La Corée du Nord organise une parade sans missile pour l'anniversaire de sa fondation

AFP
placeholder

La Corée du Nord a fait parader dans la nuit de mercredi à jeudi des tracteurs et des camions de pompiers plutôt que les habituels chars d'assaut et missiles, pour un troisième défilé en moins d'un an dans ce pays doté de la puissance nucléaire, ont rapporté les médias d'Etat.

Le défilé était moins provocant que les précédents, constitué cette fois-ci de membres du ministère des Chemins de fer, de la compagnie aérienne Air Koryo ou encore du complexe d'engrais Hungnam, sans aucune mention d'exhibition d'armes stratégiques.

Le dirigeant Kim Jong Un est apparu, vêtu d'un costume gris pâle, à minuit lors d'un feu d'artifice et a "adressé des salutations chaleureuses à l'ensemble de la population du pays", a rapporté l'agence KCNA qui ne cite pas d'extrait du discours.

"Nous surveillons la situation de près", a assuré à l'AFP un responsable du ministère sud-coréen de la Défense. "Il faut une analyse plus approfondie pour avoir plus de précisions".

Le public, non masqué, a pu voir passer des étudiants munis d'armes à feu, des agents portant des combinaisons orange et des masques à gaz ou encore des unités paramilitaires motorisées, selon les images diffusées.

Les armes les plus impressionnantes étaient des pièces d'artilleries remorquées par des tracteurs conduits, selon KCNA, par des fermiers membres de coopératives "pour pilonner les agresseurs et leurs forces vassales avec une puissance de feu annihilante en cas d'urgence".

placeholder

Les habituels missiles géants -réels ou faux- ont été remplacés comme clou du défilé par la brigade de pompiers des forces de sécurité publique.

Pyongyang a utilisé les défilés militaires à plusieurs reprises par le passé pour envoyer des messages à l'étranger et à sa propre population, généralement lors de certains anniversaires.

Jeudi est le jour du 73e anniversaire de la fondation de la République démocratique populaire de Corée, nom officiel du Nord de la péninsule.

Mais le régime organise rarement trois parades en moins d'un an -avec un défilé militaire en janvier pour le congrès du Parti des travailleurs et un autre en octobre pour les 75 ans de l'organisation.

placeholder

Le pays n'a procédé à aucun essai nucléaire ou tir de missile balistique intercontinental depuis 2017.

Au lieu de cela, le régime a cherché à utiliser les parades pour envoyer "un message à la communauté internationale", sans risquer l'escalade, a analysé Hong Min, chercheur à l'Institut coréen pour l'unification nationale à Séoul.

- Renforcer le moral des masses -

"La seule autre façon de montrer leurs armes stratégiques, c'est de les lancer, ce qui comporte le risque de susciter des protestations et d'entraîner de nouvelles sanctions internationales", a expliqué M. Hong.

Pyongyang est déjà la cible de nombreuses sanctions en raison de ses programmes d'armes nucléaires et de missiles balistiques interdits.

placeholder

Mais la parade de jeudi était la première de cette sorte et était "à des fins totalement intérieures", a ajouté M. Hong.

La Corée du Nord s'est isolée et a fermé ses frontières pour se protéger contre la propagation du Covid-19 qui a émergé pour la première fois en Chine voisine, ajoutant à la pression sur son économie moribonde.

Par ce défilé, Pyongyang a mis les civils à l'honneur "pour faire face à l'accumulation de difficultés et de défis ainsi que pour renforcer la solidarité dans cette période", a estimé M. Hong.

placeholder

Les pourparlers sur le nucléaire avec Washington sont suspendus depuis l'échec du sommet de Hanoï en février 2019 entre Kim Jong Un et Donald Trump.

Le représentant de l'actuel président américain Joe Biden pour la Corée du Nord a exprimé à plusieurs reprises sa volonté de rencontrer ses homologues nord-coréens "n'importe où, n'importe quand".

L'administration Biden a promis une "approche pratique, calibrée", avec des efforts diplomatiques pour inciter Pyongyang à abandonner son programme d'armement, ce à quoi la Corée du Nord ne s'est jamais montrée prête.

placeholder

Fin août, l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) avait fait état de "signes" indiquant que la Corée du Nord semblait avoir redémarré son réacteur produisant du plutonium dans le complexe nucléaire de Yongbyon.

L'AIEA avait estimé que les signes de fonctionnement du réacteur étaient "profondément troublants".

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

logo AFP