Afghanistan: des manifestations interdites, premier vol d'évacuation depuis fin août

Emmanuel DUPARCQ, James EDGAR
<p>Des combattants talibans montent la garde dans une rue de Kaboul, le 9 septembre 2021</p>

Plusieurs manifestations ont été annulées jeudi à Kaboul après avoir été interdites par le nouveau gouvernement taliban, alors qu'un vol d'évacuation d'étrangers, avec des Américains à bord, devait décoller dans l'après-midi, pour la première fois depuis le retrait occidental du pays fin août.

Ces derniers jours, plusieurs rassemblements de centaines de personnes pour la défense des libertés ont été dispersés par des combattants armés talibans, notamment dans la capitale Kaboul, à Mazar-i-Sharif (Nord), Faizabad (Nord-Est) et Hérat (Ouest) où deux personnes ont été tuées et plusieurs blessées par balle.

Mercredi soir, le nouveau gouvernement taliban, nommé la veille, a donné un tour de vis pour éteindre la contestation en publiant un ordre stipulant que tout rassemblement devrait désormais être autorisé à l'avance par le ministère de la Justice et qu'aucun ne l'était pour l'heure. Lors des ces rassemblements, les talibans ont frappé ou arrêté des dizaines de personnes, manifestants et journalistes.

Jeudi matin, on remarquait dans les rues de Kaboul bien plus de combattants talibans armés que les jours précédents, dont des membres des forces spéciales en treillis, à des coins de rues et sur les barrages contrôlant le trafic sur les grandes artères.

L'organisateur d'une manifestation prévue dans la matinée devant l'ambassade du Pakistan, pays très proche des talibans et accusé par une partie de la population afghane de les téléguider, a indiqué à l'AFP l'avoir finalement annulée à cause du nouveau règlement.

Mardi, les talibans avaient tiré en l'air pour disperser une manifestation organisée au même endroit. Dans un autre quartier de la capitale, l'AFP n'a vu personne sur le lieu d'une autre manifestation prévue dans la matinée.

- Promesses d'ouverture -

En fin d'après-midi, un avion devait décoller de l'aéroport de Kaboul pour le Qatar, avec à son bord quelque 200 personnes, a annoncé une source proche de l'opération à Doha. Parmi elles figure une centaine d'Américains, a précisé la Maison Blanche.

<p>Des passagers attendent dans le hall des départs de l'aéroport de Kaboul de pouvoir embarquer à bord d'un vol de la Qatar Airways, le 9 septembre 2021</p>

Il s'agira du premier vol international d'évacuations d'étrangers en partance de Kaboul depuis le départ des soldats américains du pays le 30 août. Les Etats-Unis avaient organisé avec d'autres pays l’évacuation de quelque 123.000 personnes, principalement des Afghans qui ont travaillé avec des Occidentaux et craignent des représailles des talibans.

Les responsables américains ont eux-même reconnu qu'il en reste encore beaucoup à exfiltrer, alors que des milliers d'Afghans avaient fait en vain le siège de l'aéroport de Kaboul en espérant monter dans un des derniers vols d'évacuation.

Les talibans avaient critiqué ces évacuations chaotiques et assuré que tout Afghan ou étranger muni de papiers en règle pourrait prendre un vol commercial vers l'étranger dès leur reprise.

Des images filmées à l'aéroport par la chaîne Al Jazeera montraient jeudi après-midi des familles, avec des femmes, enfants et personnes âgées, attendant d'embarquer vers Doha avec leurs valises.

<p>Des passagers attendent dans le hall des départs de l'aéroport de Kaboul de pouvoir embarquer à bord d'un vol de la Qatar Airways, le 9 septembre 2021</p>

Très impliqué dans l'opération, le Qatar a multiplié les efforts ces derniers jours, avec son allié turc, pour remettre en état l'aéroport de la capitale, notamment afin de permettre une reprise de l'acheminement de l'aide humanitaire.

"Nous avons encore de gros défis à relever, mais nous avons déjà résolu beaucoup de problèmes et l'aéroport est proche" d'une reprise des vols, a déclaré l'envoyé spécial du ministre des Affaires étrangères qatari en Afghanistan, Mutlaq al-Qahtani, depuis l'aéroport.

"Nous espérons que dans un futur proche l'aéroport sera prêt pour toutes sortes de vols commerciaux", a abondé le porte-parole du gouvernement taliban, Zabihullah Mujahid.

Les talibans ont annoncé leur gouvernement de transition à quelques jours du 20e anniversaire des attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis, perpétrés par Al-Qaïda et qui ont déclenché une intervention internationale menée par Washington, lors de laquelle ils ont été chassés du pouvoir et plongés dans 20 ans de rébellion.

<p>Le nouveau gouvernement taliban en Afghanistan</p>

Malgré les promesses d'ouverture des talibans, ce gouvernement est surtout composé de cadres ultra-conservateurs de la génération qui avait imposé un régime rigoriste et brutal entre 1996 et 2001 - dont quatre passés par la prison américaine de Guantanamo - et ne comporte aucune femme. Plusieurs ministres figurent sur des listes de sanction de l'ONU.

Il doit maintenant s'atteler à consolider le pouvoir des fondamentalistes, revenus soudainement à la tête du pays à la mi-août à la faveur du retrait américain, d'une offensive éclair et de l'effondrement du gouvernement pro-occidental.

- "Gagner la légitimité" -

Les talibans, qui auront besoin d'aide étrangère pour faire rebondir rapidement une économie sinistrée et en partie à l'arrêt depuis le 15 août, avaient promis de former un gouvernement ouvert à d'autres groupes.

<p>Les portraits du mollah Omar et de Jalaluddin Haqqani, tous deux défunts, dans une rue de Kaboul, le 9 septembre 2021</p>

Le secrétaire d’État américain, Antony Blinken, a estimé mercredi qu'ils devraient "gagner" leur légitimité auprès de la communauté internationale après l'annonce de ce gouvernement comprenant des personnalités recherchées par les autorités américaines.

Washington le jugera "sur ses actions", a-t-il ajouté, pendant que les Européens regrettaient qu'il ne soit ni "inclusif" ni "représentatif".

La Chine, l'un des rares pays à maintenir son ambassade ouverte à Kaboul, a pour sa part salué la mise sur pied d'un gouvernement qui met fin "à plus de trois semaines d'anarchie".

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.