Le Sénégalais Mbougar Sarr remporte le Goncourt, la Belge Nothomb le Renaudot

Hugues HONORE et Alexandra DEL PERAL
<p>Le romancier sénégalais Mohamed Mbougar Sarr, lauréat du Goncourt, au restaurant Drouant à Paris le 3 novembre 2021</p>

Un jeune écrivain inconnu du grand public et une star des ventes: le Sénégalais Mohamed Mbougar Sarr a remporté mercredi le Goncourt, avec "La plus secrète mémoire des hommes", et la Belge Amélie Nothomb le prix Renaudot pour "Premier sang".

Mohamed Mbougar Sarr devient le premier écrivain d'Afrique subsaharienne à être distingué par le plus prestigieux des prix littéraires français. Il est aussi, à 31 ans, un des plus jeunes lauréats.

Le président sénégalais Macky Sall s'est réjoui de cette récompense, sur Twitter, y voyant une "belle consécration qui illustre la tradition d’excellence des hommes et femmes de Lettres sénégalais".

Comme Amélie Nothomb pour le Renaudot, Mohamed Mbougar Sarr faisait figure de favori, désigné comme tel par les journalistes littéraires qu'avait interrogés la revue Livres Hebdo.

Il l'a emporté dès le premier tour, avec six voix sur les dix du jury. "Je ressens beaucoup de joie. Tout simplement", a-t-il déclaré devant la presse. "Il n’y a pas d’âge en littérature. On peut arriver très jeune, ou à 67 ans, à 30 ans, à 70 ans et pourtant être très ancien".

- "Indescriptible" -

<p>La romancière belge Amélie Nothomb pose pour la presse après s'être vue décerner le prix Renaudot pour son roman "Premier Sang", devant le restaurant Drouant à Paris le 3 novembre 2021</p>

"Avec ce jeune auteur, on est revenu aux fondamentaux du testament du Goncourt. 31 ans, quelques livres devant lui. Espérons que le Goncourt ne lui coupera pas son désir de poursuivre", a affirmé le secrétaire de l'Académie, Philippe Claudel.

D'autres voix sont allées au Français Sorj Chalandon pour "Enfant de salaud" et au Haïtien Louis-Philippe Dalembert pour "Milwaukee Blues". Aucune ne s'est portée sur Christine Angot avec "Le Voyage dans l'Est", qui avait remporté la semaine précédente le prix Médicis, ce qui compromettait ses chances.

Après une édition 2020 par visioconférence, le Goncourt était remis, comme le veut la tradition, au restaurant Drouant, dans le quartier de l'Opéra à Paris.

<p>Le romancier sénégalais Mohamed Mbougar Sarr, au restaurant Drouant à Paris le 3 novembre 2021, avec à ses côtés Philippe Claudel et Tahar Ben Jelloun , membres du jury</p>

Son président, Didier Decoin, qui n'avait pas caché son admiration pour le roman de Mohamed Mbougar Sarr, a salué un "très beau livre" et un "hymne à la littérature". "Ce que j'aime dans la littérature, c'est quand elle ouvre ses fenêtres. Je l'ai lu d'une traite", a-t-il déclaré.

Ce Goncourt était une confrontation entre deux éditeurs puissants, habitués aux récompenses, Grasset (groupe Hachette) et Flammarion (groupe Madrigall), et deux petits indépendants, novices dans ce domaine.

Mohamed Mbougar Sarr et Louis-Philippe Dalembert ont pour point commun d'être défendus par une maison qui porte le nom de celui ou celle qui l'a fondée et la dirige encore.

"Pour un éditeur de ma taille, un petit éditeur qui a moins de 20 ans d'existence, c'est un bonheur extraordinaire, c'est vraiment quelque chose d'indescriptible", s'est réjoui Philippe Rey, l'éditeur du lauréat, à l'AFPTV.

- Chèque de 10 euros -

<p>Mohamed Mbougar Sarr, Goncourt 2021, serre la main du président du jury Didier Decoin</p>

Le prix Goncourt, décerné par un jury de sept hommes et trois femmes, rapporte un chèque de 10 euros, mais il garantit des ventes en centaines de milliers d'exemplaires.

Le sacre en 2020 de "L'Anomalie", roman fantasque d'Hervé Le Tellier, avait généré en librairie un engouement jamais vu depuis "L'Amant" de Marguerite Duras en 1984, avec plus d'un million d'exemplaires vendus.

Cette année, les thèmes étaient plus graves: l'inceste chez Christine Angot, la mythomanie d'un père engagé avec les nazis chez Sorj Chalandon, le racisme et les violences policières chez Louis-Philippe Dalembert... et la difficulté de la littérature africaine à se faire reconnaître chez Mohamed Mbougar Sarr.

<p>La romancière belge Amélie Nothomb devant le restaurant Drouant à Paris, le 3 novembre 2021, après avoir reçu le Renaudot pour "Premier sang"</p>

Du côté du Renaudot, trois autres livres étaient finalistes: "La Carte postale" d'Anne Berest (Grasset), "Murnau des ténèbres" de Nicolas Chemla (Cherche-Midi) et "Le Voyant d'Etampes" d'Abel Quentin (L'Observatoire).

Amélie Nothomb l'a emporté au 2e tour, avec six voix, contre trois pour "La Carte postale" d'Anne Berest (Grasset). Son roman, "Premier sang", conte les mémoires fictives de son père décédé en 2020.

"Là vraiment j'ai envie de dire: papa, on a le prix !", s'est-elle exclamée au restaurant Drouant.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.