La France rendra un hommage national à Belmondo, pleuré par le monde du cinéma

Hugues HONORÉ et Jean-Francois GUYOT
placeholder

Populaire il était, populaire il restera... La France rendra jeudi un hommage national à Jean-Paul Belmondo, un de ses acteurs les plus emblématiques, pleuré par ses pairs comme par le public, avant ses obsèques vendredi.

La mort de l'acteur lundi, à 88 ans, a plongé dans le deuil un pays qui perd une figure familière, incarnant le talent, l'audace et l'insouciance.

L'Elysée a annoncé mardi la tenue de cette cérémonie aux Invalides. L'hommage national était à l'origine prévu pour les militaires mais a été étendu aux civils qui ont marqué leur temps, comme Charles Aznavour en octobre 2018.

Les obsèques de l'acteur se dérouleront vendredi à 11H00 à Paris, en l'église Saint-Germain-des-Prés, a annoncé dans la foulée l'avocat de la famille, précisant que la cérémonie serait suivie d'une crémation dans l'intimité.

Le président de la République Emmanuel Macron a qualifié lundi ce comédien extrêmement aimé de "trésor national, tout en panache et en éclats de rire, le verbe haut et le corps leste".

"Il sera sûrement solennel parce qu'il doit être. Mais en même temps il va falloir qu'on applaudisse très fort", a affirmé l'acteur Jean Dujardin, un des "héritiers" de "Bébel", mardi sur BFMTV. "On perd un guide. Ça a été un guide, Jean-Paul, ça a été quelqu'un qui nous a dit: ne vous encombrez pas avec des angoisses, amusez-vous".

placeholder

"Il faudra tous aller aux Invalides parce que c'est là-bas qu'on pensera encore plus fort à lui", a déclaré, également à BFMTV, le délégué général du Festival de Cannes Thierry Frémaux. "Il a enterré tous ses copains, ça l'attristait beaucoup (...) mais là il est parti les rejoindre".

- "Chahuteur" -

"Je pense à lui, je l'aimais. Il me manque et je n'ai plus envie d'en parler, les grandes douleurs sont muettes", a écrit Brigitte Bardot dans un communiqué transmis à l'AFP par sa fondation.

Même tonalité du côté de l'ARP, l'un des principaux collectifs de cinéastes présidé par Claude Lelouch: "Quand je pense à Jean-Paul, je pense sourire, liberté, décontraction, travail, déconnade, chahuteur, génial (...) C'est un frère que je perds, un nouveau copain qui s'en va", a réagi le réalisateur qui avait tourné "Itinéraire d'un enfant gâté" avec le comédien.

Il "a totalement bouleversé l'emploi des jeunes premiers. Avant, c'étaient des grands blonds, un peu raides (rires) et lui est arrivé à la fois avec cette souplesse, ce corps, cette liberté, cette façon d'inventer dans le ciné comme (Dustin) Hoffman, (Al) Pacino. Ils ont permis à nous aussi, les petits, les bruns, d'avoir les jolies femmes dans nos bras (rires)", a déclaré à l'AFP l'acteur-réalisateur Daniel Auteuil.

La presse s'inclinait mardi devant cette figure qui faisait l'unanimité grâce à l'étendue de son jeu, à son sourire communicatif et à son aisance dans tous les rôles possibles.

placeholder

"Ce flic et voyou gouailleur et sentimental, dont le visage représente la Nouvelle Vague comme le cinéma populaire, a servi de portemanteau à tous les costumes du répertoire", commente Libération.

Le Parisien, avec une photo en couleurs, salue "Le Magnifique". "Il aura durant près de soixante ans offert au cinéma français de genre un corps, une trogne et une voix – une présence sans équivalent", écrit Le Monde.

Plus de 6,6 millions de Français ont regardé lundi soir un film de Jean-Paul Belmondo, selon Médiamétrie: 3,55 millions de téléspectateurs pour "L'As des as" sur France 2 et 3,09 millions de téléspectateurs pour "Itinéraire d'un enfant gâté" sur TF1, qui lui a valu son seul César pour un rôle.

- "Une partie de ma vie" -

placeholder

Eternel jeune premier, amateur de cascades qui a connu quelques pépins physiques, Jean-Paul Belmondo était le dernier des acteurs de la "bande du Conservatoire", des élèves frondeurs du Conservatoire des années 1950 qui ont disparu tour à tour ces quatre dernières années: Jean Rochefort, Claude Rich, Jean-Pierre Marielle, Jean-Pierre Mocky, Guy Bedos.

Autre acteur mythique, plus jeune de trois ans, Alain Delon s'est dit lundi "complètement anéanti" d'avoir perdu cet ami: "C'est une partie de ma vie, on a débuté ensemble il y a 60 ans".

Belmondo fut pendant des décennies une tête d'affiche qui garantissait le succès en salles, après des débuts retentissants dans "À bout de souffle" en 1960, un film légendaire de la Nouvelle Vague.

placeholder

Le grand public retient ses rôles dans des films d'action et des polars régulièrement rediffusés à la télévision, comme "L'Homme de Rio" (1963), "Peur sur la ville" (1975) ou "Le Professionnel" (1981), programmé sur France 2 mardi soir.

"Maintenant, quand je regarde ces cascades, je me dis que j'étais inconscient", confiait-il en 2017. Mais il profitait de chaque instant, lui qui avait d'abord cru devoir faire carrière au théâtre: "J'ai toujours travaillé pour le plaisir (...) Je n'aurais jamais imaginé devenir une vedette de films".

hh-jfg-pgr-adm/may/or

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

logo AFP