A Bogota, une arme "non-létale" trop souvent fatale

Hervé BAR
<p>Des armes "non-léthales" dans un magasin de Bogota, le 17 septembre 2021</p>

On les achète au coin de la rue comme des petits pains; elles sont légalement l'équivalent d'un simple jouet. Un nouveau type d'armes, prétendument "non-létales" mais dites "traumatisantes", prolifère dans les rues des grandes villes colombiennes, au point de devenir un sérieux problème de sécurité publique.

En autorisant il y a une dizaine d'années l'importation et la vente massive de ces armes dites sportives, "l'Etat a laissé rentrer les problèmes. On se retrouve avec une situation hors contrôle", résume le gérant d'un club de tirs de Bogota.

La vision est effectivement surprenante: au beau milieu d'un centre commercial ou d'un banal supermarché, une armada de pistolets Glock, Storm Beretta, CZ et autres Heckler/Koch s'affiche en vitrine.

<p>Des armes "non-léthales" dans un magasin à Bogota, le 17 septembre 2021</p>

"Une arme traumatisante ne diffère en rien - ou presque - d'une arme à feu classique", explique à l'AFP Orlando Carillo, expert en sécurité.

"Leur forme et leur fonctionnement sont rigoureusement identiques, les deux expulsent un projectile, à partir d'une cartouche à poudre de 9 mm ou 7,65 mm. La seule différence est le projectile, celui de l'arme traumatisante est en gomme ou caoutchouc", décrypte M. Carillo.

Jusqu'à 15 mètres, la boule de gomme "peut provoquer des lésions importantes sur un os ou un muscle. Dans une partie molle, un oeil ou une artère, cela peut entraîner la mort".

Apparence, poids, détonation... quasi-impossible de faire la différence, a constaté l'AFP dans un stand de tir. Policiers et experts s'y trompent également, selon M. Carillo.

<p>Des munitions d'armes "non-léthales", à Bogota le 17 septembre 2021</p>

Importées de Chine ou de Turquie, ces armes sont en vente totalement libre en Colombie, dans la rue ou sur internet. "C'est très facile, il faut juste de l'argent et une pièce d'identité", vante la publicité. Il en coûte de 110 à 350 euros. Top des ventes: le Blow Tr92 Beretta, réplique parfaite de son modèle italien.

- "Explose-le!" -

Près de 1,6 million d'armes dites "non-létales" ont été commercialisées depuis douze ans en Colombie, estime la Fondation des idées pour la paix (FIP), qui avait alerté mi-2020 sur la nécessité de réglementer ce commerce. Leurs importations ont considérablement augmenté, de 8.585 en 2009, à 190.706 en 2020. Sans compter celles rentrées sous le manteau.

Pour la plupart des armes de poing, elles se déclinent également en fusil automatique.

<p>Une arme "non-léthale" à gauche et un pistolet 9mm lors d'un essai dans un stand de tir à Bogota le 17 septembre 2021</p>

Selon la mairie de Bogota, "ce type d'armes est de plus en plus utilisée pour commettre des crimes dans la ville", alimentant la psychose sécuritaire et la perception d'une hausse de la délinquance.

"Le 23 août, je rentrais chez moi vers 22H00", dans un quartier sud de Bogota, raconte Luis Rodriguez Mojica, 35 ans, l'oeil droit mutilé par l'un de ces engins. "Deux hommes à moto sont arrivés. +Explose-le! il va se barrer+, a crié l'un des assaillants (...). Ma cornée a été pulvérisée par l'impact", lâche-t-il, résigné.

La police a par ailleurs détecté plusieurs cas de modifications de ces armes, pour en faire des "armes létales de fait". "Il est facile de remplacer les balles de gomme par du plomb ou de l'acier", confirme le patron du stand de tir. Ou d'utiliser une balle normale, mais à ses risques et périls, car "l'acier du canon peut exploser".

<p>Luis Rodriguez Mojica a vu son oeil droit mutilé par l'un de ces engins, ici à Bogota le 17 septembre 2021</p>

"Les armes traumatisantes sont présentées comme une arme de sport, mais les gens les utilisent comme une arme de défense. Et les criminels en font un large usage", s'alarme cet ancien policier, qui souligne leur généralisation, dans la plus grande opacité, au sein des entreprises de sécurité privée.

"Leur impact sur la sécurité publique est mortel", renchérit M. Carillo.

Faute de réglementation, un délinquant arrêté avec un tel engin ne risque rien légalement, si ce n'est la saisie de son joujou.

- Trop tard -

"On a permis aux criminels de se fournir en armes quasi-équivalentes à des armes à feu, sans aucun contrôle, le plus légalement du monde, et à un prix défiant toute concurrence !", déplore le patron de l'académie de tir. "La Colombie ne pouvait pas se permettre ça".

Devant l'urgence, le gouvernement préparerait un projet de loi réglementant les armes traumatisantes au même niveau que des armes à feu classiques, régies par un décret de 1993.

<p>Une arme "non-léthale" lors d'un essai dans un stand de tir à Bogota, le 17 septembre 2021</p>

Selon la presse, le texte imposerait un coûteux permis de détention et de port, un enregistrement auprès des institutions compétentes, des conditions d'achat plus strictes, etc.

Il suscite déjà des grincements de dents chez les professionnels de ce juteux secteur. "Le gouvernement risque d'agir de façon drastique", proteste Diego Villalba, importateur depuis 2014, alors que "notre activité génère des milliers d'emplois".

"Pourquoi l'Etat a attendu aussi longtemps ?", s'interroge l'expert, pointant l'inévitable apparition à terme d'un "nouveau marché noir".

"Les délinquants se ficheront de la loi, ils continueront à utiliser ces armes qui pullulent désormais" et dont personne ne sait où elles sont.

"C'est trop tard", juge M. Carillo. "La seule option maintenant, c'est la prohibition".

Pour la FIP, une future réglementation "est une étape importante". Mais c'est "toute la politique de contrôle des armes à feu qui doit être réformée de toute urgence", afin de "réduire la violence" en Colombie, où circuleraient illégalement 4,2 millions d'armes à feu classiques.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.