Sous-marin argentin: l'audition de Macri pour espionnage tourne court

AFP
<p>Un parent de l'un des 44 membres d'équipage décédés dans le naufrage du sous-marin ARA San Juan devant le tribunal fédéral de Dolores proche de Buenos Aires, le 28 octobre 2021</p>

L'ancien président argentin Mauricio Macri a brièvement comparu jeudi devant un juge, qui veut l'entendre sur des accusations d'espionnage par les services secrets de familles des victimes du "San Juan", un sous-marin dont le naufrage en 2017 avait fait 44 morts.

L'ancien président (2015-2019), et chef de file de l’opposition de centre-droit, s'est présenté devant un magistrat de Dolores, à 200 km de Buenos Aires. Mais l'audience a été suspendue après environ une heure, son avocat Me Pablo Lanusse expliquant que le tribunal "ne dispose pas de l'habilitation à lever le secret sur le renseignement pour que M. Macri puisse déposer".

Aucune éventuelle nouvelle date d'audience n'a été communiquée, mais selon l'avocat, "l'animosité et l'ambition du juge de poursuivre M. Macri avant les élections (de mi-novembre) était claire".

A son arrivée en fin de matinée, M. Macri s'est adressé à plus d'une centaine de sympathisants, dénonçant une procédure aux relents politiques, accusant le pouvoir "d'utiliser une tragédie pour nuire", en pleine campagne électorale.

M. Macri, 62 ans était convoqué dans le cadre d'une enquête préliminaire menée par le juge Martin Bava, pour qui le chef de l'Etat avait à l'époque "pleine connaissance" du suivi que réalisaient les services de renseignement sur les familles de l'équipage.

Le San Juan avait disparu en novembre 2017 dans l'Atlantique Sud à 400 km des côtes de Patagonie. Localisé un an plus tard à 900 m de fond, il n'a jamais pu être renfloué, contre le voeu des familles. Selon la marine, le submersible qui datait de 1983 avait implosé en raison de défaillance techniques.

Les familles avaient mené à l'époque une intense campagne pour connaître le sort du sous-marin. Elles ont assuré avoir fait l'objet de filatures, d'écoutes téléphoniques, d'intimidations. Dans le cadre de la même enquête, des poursuites judiciaires ont déjà été engagées contre deux anciens chefs du renseignement.

<p>Mauricio Macri accueilli par le maire de Dolores, Luis Etchevarren avant de comparaître devant un juge du tribunal fédéral de Dolores, le 28 octobre 2021</p>

"Nous espérons que Macri (...) nous dira la vérité sur les raisons pour lesquelles nous avons été espionnés illégalement", a déclaré à l'AFP Luis Tagliapietra, père d'un sous-marinier disparu, et avocat plaignant. Un espionnage "plus que prouvé", selon lui.

M. Macri, qui a tenté en vain de faire récuser le juge Bava, disant sa crainte de "partialité", a farouchement nié avoir "jamais espionné ni demandé que l'on espionne les familles". "Nous sommes sereins. Nous savons ce que nous avons fait, et nos bonnes intentions", a-t-il répété jeudi.

Depuis sa convocation début octobre, il s'est dit victime d'une "persécution" politique, sur fond de campagne pour les législatives partielles, dans moins d'un mois, où le gouvernement (centre-gauche) du président Alberto Fernandez voit à mi-mandat sa majorité au Sénat menacée.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.