Salah Abdeslam, unique survivant des commandos du 13-Novembre

Marie DHUMIERES
<p>Photo non datée de Salah Abdeslam utilisée pour l'appel à témoins diffusé en novembre 2015</p>

Il est "le dixième homme", l'unique survivant des commandos du 13-Novembre, celui vers qui tous les regards se tourneront au procès des attentats qui s'ouvre en septembre à Paris. Salah Abdeslam est un ancien petit délinquant et gros fêtard, devenu jihadiste sur le tard.

Nuit du 13 au 14 novembre 2015, dans une cage d'escaliers de banlieue parisienne. Deux adolescents qui traînent sont rejoints par un jeune homme, qui finit son hamburger et leur propose le reste de ses frites. L'accent belge, une parka, du gel dans ses cheveux noirs, "l'air bien fatigué" et dans un état second - "il rigole pour rien".

C'est Salah Abdeslam, qui a abandonné sa ceinture explosive et attend de se faire exfiltrer vers sa Belgique natale.

Il discute de tout et de rien, de sa fiancée avec qui il "va bientôt se marier". Il regarde par-dessus leur épaule une vidéo sur le massacre qui vient d'avoir lieu au Bataclan. Ces attentats, "c'est pas humain", commente-t-il.

Bientôt, sa photo et son avis de recherche seront partout.

<p>Chronologie de la fuite et traces laissées par Salah Abdeslam depuis les attentats de Paris du 13 novembre 2015 jusqu'à son arrestation</p>

Quelques heures plus tôt, il a déposé trois "kamikazes" au Stade de France. Avant cela il avait fait des allers-retours en Europe pour aller chercher les commandos de jihadistes, acheté du matériel pour les explosifs, loué des planques et les voitures du "convoi de la mort" - son expression - qui prendra la route pour Paris.

A Molenbeek, la commune de Bruxelles où il a grandi dans une famille de cinq enfants, et où il a finalement été arrêté en mars 2016 après quatre mois de cavale, le Franco-Marocain, 31 ans aujourd'hui, n'avait pourtant pas laissé l'image d'un jihadiste en devenir.

- "Fumeurs de joints" -

Son profil était plutôt celui d'un petit délinquant, condamné une dizaine de fois pour délits routiers, violences ou une tentative de cambriolage en 2010 avec un ami d'enfance: Abdelhamid Abaaoud, le futur coordinateur des attentats du 13-Novembre. Ensemble, ils ont fait les "400 coups", diront des proches.

<p>Déploiement de police dans le quartier Molenbeek à Bruxelles le jour de l'arrestation de Salah Abdeslam, le 18 mars 2016</p>

Gros fêtard, buveur, fumeur, accro aux casinos, Abdeslam est coquet, a souvent "des copines". Il ne travaille pas, traîne dans les cafés, notamment celui de son frère aîné Brahim - futur tueur des terrasses parisiennes. Un "café de fumeurs de joints", selon les voisins.

Il lui arrive de prier, mais pas aux bonnes heures. Dès la fin 2014 pourtant, il commence à parler de la Syrie, propose à sa fiancée d'y aller. Elle ne le prend pas au sérieux : il a passé "les trois quarts de sa vie" en boîte de nuit, dira-t-elle aux enquêteurs.

Mais des proches remarquent que les frères Abdeslam entrent dans un "trip Etat islamique". Ils arrêtent de boire, s'intéressent à la religion. Dans le bar que tient Brahim, on se regroupe maintenant pour regarder des vidéos jihadistes de prêche et d'"appels à la guerre".

En janvier 2015, Salah Abdeslam est signalé pour des velléités de départ. En février il est convoqué au commissariat pour parler d'Abdelhamid Abaaoud, parti en Syrie. "Un chouette gars", dit-il, assurant l'avoir perdu de vue.

- "Je me vengerai" -

Quelques jours avant le 13-Novembre - ses proches le croient au ski - il dîne une dernière fois avec sa fiancée, pleure énormément, dira-t-elle. Dans la voiture qui l'exfiltrera vers la Belgique dans la nuit du 13 au 14 novembre, il pleurera aussi beaucoup la mort de son "kamikaze" de frère.

"Ils vont payer... je me vengerai", entendront ses complices.

Sa mission exacte reste une énigme. Il n'en a parlé qu'une fois, juste après son arrestation. "Je voulais me faire exploser au Stade de France", "j'ai fait marche arrière".

Les enquêteurs estiment plutôt qu'il n'a pas réussi - les expertises ont montré que sa ceinture explosive était défectueuse.

Dans une lettre exhumée pendant l'enquête qui lui est attribuée, il écrira: "J'aurais voulu être parmi les martyrs (...) J'aimerais juste pour l'avenir être mieux équipé", assurant être prêt à "finir le travail".

<p>Café à Bruxelles que possédait Brahim, frère de Salah Abdeslam et kamikaze lors des attentats du 13 novembre 2015 à Paris, quelques jours après les attentats</p>

Un profil d'islamiste convaincu qu'il a montré à son procès en Belgique en 2018, pour sa participation à une fusillade avec des policiers, trois jours avant son arrestation. Il a d'emblée contesté la légitimité de ses juges, affirmant "placer (sa) confiance en Allah et c'est tout". Il a été condamné à vingt ans de prison.

Incarcéré en France en avril 2016, il est resté quasiment mutique depuis. Une seule fois, face aux juges d'instruction, il s'est lancé dans une tirade religieuse justifiant les attaques.

Ses premiers avocats ont fini par renoncer à le représenter, lassés de son silence. "C'est un petit con", "plutôt un suiveur qu'un meneur", avait lâché son ancien avocat belge, Sven Mary, en 2016. "Il a l'intelligence d'un cendrier vide".

"Je ne partage pas du tout cette opinion", se contente de dire Me Olivia Ronen, sa nouvelle avocate depuis quelques mois.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.