L1: avec un grand Neymar, le Paris SG renverse Lille

Alexis HONTANG

Le Paris SG a arraché une victoire inespérée contre Lille (2-1), vendredi, grâce à un but à la 88e minute d'Angel di Maria, qui a récompensé l'abnégation des coéquipiers de Neymar, étincelant, lors de la 12e journée de Ligue 1.

Après Lyon (2-1), Metz (2-1) et Angers (2-1), voilà une nouvelle fois que les Parisiens se sauvent dans les derniers instants.

Mais le scénario de ce film à suspense diffère selon l'adversaire. Contre le Losc, le club de la capitale a surpris les observateurs, en étant meilleur sans Lionel Messi, remplacé à la mi-temps.

Neymar, critiqué ces dernières semaines pour son rendement décevant (1 seul but, sur penalty), a joué le premier rôle d'une soirée placée sous le signe du phénix.

"Les critiques sont normales. Cela fait quinze ans que je joue au football, cela me laisse indifférent, a réagi la superstar au micro de Prime Video. Je fais ce que je peux pour mon équipe sur le terrain."

Le Brésilien a initié le tempo de la "remontada" parisienne par ses dribbles et son abnégation au pressing, face à des Lillois essorés en fin de match.

Les ultras ont même entonné "merci Neymar" après le but du 2-1 : la passe décisive était signée "Ney".

Plus tôt (74e), Marquinhos a égalisé sur un service de Di Maria, l'autre grand bonhomme de la soirée, qui a réussi sa 108e passe décisive - un record du club.

Mais le leader du championnat a aussi connu d'énormes difficultés à imposer son jeu, notamment en première période, terminée sous les sifflets, justifiés, des spectateurs.

- David encore buteur -

Lille, qui a ouvert le score par Jonathan David (31e), peut nourrir des regrets, tant les occasions pour faire le break ont été nombreuses.

Mais le champion en titre a encore manqué de réalisme, son gros défaut cette saison, et enchaîne un troisième match consécutif sans gagner.

Les hommes de Jocelyn Gourvennec, dixièmes, pourraient se retrouver dans la deuxième partie du tableau à l'issue de la journée.

Son homologue parisien, Mauricio Pochettino, peut lui continuer à travailler plutôt sereinement, avant un match décisif de Ligue des champions à Leipzig mercredi.

Mais il risque encore de se gratter la tête sur la meilleure manière de faire évoluer ses superstars ensemble. En l'absence de Kylian Mbappé, malade, le positionnement de Messi en pointe de l'attaque, où il a brillé de longues années au FC Barcelone, était attendu avec impatience.

Mais sa première période a ressemblé au désarroi que rencontre un automobiliste à la recherche d'une place de parking près du Parc des princes un soir de match.

L'Argentin a été livré à lui-même, abandonné par un collectif quasiment inexistant.

- Neymar décisif -

En défense, le constat n'était guère meilleur, malgré les efforts de Marquinhos et Presnel Kimpembe pour contenir les Lillois.

Le gardien Gianluigi Donnarumma s'est aussi déployé, dès la première minute, pour détourner une frappe dangereuse de Burak Yilmaz.

Mais les Lillois ont trouvé la faille, en exploitant notamment les couloirs, une faiblesse bien connue du PSG. Yilmaz a déposé Thilo Kehrer sur l'aile droite, pour servir David qui, tout seul, battait Donnarumma à bout portant.

Le Canadien, meilleur buteur de L1, a inscrit son 8e but.

L'ouverture du score nordiste, logique, n'a pas eu l'effet d'un détonateur pour les coéquipiers de Danilo Pereira. Il a fallu attendre la mi-temps pour voir quelque chose bouger côté parisien.

Et quelle bombe ! La sortie de Messi, remplacé par Mauro Icardi, a pris de court le public du Parc des princes, venu en grande partie pour admirer son génie.

Peut-être Pochettino a voulu être prudent avec sa superstar, qui a ressenti une gêne musculaire qui l'a privé de l'entraînement collectif jeudi.

Sans Mbappé ni Messi, il restait Neymar pour sortir le PSG du pétrin. Avant le match, il était le membre de la "MNM" le plus critiqué.

"Il ira de mieux en mieux", a assuré jeudi Pochettino. "Ney" lui a donné raison, avec une performance qui lui ressemble, à la fois spectaculaire et pleine de hargne. Dans son élan, Paris a été meilleur, en même temps que Lille a baissé de régime.

Les occasions pour mener se sont multipliées, avec Mauro Icardi, (72e, 82e) avant le dénouement heureux.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.