Afghanistan: le ministre fils du mollah Omar se montre pour la première fois

AFP
<p>Image tirée d'une vidéo diffusée le 27 octobre 2021 par le ministère de la Défense des talibans de Mohammed Yaqoub, fils du mollah Omar, s'adressant, pour la première fois en public, au personnel d'un hôpital à Kaboul</p>

Le ministre de la Défense des talibans, Mohammed Yaqoub, fils du fondateur du mouvement fondamentaliste, le mollah Omar, est apparu pour la première fois en public mercredi, pour appeler les Afghans à soutenir leurs hôpitaux.

Cette intervention télévisée montre l'évolution médiatique des responsables talibans, en quête de reconnaissance internationale, depuis leur premier régime (1996-2001) sous le mollah Omar, qui ne se montrait pratiquement jamais en public et ne laissait pas diffuser d'images de lui.

"Nos frères entrepreneurs (...) doivent venir investir ici", a déclaré Mohammed Yaqoub à l'hôpital Sardar Mohammad Dawood Khan, le principal centre hospitalier militaire de Kaboul.

"Si nous restons sincères et attachés à cet objectif, nous pouvons espérer d'ici un an ou deux atteindre notre objectif: que plus aucun Afghan n'ait besoin de quitter le pays pour aller se faire soigner ailleurs", a-t-il ajouté, dans une vidéo diffusée par le gouvernement taliban.

Sinistrée par des décennies de guerre, où les Afghans qui en avaient les moyens allaient souvent se faire soigner à l'étranger, l'économie afghane est en partie à l'arrêt depuis le retour des talibans au pouvoir en août.

La pauvreté, déjà très répandue, s'étend encore plus et le système de santé, en plus d'être peu accessible à une grande partie de la population, fonctionne désormais en mode très dégradé.

Selon l'ONU, l'Afghanistan compte les taux de mortalité maternelle et infantile parmi les plus élevés au monde. Et le pays reste à la merci d'une possible troisième vague de Covid-19.

Avant le retour au pouvoir des talibans, Mohammed Yaqoub était le chef de leur puissante commission militaire qui décidait des orientations stratégiques dans la guerre contre le gouvernement afghan.

Son ascendance et ses liens avec son père, qui faisait l'objet d'un véritable culte chez les talibans, en font une figure unificatrice au sein du mouvement, mais son poids et son influence y restent peu connus.

En fuite après la chute des talibans à la fin 2001, le mollah Omar est mort en 2013, une disparition que les talibans ont longtemps cachée, ne l'annonçant officiellement qu'en 2015, plus de deux ans plus tard.

Le gouvernement taliban actuel est dirigé par plusieurs de ses anciens proches, dont le Premier ministre, Mohammad Hassan Akhund, et son numéro deux, Abdul Ghani Baradar.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.