Narcotrafic: le Clan del Golfo, meilleur ami des mafias

Hervé BAR
<p>Photo fournie le 23 octobre 2021 par l'armée colombienne montrant des soldats escortant le chef du Clan del Golfo, Dairo Antonio Usuga, alias "Otoniel".</p>

Les réseaux du "tentaculaire" Clan del Golfo, principal cartel colombien de la cocaïne dont le chef a été capturé le 23 octobre, s'étendent à plus de 28 pays dans le monde et ont noué des alliances avec cinq mafias, estime la police colombienne.

"Nous avons des preuves que cette organisation criminelle a cinq alliances principales pour mener à bien ses exportations de cocaïne sous différentes latitudes", a expliqué le directeur de la police, le général Jorge Luis Vargas, au cours d'une conférence de presse à Bogota.

Depuis sa place forte d'Uraba (nord), sur la côte atlantique près de la frontière avec le Panama, le groupe criminel s'est notamment allié avec des mafias italiennes, des Balkans ainsi que des cartels mexicains.

<p>Photo fournie le 23 octobre 2021 par la police colombienne du chef du Clan del Golfo, Dairo Antonio Usuga, alias "Otoniel".</p>

Au Mexique, le Clan del Golfo est lié aux cartels de Sinaloa et de Jalisco nouvelle génération. En Europe, il commerce "avec les mafias calabraise et sicilienne, de même qu'avec les réseaux de narcotrafiquants des Balkans, ces derniers se chargeant de fournir les pays d'Asie et plus particulièrement du Moyen Orient", selon le général Vargas.

Narcotrafiquant le plus recherché du pays, premier producteur mondial de cocaïne, le chef du Clan del Golfo, Dairo Antonio Usuga, alias "Otoniel", a été arrêté le 23 octobre dans le nord-ouest de la Colombie, lors d'une vaste opération militaire. Les Etats-Unis avaient offert 5 millions de dollars de récompense.

Otoniel, 50 ans, est actuellement incarcéré à Bogota, dans l'attente de son extradition vers les Etats-Unis, où il est recherché depuis 2009 par la justice.

- 20 tonnes de cocaïne par mois -

Il s'agit de "l'une des plus importantes captures réalisées dans l'histoire de la lutte contre le narcotrafic", a réaffirmé le général Vargas, qui a souhaité, sans donner d'autre précision, que cette extradition se fasse "le plus vite possible".

Selon lui, "le Clan del Golfo, sous l'autorité d'Otoniel, avait la capacité de trafiquer chaque mois près de 20 tonnes de cocaïne, pour une valeur de 100 millions de pesos", environ 22 millions d'euros.

Près de 45% de cette drogue prend la direction du Panama, 33% celle du Costa Rica, sur la route des Etats-Unis, selon les chiffres donnés par M. Vargas.

<p>Le général de la policer colombienne Jorge Luis Vargas, au cours d'une conférence de presse à Bogota le 3 novembre 2021.</p>

Les narcotrafiquants utilisent les bateaux de dix compagnies internationales de transport pour exporter leur cocaïne vers l'Europe, dissimulés dans des conteneurs, de même que des embarcations rapides à destination des pays d'Amérique Centrale.

Sans surprise, en Europe, les principaux points d'entrée de la drogue sont les ports belge d'Anvers et néerlandais de Rotterdam.

Une douzaine de ports colombiens servent de points d'exportation, dont Buenaventura (ouest) sur le Pacifique, Uraba (nord), Barranquilla, Santa Marta et Carthagène sur l'Atlantique.

Le Clan del Golfo compte dans ses rangs une trentaine d'individus uniquement en charge de l'exportation et qui jouent les intermédiaires avec les autres organisations criminelles à l'étranger, étendant leurs réseaux à 28 pays, a encore précisé le patron de la police.

- Atomisation -

Depuis 2015, près de 450 tonnes de cocaïne ont été saisies et 31 dirigeants du Clan ont été capturés. Quinze sont emprisonnés aux Etats-Unis et 16 en attente de leur extradition, a-t-il rappelé.

Six autres chefs ont été "neutralisés" (tués), tandis que 3.740 membres de moindre importance de l'organisation ont été arrêtés, et 200 tués au cours d'opérations policières.

"La spécificité de cette organisation est que le coeur de son activité est le trafic de cocaïne", et qu'elle fonctionne autour des membres de la famille d'Otoniel, ce qui la différencie des cartels classiques, selon le général.

<p>Image fournie par la police colombienne de paquets de cocaïne portant les logos de différentes marques.</p>

Au total, 22 membres de la famille ont été soit capturés, soit extradés ou tués ces dernières années.

"Ce que les analystes nous disent, ce que nous avons constaté (...), c'est qu'après la capture d'Otoniel, il y aura très probablement une atomisation", a avancé le général Vargas.

Une "atomisation" entre les quatre principales zones de production du Clan dans le pays - Catatumbo, Bajo Cauca, sud de Bolivar, sud de Cordoba - et leurs chefs.

M. Vargas a également présenté une photo montrant les multiples logos apposés en guise de signature par le clan sur ses packs de cocaïne exportés: Dim, Puma, Boss, Generali... "Otoniel avait une affection particulière pour le logo Teka", a précisé le général.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.