Biden et Macron mettent en scène leur réconciliation à Rome

Jérôme RIVET et Aurélia END
<p>Emmanuel Macron et le président américain Joe Biden à l'ambassade de France au Vatican à Rome le 29 octobre 2021</p>

Avec force sourires, poignées de mains et déclarations sur leur partenariat, Joe Biden et Macron ont ostensiblement affiché vendredi à Rome leur réconciliation après la brouille provoquée par la crise des sous-marins australiens.

"Ce que nous avons fait était maladroit et n'a pas été fait avec beaucoup d'élégance", a déclaré à ce propos le président américain, l'acte de contrition le plus clair à ce jour de la part des Américains.

Joe Biden a ajouté que la France était à ses yeux "un partenaire d'une extrême valeur", en s'adressant aux journalistes auprès de son homologue français, qui le recevait à la Villa Bonaparte, ambassade de France auprès du Vatican.

Il a ajouté le geste à la parole en tendant la main à deux reprises, devant les caméras, à Emmanuel Macron, après déjà des poignées de mains et des sourires à son arrivée sur le perron.

Le président français s'est lui réjoui devant son homologue des "décisions concrètes" annoncées ou prises depuis le début de la crise, à la mi-septembre, qui "amorcent un processus de confiance". "Nous avons clarifié ce que nous avions à clarifier", a-t-il encore dit.

Dans les attentes françaises, il y a notamment un soutien clair des Américains à propos du projet de véritable défense européenne commune, cher à Paris.

Selon Emmanuel Macron, cette idée, que Washington n'a pas toujours accueillie avec le plus grande chaleur, est tout à fait compatible avec l'Otan, l'alliance militaire transatlantique pilotée par les Etats-Unis.

Paris voudrait aussi plus de soutien aux interventions militaires contre les jihadistes au Sahel, Emmanuel Macron saluant les premières mesures concrètes mises en oeuvre sur le terrain par les Etats-Unis.

- Signal américain -

La rencontre des deux hommes, qui se sont vus en tête à tête avant d'être rejoints par leurs délégations, devait déboucher sur un communiqué, a déjà fait savoir la Maison Blanche.

Pour Paris, le fait que le gigantesque convoi présidentiel américain - 84 voitures - se déplace en terre française était déjà un signe de la volonté américaine de recoller les morceaux.

Les Etats-Unis avaient été visiblement pris de court par la très vive réaction française à l'annonce mi-septembre d'une nouvelle alliance, baptisée "Aukus", entre les Etats-Unis, l'Australie et le Royaume-Uni dans la zone indopacifique.

<p>Le président américain Joe Biden arrive au Vatican le 29 octobre 2021 pour rencontrer le pape François</p>

Outre le fait de ne pas avoir été consulté, Paris avait été très dépité par la première conséquence de ce partenariat: l'abandon par l'Australie d'un mégacontrat de sous-marins français.

Mécontent, Emmanuel Macron, après avoir rappelé l'ambassadeur de France aux Etats-Unis, avait attendu une semaine avant de s'entretenir avec Joe Biden le 22 septembre, une discussion téléphonique qui avait permis d'amorcer la détente.

Avant le président français, Joe Biden, soucieux de consolider les alliances européennes des Etats-Unis malmenées pendant la présidence Trump, avait rencontré Mario Draghi, chef du gouvernement italien.

Lors de cette entrevue, ils ont convenu de "l'utilité de développer une Europe de la défense", a fait savoir le gouvernement italien, un sujet décidément omniprésent.

Ces rencontres font office de lever de rideau avant le sommet du G20 sous présidence italienne, qui se tient samedi et dimanche.

Les grandes puissances mondiales devraient annoncer un accord solennel sur un projet de taxe minimale sur les entreprises, mais l'incertitude persiste encore sur leur capacité à prendre des engagements forts sur le climat, avant que ne se tienne la semaine prochaine le sommet de la COP26 à Glasgow (Royaume-Uni).

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.