Alexandre Benalla face au tribunal, trois ans après le scandale

Anne LEC'HVIEN, Anne-Sophie LASSERRE
<p>Alexandre Benalla arrive au tribunal de Paris le 13 septembre 2021</p>

Il avait été recruté pour "régler les problèmes": trois ans après le retentissant scandale qui a secoué l'Elysée, le procès de l'ancien chargé de mission Alexandre Benalla pour les violences du 1er mai 2018 et l'utilisation frauduleuse de ses passeports diplomatiques a débuté lundi à Paris.

Après un résumé des investigations, le tribunal s'est penché sur le parcours de l'ex-adjoint au chef de cabinet de la présidence, depuis le baccalauréat jusqu'à l'Elysée, en passant par ses études de droit, le service d'ordre du Parti socialiste et la campagne du candidat Emmanuel Macron.

Juste avant son vingt-cinquième anniversaire, en août 2016, l'association En Marche l'embauche pour "régler les problèmes", ou plus officiellement comme "directeur de la sûreté et de la sécurité", raconte à la barre l'ex-proche collaborateur d'Emmanuel Macron, masque chirurgical et lunettes rondes.

Séduit par "l'aventure humaine", Alexandre Benalla comptera sous ses ordres "quatre salariés" d'En Marche et "environ 450 bénévoles dans toute la France", détaille-t-il debout, les mains croisées, ses épaules larges cintrées dans un costume sombre.

A l'origine d'une tempête politique qui a secoué le pouvoir pendant plusieurs mois, Alexandre Benalla, aujourd'hui âgé de 30 ans et reconverti dans le privé, doit comparaître jusqu'au 1er octobre, aux côtés de l'ex-employé d'En Marche Vincent Crase et de deux policiers.

En juillet 2018, il avait été identifié par le journal Le Monde sur une vidéo où il apparaissait avec un casque des forces de l'ordre, brutalisant une femme et un homme place de la Contrescarpe à Paris, à l'issue d'une journée de manifestation émaillée de heurts.

<p>Éléments biographiques d'Alexandre Benalla, ex-collaborateur de l'Elysée</p>

Alors au cœur du dispositif de sécurité du président Macron, il devait ce jour-là n'avoir qu'un rôle d'observateur. Sanctionné d'une suspension de 15 jours, il avait gardé un bureau à l'Elysée, avait révélé le quotidien.

Dès le lendemain, l'opposition dénonçait une "affaire d'Etat" et une enquête judiciaire était ouverte. L'affaire a empoisonné l'exécutif pendant des mois, au fil de révélations dans la presse et des auditions de commissions d'enquête parlementaires.

Visé depuis par six enquêtes judiciaires, dont une classée sans suite, M. Benalla a été renvoyé devant la justice notamment pour des violences en réunion et pour avoir usurpé la fonction de policier.

Avec son coprévenu et ami Vincent Crase, ancien gendarme de 48 ans, ils doivent notamment s'expliquer sur leurs agissements, filmés, le jour de la Fête du travail 2018 contre le couple de la Contrescarpe, mais aussi sur des soupçons de violences au Jardin des plantes, deux heures plus tôt, concernant trois manifestants.

- "Attitude inadaptée ?" -

<p>L'ex-employé de LREM Vincent Crase au tribunal de Paris le 19 février 2019</p>

Durant les premières heures du procès, le principal prévenu a répondu posément. Il avait pu avoir au cours de l'instruction un comportement "irrespectueux", s'étonne la présidente Isabelle Prévost-Desprez, qui ajoute qu'à lire certaines pièces du dossier "on se dit +mais pour qui il se prend !+"

Au détour d'une question, la magistrate s'interroge aussi sur son attitude le jour de son placement en garde à vue, quelques jours après l'explosion du scandale.

Il avait notamment refusé de donner le numéro de sa compagne lors de la perquisition.

"J'étais surpris", "j'avais l'impression d'avoir fait quelque chose de positif pour la société, c'est-à-dire interpeller des délinquants", justifie Alexandre Benalla.

<p>Alexandre Benalla (C) portant un casque et Vincent Crase (C, G) empoignent un manifestant le 1er mai 2018 sur la place de la Contrescarpe à Paris</p>

"Je ne voyais pas du tout ce que ma compagne avait à voir avec l'enquête qui venait d'être ouverte tambour battant sous la pression médiatique", poursuit-il, assurant avoir été "très collaboratif".

Pourquoi a-t-il ensuite fait déplacer, dans la nuit, le coffre-fort contenant ses armes qui se trouvait dans l'appartement, demande la présidente.

"Mon domicile était facilement identifiable", "je pouvais être ciblé par des gens mal intentionnés", soutient-il, ajoutant avoir ensuite remis les armes à la justice.

Une instruction est toujours en cours sur la disparition de ce coffre-fort.

"Pour quelqu'un qui a voulu être commissaire de police", n'est-ce pas une "attitude inadaptée ?"

"Non, je ne pense pas", répond Alexandre Benalla, qui réfute toute "provocation".

Au cours des trois semaines d'audience, Alexandre Benalla devra aussi répondre de l'utilisation de deux passeports diplomatiques après son limogeage de l'Elysée. Il est aussi soupçonné d'avoir obtenu un passeport de service en produisant un faux, ce qu'il conteste.

<p>Alexandre Benalla portant un casque le 1er mai 2018 sur la place de la Contrescarpe à Paris</p>

Il est enfin poursuivi pour port d'arme non autorisé, en avril 2017 à Poitiers, pendant la campagne présidentielle d'Emmanuel Macron.

Il encourt jusqu'à sept ans de prison et 100.000 euros d'amende.

Deux fonctionnaires de la préfecture de police de Paris sont quant à eux jugés pour avoir transmis, juste après l'explosion de l'affaire, des images de vidéosurveillance à Alexandre Benalla.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.