Pêche: Paris annonce une réunion vendredi à Bruxelles à la Commission européenne

AFP

Le porte-parole du gouvernement français Gabriel Attal a annoncé mercredi qu'une réunion se tiendrait vendredi à Bruxelles à la Commission européenne, au lendemain de la visite à Paris du secrétaire d'Etat britannique chargé du Brexit David Frost pour régler le litige sur la pêche.

"Mon collègue Clément Beaune (secrétaire d'Etat aux Affaires européennes, ndlr) rencontrera M. Frost demain (jeudi) à Paris à ce sujet, et il y aura une autre réunion vendredi à la Commission européenne", a-t-il déclaré à l'issue du Conseil des ministres, répondant en anglais à la question d'une journaliste britannique.

"Je veux rappeler que c'est d'abord un sujet européen et donc la réunion à la Commission européenne sera très importante et il faudra attendre" son issue avant une éventuelle mise en oeuvre de sanctions, a-t-il ajouté.

M. Attal a rappelé que "toutes les options étaient sur la table" concernant de futures sanctions, alors qu'Emmanuel Macron a accordé dimanche aux Britanniques un sursis jusqu'à jeudi avant de mettre en place des mesures si Londres n'acceptait pas la "désescalade" proposée par Paris.

Le porte-parole du gouvernement a réaffirmé que le gouvernement français attendait de Londres qu'il "respecte" ses engagements post-Brexit, notamment "sur les licences de pêche", réfutant l'idée que l'accord signé ait été "vague" sur ce point.

L'accord post-Brexit "n'est pas comme un menu entrée-plat-dessert qui peut venir séparément", a-t-il dit de façon imagée.

Mardi, le Premier ministre britannique Boris Johnson avait indiqué que la position britannique dans ce conflit restait la même: "Vous demandez si le Royaume-Uni a changé de position sur la question de la pêche. La réponse est non", a déclaré le dirigeant conservateur lors d'une conférence de presse à la COP26.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.