération judiciaire Eurojust, la police française et plusieurs services de renseignement étrangers ont permis de dérouler l'écheveau de l'opération.

- La route des migrants -

Dès le soir des attaques, des morceaux de faux passeports syriens sont découverts près des corps de deux des trois "kamikazes" du Stade de France. Ces deux hommes - de nationalité irakienne - sont entrés en Europe par l’île grecque de Leros le 3 octobre 2015 et faisaient partie d'une cohorte de 198 migrants illégaux.

Dans ce même groupe, la police repère ensuite Adel Haddadi, de nationalité algérienne, et Muhammad Usman, un Pakistanais, brièvement incarcérés à leur arrivée en Grèce.

<p>Des policiers sécurisent un périmètre après que trois jihadistes ont fait sauter leurs ceintures explosives aux abords du Stade de France plein à craquer pour le match de football France-Allemagne, le 13 novembre 2015 à Saint-Denis, au nord de Paris</p>

Tous deux sont interpellés dans un foyer de migrants en Autriche en vertu d'un mandat d'arrêt européen délivré le 10 décembre 2015. Interrogés, ils reconnaissent avoir été envoyés en mission-suicide en France par l'EI.

Au fil de leurs investigations, les enquêteurs découvrent que la plupart des membres du commando sont arrivés de Syrie en Europe en se faisant passer pour des réfugiés.

Leur parcours est souvent le même. Avec de faux passeports syriens ils arrivent en Grèce, traversent avec des voitures de location la Hongrie, l'Autriche et l'Allemagne ou passent par les Balkans avant de rejoindre la Belgique.

- La Copex -

Utiliser "la route des migrants" pour rejoindre l'Europe est une idée de la cellule des opérations extérieures (Copex) de l'EI, dédiée à la perpétration d'attentats en Europe.

La Copex a été créée en juin 2014. Chapeautée par le numéro 2 de l'organisation, Abou Mohammad Al-Adnani, elle est dirigée par le Belgo-Marocain Oussama Atar dit "Abou Ahmad al-Iraki".

En septembre 2014, pour répondre à la coalition militaire internationale et aux frappes aériennes occidentales sur les positions et les troupes de l'EI, Abou Mohammad Al-Adnani a appelé les musulmans à réagir face aux "croisés" et leurs alliés.

La France fait l'objet d'une vindicte particulière: "si vous pouvez tuer un incroyant américain ou européen - en particulier les méchants et sales Français - alors comptez sur Allah et tuez-le de n'importe quelle manière", exhorte-t-il. "Frappez sa tête avec une pierre, égorgez-le avec un couteau, écrasez-le avec sa voiture, jetez-le d'un lieu en hauteur, étranglez-le ou empoisonnez-le".

"Ce discours était fondateur d'une nouvelle stratégie visant à porter le combat contre les +mécréants+ sur leur propre sol et singulièrement en France, avec l'objectif avoué d'y répandre la terreur", analysent les enquêteurs français.

<p>Carte localisant les lieux des attentats islamistes à Paris, Montrouge et Saint-Denis en 2015, et le nombre de victimes</p>

Plusieurs individus, agissant seuls ou en petits groupes, radicalisés et fascinés par la propagande de l'organisation jihadiste ont répondu à ces appels au meurtre en commettant des attentats sanglants en France, souvent ensuite revendiqués par l'EI.

Oussama Atar est considéré par les enquêteurs français comme l'ordonnateur de ceux du 13-Novembre.

Jamais interpellé, il aurait été tué par une frappe de la coalition en zone irako-syrienne en novembre 2017. Il sera toutefois jugé en son absence par la cour d'assises spéciale de Paris.

Plusieurs membres de la Copex étaient Français ou Belges, "ce qui est logique, puisque les dirigeants de l’organisation avaient publiquement fait de la France leur cible prioritaire", ont noté les enquêteurs.

- La logistique belge -

En Syrie dès 2003 puis en Irak à partir de 2004, où il affronte les troupes américaines avec les combattants jihadistes à Falloujah, Oussama Atar est arrêté par les Américains en février 2005.

Condamné à vingt ans de prison par un tribunal irakien pour entrée illégale dans le pays, il fait la connaissance en prison d'Abou Mohammed Al-Adnani, le futur numéro 2 de l'EI (tué dans une frappe américaine le 30 août 2016).

Oussama Atar est libéré en septembre 2012 pour raisons de santé et rentre en Belgique, puis repart en Syrie en décembre 2013.

Lors de son séjour en Belgique, il est soupçonné d'avoir joué un "rôle majeur" dans la radicalisation de ses cousins Ibrahim et Khalid Bakraoui, tous deux incarcérés pour des braquages.

<p>Montage photos de mars 2016 des frères Khalid (g) et Ibrahim (d) Bakraoui</p>

Libéré de prison en janvier 2014, Khalid Bakraoui se rend brièvement en Syrie en novembre de la même année. Revenu en Belgique en décembre, il met en place des planques et un réseau logistique à Molenbeek, une commune de Bruxelles.

Nombre de jihadistes impliqués dans les attentats du 13-Novembre y transiteront avant de passer à l'action.

Parmi eux, Abdelhamid Abaaoud dit "Abou Omar Al-Belgiki", commanditaire présumé de plusieurs attentats en Europe (dont l'attaque du Thalys) et considéré comme le chef opérationnel des commandos du Stade de France, des terrasses et du Bataclan.

Leurs membres venus de Syrie arriveront en Belgique à partir de la fin août 2015. Munis de fausses cartes d'identité belges, ils y resteront cachés dans ces planques louées par les frères Bakraoui.

La période août - novembre sera mise à profit par les jihadistes "pour acquérir les produits nécessaires à la fabrication du TATP (peroxyde d'acétone, un explosif fabriqué à base de produits vendus dans le commerce, ndlr) et très vraisemblablement se procurer les fusils d'assaut utilisés le 13 novembre 2015", disent les enquêteurs.

- Les séjours en Syrie -

Les jihadistes prêts à frapper en Europe sont pour la plupart des combattants confirmés.

Presque tous les membres du commando parisien ont fait partie des plus expérimentées "katibat", les "brigades d'élite" de l'EI.

<p>Photo non datée d'Abdelhamid Abaaoud, tirée du magazine online en langue anglaise Dabiq du groupe Etat Islamique le 16 novembre 2015</p>

Ils ont été soumis à une solide formation militaire et à une formation idéologique intensive. Ainsi, le Français Bilal Hadfi, un des trois "kamikazes" de Saint-Denis, avait reçu une formation spéciale sur la fabrication de ceintures explosives.

Leur cruauté est sans limite. Dans une vidéo de propagande diffusée en janvier 2016 mais tournée avant les attentats, on voit sept des neuf membres des trois commandos exécuter des prisonniers non-identifiés par décapitation ou par arme à feu. On les entend légitimer leurs futurs attentats en France.

Selon les services de renseignement, "ce crime de sang, commis par chacun des protagonistes, constituait la dernière validation permettant à l’organisation de s'assurer de sa fiabilité et de son engagement".

Une fois en Europe, les jihadistes restent en liaison avec leur "émir" via des messageries cryptées.

L'Irakien se faisant appeler Ahmad Al-Mohammad (qui s'est fait exploser devant le Stade de France) était porteur du numéro de téléphone turc d'Oussama Atar.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.