Xi Jinping en piste pour cimenter son autorité en réécrivant l'histoire du PCC

Patrick BAERT
<p>Le président chinois Xi Jinping lors du Congrés national du peuple le 11 mars 2021 à Pékin</p>

A l'égal de Mao? Xi Jinping va présider la semaine prochaine une réunion du Parti communiste chinois (PCC) qui, en adoptant une résolution "historique" pour la troisième fois seulement en 100 ans d’existence, devrait encore cimenter sa stature à la tête de la Chine.

Le PCC réunit de lundi à jeudi son Comité central, le "parlement" du mouvement qui dirige la Chine d'une main de fer depuis 72 ans.

Cette réunion à huis clos de près de 400 dirigeants est la seule prévue cette année. Elle précède d'environ un an le Congrès quinquennal qui devrait voir Xi Jinping décrocher un troisième mandat à la tête du Parti -- et donc du pays.

Quatre mois après avoir célébré en costume Mao le 100e anniversaire de la fondation du Parti sur l'immense place Tiananmen à Pékin, Xi Jinping va de nouveau avoir recours à l'histoire pour accroître son influence et s'élever au même rang que ses illustres prédécesseurs.

Le "plénum" du Comité central doit débattre "d'une importante résolution sur les grandes réussites et l'expérience historique des 100 années d'accomplissements du Parti", comme l'a annoncé l'agence Chine nouvelle, sans publier le texte de la résolution.

Si elle est approuvée dès la semaine prochaine, "cela signifiera que l'autorité de Xi Jinping est incontestée", observe le politologue dissident Wu Qiang, ancien de la prestigieuse Université Tsinghua à Pékin.

- Sa "pensée" dans la constitution -

Depuis son accession au poste de secrétaire général du PCC en 2012, puis de président de la République populaire l'année suivante, il n'a cessé de centraliser le pouvoir entre ses mains.

Il est souvent qualifié de plus puissant dirigeant chinois depuis le fondateur du régime, Mao Tsé-toung (1949-76).

<p>Le président chinois Xi Jinping (C) chantant l'hymne national à Pékin le 11 mars 2021</p>

En 2018, il a fait modifier la constitution pour pouvoir rester à la tête du pays au-delà de la limite de deux mandats. Sa "pensée" a également été inscrite dans la constitution, à l'instar de celle de Mao.

Il est désormais auréolé de la "victoire" chinoise contre le coronavirus, même si des flambées sporadiques se manifestent encore dans le pays où l'épidémie s'est déclarée fin 2019.

La question est de savoir "jusqu'où il peut encore monter", résume le sinologue Carl Minzner, du centre de réflexion américain Council on Foreign Relations.

- Mao, Deng, Xi -

A cet égard, la réunion du Comité central de la semaine prochaine s'annonce cruciale: durant son siècle d'existence, le PCC n'a adopté que deux résolutions "historiques", à chaque fois à des moments-clé, rappelle le politologue Anthony Saich, de l'Université Harvard aux Etats-Unis.

La première, en 1945, avait renforcé l'autorité de Mao Tsé-toung quatre ans avant l'arrivée au pouvoir des communistes.

La deuxième, en 1981, avait donné à Deng Xiaoping, au moment où il lançait les réformes économiques, l'occasion de tourner la page du maoïsme en reconnaissant les "erreurs" du grand timonier.

Cette fois, la résolution devrait se montrer "moins critique" envers Mao, prédit M. Saich.

<p>Le président chinois Xi Jinping (c) avec le Premier ministre Li Keqiang (g) à Pékin le 30 septembre 2021</p>

D'autant que le pouvoir actuel s'éloigne des excès du libéralisme économique, s'en prenant ces derniers mois à certains secteurs comme l'immobilier et l'internet.

"On se dirige vers un retour à l'économie contrôlée, planifiée", anticipe Wu Qiang.

En faisant la synthèse du maoïsme et des réformes, la résolution devrait "montrer que Xi est l'héritier naturel de la glorieuse histoire du PCC", selon Anthony Saich.

Les experts occidentaux évaluent en général les conséquences de la politique de Mao Tsé-toung à entre 30 et 70 millions de morts mais l'ancien président reste une figure révérée dans son pays.

"Le ton et le contenu de la résolution révéleront probablement à qui Xi veut être comparé", analyse M. Minzner. "A l'égal de Mao et Deng? Ou bien de Mao seul?"

- Changements de personnes -

Le conclave devrait aussi donner lieu à des tractations en coulisses, à un an de l'entrée en fonctions d'une nouvelle équipe dirigeante lors du prochain Congrès.

Il ne fait guère de doute que Xi Jinping sera reconduit à l'automne 2022 pour un troisième mandat (du jamais vu depuis la fin de l'ère Mao), même s'il vient d'atteindre l'âge limite de 68 ans traditionnellement imposé aux dirigeants chinois.

Plusieurs d'entre eux devraient en revanche prendre leur retraite.

<p>Xi Jinping (5e g) assisant à un défilé militaire le 1er octobre 2019</p>

Le comité permanent du Bureau politique du Parti pourrait, lors du Congrès de l'an prochain, passer de sept à cinq membres, "ce qui accroîtrait encore l'autorité de Xi" au sein de ce cénacle qui détient la réalité du pouvoir, suppose Wu Qiang.

Les réunions du Comité central se déroulent loin du regard des médias étrangers et les conclusions du plénum ne devraient être dévoilées que jeudi soir après la fin des travaux.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.