"Minuit moins une", le monde face à l'urgence climatique à la COP26

Amélie BOTTOLLIER-DEPOIS
<p>Le Premier ministre britannique, Boris Johnson, arrive au centre de conférence de Glasgow, pour l'ouverture de la COP26, le 1er novembre 2021</p>

Des attentes immenses, à la hauteur des désastres climatiques balayant la planète: après les "espoirs déçus" du sommet du G20, plus de 120 dirigeants du monde arrivent lundi à Glasgow, pressés de toutes part de faire plus et plus vite pour éviter le pire à l'humanité.

"L'humanité a longtemps joué la montre sur le climat. Il est minuit moins une et nous devons agir maintenant", doit leur dire le Premier ministre britannique Boris Johnson, hôte de cette cruciale COP26, selon des extraits de son discours diffusés par ses services.

Ce dernier a accueilli, avec le chef de l'ONU, le ballet des dirigeants d'un salut du coude, dont le Français Emmanuel Macron. L'un des principaux protagonistes sera le président américain Joe Biden, qui doit prendre la parole en début d'après-midi après avoir atterri en Ecosse en provenance du G20 à Rome.

Dans la capitale italienne, il s'était dit "déçu" par l'absence d'engagements de la Chine, le principal pollueur mondial, et de la Russie pour le climat au G20. Les présidents russe et chinois figurent parmi les grands absents à la COP26, mais un message écrit de Xi Jinping doit être publié dans la journée.

Les observateurs espéraient que la réunion des leaders du G20, qui représente près de 80% des émissions mondiales de gaz à effet de serre, donnerait un fort élan à cette COP écossaise repoussée d'un an en raison du Covid-19.

Le G20 a bien réaffirmé à l'unisson l'objectif de limiter le réchauffement à +1,5°C par rapport à l'ère pré-industrielle, ajoutant une ambition de neutralité carbone autour du milieu du siècle et la fin des subventions aux centrales à charbon à l'étranger. Mais cela n'a convaincu ni les ONG, ni l'ONU, ni le Premier ministre britannique.

"Je quitte Rome avec des espoirs déçus - même s'ils ne sont pas enterrés", a lancé dimanche le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres.

"Nous avons fait des progrès au G20 (...), mais ce n'est pas assez", a renchéri Boris Johnson avant de mettre en garde: "Si Glasgow échoue, c'est tout qui échoue".

Et les enjeux de la COP26 qui doit durer deux semaines sont nombreux, plus difficiles et explosifs les uns que les autres dans un contexte de pandémie mondiale qui a fragilisé les pays pauvres déjà vulnérables aux impacts du dérèglement climatique.

- L'Inde attendue -

<p>Les risques de problèmes de santé liés au changement climatique</p>

D'abord l'ambition. Les engagements actuels des quelque 200 signataires de l'accord de Paris, s'ils étaient respectés, mèneraient à un réchauffement "catastrophique" de 2,7°C selon l'ONU.

"J'espère qu'au sommet (de lundi et mardi), nous verrons de nouveaux engagements qui aideront à construire la confiance et la conviction que nous pouvons limiter le réchauffement à +1,5°C", a déclaré dimanche le président de la COP26, Alok Sharma.

Alors que la Chine vient de formellement déposer ses nouveaux engagements climat qui reprennent sans les renforcer les promesses faites par le président Xi Jinping, l'Inde, autre émetteur majeur, est désormais au centre des attentes.

Si le Premier ministre indien Narendra Modi fait des annonces lors de son discours lundi après-midi, cela "pourrait mettre plus de pression sur la Chine et d'autres", commente Alden Meyer, analyste au sein du centre de réflexion E3G.

<p>Le mouvement Extinction Rebellion manifeste à Paris le 31 octobre 2021, avant le début de la COP26 à Glasgow</p>

Autre sujet brûlant, la promesse toujours non tenue des pays riches de porter à 100 milliards de dollars par an à partir de 2020 leur aide climat aux pays en développement.

L'objectif a de facto été repoussé de trois ans à 2023, renforçant la crise de confiance entre le Nord, responsable du réchauffement, et le Sud, victime de ses effets.

- "Indifférents" -

"La finance climat n'est pas de la charité. C'est une question de justice", a souligné dimanche Lia Nicholson, au nom de l'alliance des petits Etats insulaires (AOSIS), dénonçant aussi le refus de grandes économies de sortir du charbon.

Les prévisions des experts climat de l'ONU (Giec), qui estiment que le seuil de +1,5°C pourrait être atteint dix ans plus tôt que prévu, autour de 2030, sont "terrifiantes", a-t-elle ajouté. "Encore plus terrifiantes pour ceux d'entre nous qui sont en premier ligne de cette crise, en subissant déjà les conséquences terribles" dans un monde qui a gagné environ 1,1°C.

<p>La Première ministre écossaise, Nicola Sturgeon (c), échange avec les défenseures de l'environnement Vanessa Nakate (d) et Greta Thunberg, à la COP26, à Glasgow, le 1er novembre 2021</p>

Toutes les promesses attendues à la COP26 seront scrutées de près notamment par les jeunes militants qui ont fait le déplacement à Glasgow malgré les obstacles liés à la pandémie.

"En tant que citoyens de cette planète, nous vous appelons à affronter l'urgence climatique", plaident dans une lettre ouverte plusieurs d'entre eux, dont la Suédoise Greta Thunberg arrivée samedi en train en Ecosse. "Pas l'année prochaine. Pas le mois prochain. Maintenant", dit cet appel qui avait recueilli lundi matin près d'un million de signatures.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.