L1: PSG-Lille, haut les doutes!

Alexis HONTANG
<p>Le milieu de terrain du PSG Ander Herrera (à gauche) lors du match du Trophée des Champions contre Lille le 1er août 2021 au Bloomfield Stadium de Tel Aviv (Israël).</p>

Entre le Paris SG et Lille, l'affiche entre les deux représentants français en Ligue des champions oppose deux équipes en mal de certitudes vendredi (21h00) en Ligue 1, une situation incarnée dans chaque camp par les stars Neymar et Burak Yilmaz.

Les Lillois évoquent de mauvais souvenirs aux Parisiens, qui restent sur deux défaites sans marquer face aux Nordistes, la dernière en août lors du Trophée des champions (1-0), à Tel-Aviv.

En avril, les "Dogues" étaient venus s'imposer au Parc des princes (1-0), un revers que le PSG a payé très cher, puisqu'il a abandonné son titre, pour un point, au Losc en fin de saison.

Ainsi, le thème de la revanche habite ce choc de la 12e journée de Ligue 1. Mais les coéquipiers de Lionel Messi savent que c'est plutôt à eux-mêmes qu'ils la doivent.

Depuis la fin de la trêve internationale, le PSG enchaîne les matches sans progresser, une stagnation qui questionne au vu de son effectif de superstars.

<p>L'entraineur argentin du Paris Saint-Germain Mauricio Pochettino lors d'une conférence de presse au Parc des Princes à Paris le 18 octobre 2021.</p>

Les Parisiens restent sur une performance décevante, à Marseille (0-0), où le discours de l'entraîneur Mauricio Pochettino, qui a vu "beaucoup de choses positives", est resté inaudible face aux critiques.

Dans la capitale, les interrogations sur l'identité de jeu du PSG ne datent pas d'hier. Mais la patience des observateurs vis-à-vis de "Poche", qui a remplacé Thomas Tuchel début janvier, commence à toucher ses limites.

- Neymar, Yilmaz: même combat -

Les doutes concernent sa manière de faire briller ensemble Messi, Neymar, Kylian Mbappé et Angel Di Maria, un quatuor offensif de rêve qui n'arrive pas à se trouver pour le moment.

Sur les 233 minutes jouées par les "Quatre Fantastiques", il n'y a eu qu'un seul but, marqué par "Ney"... sur un penalty litigieux, contre Lyon (2-1).

C'est d'ailleurs le seul inscrit cette saison par le Brésilien, au rendement bien inférieur à ses standards habituels.

"C'est un joueur avec un talent énorme, l'un des meilleurs joueurs du monde. Il va aller de mieux en mieux", a assuré jeudi Pochettino.

La réception de Lille offre une belle vitrine pour lui permettre de briller. Mais son acolyte Mbappé ne sera pas là, en raison d'une infection otorhinolaryngologique.

La présence de Messi, qui a raté l'entraînement collectif jeudi matin en raison d'une gêne musculaire, est en outre incertaine.

Autres éléments incontournables dans l'animation offensive, le latéral Achraf Hakimi est suspendu, et le milieu italien Marco Verratti a déclaré forfait, en raison d'une blessure à la hanche gauche.

- Sans Verratti, ni André -

Son indisponibilité, évaluée à quatre semaines par le club, constitue un coup dur pour Pochettino, mais son homologue lillois Jocelyn Gourvennec se trouve dans la même situation que lui, puisqu'il doit se passer de son métronome Benjamin André, suspendu.

<p>L'attaquant de Lille Burak Yilmaz (à gauche) lors du match opposant Lille à Séville en Ligue des Champions au stade Pierre Mauroy de Villeneuve-d'Ascq le 20 octobre 2021.</p>

De manière étonnante, le Losc connaît des problèmes analogues à ceux du PSG, à la différence que les coéquipiers de José Fonte, 10es de Ligue 1, se trouvent dans l'urgence de prendre des points contrairement aux Parisiens, leaders.

Dans le rôle de la star en souffrance, à l'image de Neymar, Burak Yilmaz suscite des inquiétudes, au point que son cas a occupé la moitié de la conférence de presse d'avant-match de Gourvennec, mercredi.

Le buteur turc de 36 ans, si performant ce printemps, n'a plus marqué en Ligue 1 depuis le 21 août. En C1, il est celui qui a été le plus souvent signalé hors-jeu cette saison (12), et de loin.

Son geste d'humeur au moment de sa sortie contre Brest (1-1), samedi, a mis son mal-être sur le devant de la scène: "Il s'est excusé", a expliqué l'entraîneur lillois, selon lequel sa frustration exprime celle d'une équipe trop maladroite.

"On constate qu'on se créé beaucoup d'occasions, plus que la saison dernière. Notre production aurait dû nous permettre d'être troisième aujourd'hui (...). On sait jouer au foot, on prépare bien les actions, mais on finit mal", a-t-il expliqué.

Pour Lille aussi, c'est le moment de briller.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.