Afghanistan: reprise des vols commerciaux, un pas vers la normalisation

Emmanuel DUPARCQ, David FOX, avec Marine PENNETIER à ISLAMABAD
<p>Un avion de la Qatar Airways décolle de l'aéroport de Kaboul transportant des étrangers et des Afghans à destination de Doha, le 10 septembre 2021</p>

Les talibans continuent d'asseoir leur pouvoir en Afghanistan et d'aller vers la normalisation économique, avec la reprise attendue des vols commerciaux vers Kaboul, vingt ans après les attentats du 11-Septembre qui avaient entraîné la chute des islamistes.

Ces attaques, perpétrées par Al-Qaïda, ont changé l'histoire de l'Afghanistan. Washington a décidé dans la foulée d'envahir le pays pour chasser du pouvoir les talibans, coupables aux yeux de Washington d'avoir hébergé des cadres d'Al-Qaïda.

Une parenthèse pro-occidentale de deux décennies, refermée le 15 août dernier avec le retour des talibans au pouvoir à la faveur du retrait militaire américain.

Des rumeurs ont couru ces derniers jours d'une possible intronisation officielle samedi du nouveau gouvernement taliban, mais rien n'était annoncé dans l'après-midi.

"C'est un jour pour l'Amérique, pas pour l'Afghanistan", a déclaré à l'AFP Muhammad Alzoad, un employé de banque. Pour lui, le 11-Septembre "n'avait rien à voir avec l'Afghanistan, mais ça nous a fait souffrir".

Un pas vers la normalisation économique a été franchi samedi avec l'annonce par la compagnie nationale pakistanaise PIA de la reprise lundi de ses vols commerciaux d'Islamabad à Kaboul, interrompus juste après le 15 août.

"A ce stade, nous avons reçu 73 demandes" de passagers intéressés, "ce qui est très encourageant", a indiqué à l'AFP un porte-parole de la compagnie pakistanaise, précisant avoir de nombreuses demandes d'ONG humanitaires et de journalistes souhaitant se rendre à Kaboul.

Un premier vol passager international d'évacuation, non commercial, avait décollé de Kaboul vers le Qatar jeudi, suivi d'un autre vendredi avec à son bord 158 passagers, dont des Américains, des Allemands, des Canadiens, des Français, des Néerlandais, des Belges et des Mauriciens.

Fin août, l'aéroport de Kaboul avait le théâtre de scènes de chaos avec des milliers d'Afghans, effrayés par le retour des talibans ou en quête d'une vie meilleure à l'étranger, tentant désespérément de monter à bord du gigantesque pont aérien organisé entre autres par les États-Unis.

<p>Des passagers montent dans un bus avant d'embarquer à bord d'un avion de la Qatar Airways, le 10 septembre 2021 à l'aéroport de Kaboul</p>

Au total, plus de 123.000 personnes, principalement afghanes, avaient pu être évacuées dans le cadre de ce processus marqué le 26 août par un attentat meurtrier (plus de 100 morts) revendiqué par la branche locale de l'Etat islamique (EI).

- Soutien au régime -

Plus de trois semaines après leur retour au pouvoir, les talibans ont commencé cette semaine à dévoiler leurs cartes en présentant notamment leur nouveau gouvernement, mené par nombre de caciques rigoristes de leur premier règne (1996-2001). Composé exclusivement de membres du mouvement islamiste, il est dépourvu de femmes.

<p>Des étudiantes afghanes en niqab noir écoutent un discours lors d'un rassemblement pro-talibans à l'université Shaheed Rabbani, le 11 septembre 2021 à Kaboul</p>

Par rapport aux années 90, les islamistes ont fait des pas en avant, comme autoriser les femmes à étudier à l'université. Mais ils ont pour cela fixé des règles strictes. Elles seront ainsi "tenues de porter le hijab et le niqab ainsi que de suivre les cours en classe non-mixte ou séparées des étudiants".

Le nouveau régime a également indiqué que les femmes ne seraient pas autorisées à pratiquer du cricket, et plus largement du sport.

Ces mesures ont suscité l'inquiétude d'une partie de la population et de la communauté internationale qui gardent en mémoire la brutalité de leur régime des années 1990.

Plusieurs manifestations de femmes, qui réclament notamment le droit de pouvoir travailler à l'extérieur, et d'opposants au régime ont eu lieu ces derniers jours à Kaboul et dans d'autres grandes villes du pays. Les talibans les ont dispersées, parfois brutalement.

<p>Des Afghanes en niqab noir lors d'un rassemblement pro-talibans devant l'université Shaheed Rabbani, le 11 septembre 2021 à Kaboul</p>

Le pouvoir islamiste a en revanche reçu samedi le soutien quelque 300 femmes, entièrement voilées, qui se sont rassemblées dans une université de Kaboul.

Les images sont saisissantes: un amphithéâtre rempli de femmes souvent en niqab noir, et agitant les drapeaux blancs de l'Emirat islamique d'Afghanistan (le régime des talibans) en écoutant les oratrices venues défendre les mesures du nouveau régime.

Ces dernières, qui se sont succédé sur l'estrade, ont tancé les femmes descendues dans les rues ces derniers jours dans le pays pour réclamer le respect de leurs droits.

"Celles qui ne portent pas le hijab nous font du mal, à nous toutes", a estimé auprès de l'AFP une étudiante, Shabana Omari.

<p>Une étudiante afghane en niqab noir prend la parole lors d'un rassemblement pro-talibans à l'universita Shaheed Rabbani, le 11 septembre 2021 à Kaboul</p>

Une autre oratrice, Somaiya, a elle estimé que les choses avaient changé, en bien, depuis le retour des talibans: "Les femmes seront en sécurité. Nous soutenons de toutes nos forces notre gouvernement".

Vendredi, l'Unesco avait alerté sur les risques d'une "catastrophe générationnelle" en matière d'éducation en Afghanistan qui pourrait affecter le développement du pays "pour des années", jugeant les "immenses" progrès accomplis depuis 2001 "en danger" avec les talibans.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.