13-Novembre: un premier enquêteur à la barre, déjà interrompu par Abdeslam

Marie DHUMIERES et Alain JEAN-ROBERT
<p>Des gendarmes devant la salle d'audience du Palais de Justice de Paris, le 8 septembre 2021, premier jour du procès des attentats du 13 novembre 2015</p>

Le procès des attentats du 13-Novembre est entré lundi dans le vif du sujet avec le premier témoignage d'un enquêteur des services français de l'antiterrorisme, interrompu au bout de quelques minutes par le principal accusé Salah Abdeslam.

Commissaire de police, "Sdat 99", l'identification sous laquelle il dépose, est chargé de présenter l'enquête. Costume sombre, chemise rose, débit rapide, il s'exprime à la barre sous couvert de l'anonymat mais sans masque.

Dès le début de son exposé devant la cour d'assises spéciale, le seul membre encore en vie des commandos du 13-Novembre 2015, Salah Abdeslam, se met à hurler, sans micro, depuis le box des accusés: "c'est quand qu'on aura la parole ?!"

"Monsieur Abdeslam, si vous continuez vous allez sortir du box", le prévient, calmement mais fermement, le président Jean-Louis Périès. Il doit s'y reprendre à plusieurs fois avant que le Franco-marocain de 31 ans ne finisse par se taire.

L'intervention intempestive de l'accusé, qui encourt la réclusion criminelle à perpétuité, n'a pas perturbé l'enquêteur.

En détails, il décrit les "défis" d'une "enquête sans précédent" avec des "constatations simultanées sur huit scènes de crime", tout en procédant "à une collecte minutieuse de toutes les traces d'indices qui peuvent être microscopiques".

Plus de 1.000 enquêteurs ont été mis sur le pont, et confrontés à des "scènes indicibles", précise le policier, "dans un schéma de course contre la montre" et de "risque de sur-attentat".

- Enquête tentaculaire -

Son intervention, prévue sur plusieurs heures, doit être suivie des questions des avocats généraux, des avocats des parties civiles et de la défense. Mardi, il cèdera la barre à la juge antiterroriste belge Isabelle Panou.

Tentaculaires, les investigations menées en Europe et au-delà ont permis de reconstituer la préparation et le déroulement des attaques pilotées par le groupe Etat islamique (EI), qui ont fait 130 morts et des centaines de blessés à Paris et Saint-Denis.

Même si des questions demeurent, les enquêteurs sont parvenus en quatre ans à identifier commanditaires, planificateurs, artificiers, convoyeurs et intermédiaires de la cellule, ainsi que leur parcours de la Syrie à la Belgique puis la France, via la route des migrants.

Mercredi et jeudi derniers, les deux premiers jours du procès-marathon étiré sur près de neuf mois ont été consacrés à l'appel des plus de 1.800 parties civiles déjà constituées et à l'enregistrement de centaines d'autres, victimes des attentats les plus meurtriers jamais perpétrés sur le sol français.

Largement muet depuis son arrestation en mars 2016, le seul survivant des commandos Salah Abdeslam y a fait une entrée tonitruante en multipliant les provocations.

<p>Croquis d'audience du 8 septembre 2021 montrant Salah Abdeslam, lors du procès des attentats du 13 novembre 2015 à Paris</p>

Se présentant comme un "combattant de l'Etat islamique", il s'est octroyé la parole pour dénoncer ses conditions de détention, dédouaner trois de ses coaccusés puis demander si "les victimes en Syrie pourront avoir la parole".

- Retour sur une nuit d'horreur -

Vendredi, le magistrat a répertorié les nombreux témoins appelés à déposer, avant de débuter, avec ses deux premières assesseures Frédérique Aline et Xavière Siméoni, la lecture du rapport qui résume les 547 tomes du dossier.

<p>Chronologie des attentats de Paris du 13 novembre 2015</p>

Pendant sept heures, leur récit a replongé le prétoire dans les détails de la soirée sanglante qui a traumatisé la France, de l'enquête qui a suivi et de cerner le profil des 20 accusés.

Dans les termes cliniques caractéristiques de ces rapports, le président a raconté les déflagrations des "kamikazes" autour du Stade de France puis les claquements des kalachnikov qui ont mitraillé les terrasses des bistrots d'abord, la fosse de la salle de concert du Bataclan ensuite.

Dans un lourd silence, il a énoncé les prénoms, les patronymes et l'âge des victimes. Une près du Stade de France, 39 sur les terrasses parisiennes, 90 au Bataclan. "Baptiste C., 24 ans, Aurélie de P., 33 ans, Cécile M. épouse Z., 31 ans"...

<p>Des policiers, pompiers et secouristes près du Bataclan où un commando jihadiste a fait irruption, dans la nuit du 13 au 14 novembre 2015 à Paris</p>

Sur les bancs des parties civiles, des sanglots ont éclaté, des mains se sont serrées. Dans le box, les accusés ont gardé la tête baissée et Salah Abdeslam le silence.

Les rescapés des attentats et les proches des victimes auront la parole fin septembre et pendant cinq semaines pour mettre leurs mots sur cette nuit d'horreur, évoquer le souvenir de ceux qu'ils ont perdus et décrire les maux de leur vie d'après.

Les accusés ne devraient pas être interrogés sur le fond du dossier avant le mois de janvier.

<p>Fiche sur les 20 personnes suspectées d'avoir pris part aux attentats du 13-Novembre en France, renvoyées aux Assises</p>

Onze d'entre eux, dont Salah Abdeslam, comparaissent détenus. Trois comparaissent libres sous contrôle judiciaire. Six autres sont jugés par défaut, dont le commanditaire présumé de l'opération Oussama Atar et les "voix" françaises de sa revendication, Fabien et Jean-Michel Clain, tous les trois présumés tués lors d'une frappe occidentale en Syrie.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.