Avec la reprise du Covid, retour massif du masque à l'école

Sophie LAUBIE, avec les bureaux de l'AFP
<p>Les élèves du CP au CM2 remettent le masque à partir de lundi dans 39 départements où ils l'avaient enlevé</p>

Pour le retour des vacances de la Toussaint, les élèves du CP au CM2 ont remis le masque lundi dans 39 départements métropolitains où ils l'avaient enlevé, ainsi qu'à La Réunion, une décision gouvernementale justifiée par la recrudescence de l'épidémie de Covid-19 mais qui suscite des déceptions.

"Ils ont dit qu'on n'aurait plus le masque et maintenant il est là, ça gêne", regrette Martin, élève de CE2 de l'école élémentaire Pablo-Picasso de Rennes, où les enfants l'avaient retiré le 11 octobre.

Marion, mère d'un enfant de CE2 dans la même école, se dit elle "vraiment en colère". "On les musèle et on creuse la détresse psychologique dans laquelle ils se trouvent face à cette situation", déplore-t-elle.

A Cahors dans le Lot, Florence Raynal, maman d'une fillette de 6 ans, est elle aussi remontée: "ces allers-retours me font râler. Un coup, on nous dit de l'enlever et ensuite il faut le remettre", a-t-elle insisté auprès de l'AFP.

D'autres, comme Charlie, petit garçon en classe de CM1 à Nantes, relativise. "C'est un peu dérangeant mais pas trop, vu qu'on s'est habitué pendant un an et demi. Du coup, ce n'est pas trop dérangeant de l'avoir pendant un petit moment", lance-t-il.

"C'est important d'imposer de nouveau le masque, car on ne sait jamais, l'épidémie peut repartir", prévient même Paula Pereira, 47 ans et mère au foyer, à Cahors.

Annoncé la semaine dernière par le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal, le retour du masque à la faveur de la rentrée des vacances de la Toussaint concerne "les départements où le taux d'incidence s'est malheureusement restabilisé au-dessus de 50 pour 100.000 habitants".

<p>Départements où le port du masque reste obligatoire à l'école primaire ou est rétabli, à compter du 8 novembre</p>

Sont concernés l'Ain, les Hautes-Alpes, les Ardennes, l'Aveyron, le Cher, la Corrèze, la Haute-Corse, les Côtes-d'Armor, la Creuse, la Drôme, l'Eure-et-Loir, le Gers, l'Ille-et-Vilaine, l'Indre-et-Loire, l'Isère, le Loir-et-Cher, la Haute-Loire, la Loire-Atlantique, le Lot, le Lot-et-Garonne, le Maine-et-Loire, le Morbihan, la Moselle, le Nord, l'Oise, les Pyrénées-Atlantiques, les Hautes-Pyrénées, les Pyrénées-Orientales, le Bas-Rhin, le Haut-Rhin, la Sarthe, la Savoie, la Seine-et-Marne, les Deux-Sèvres, le Tarn, le Tarn-et-Garonne, le Var, la Vendée et la Vienne en métropole, et La Réunion dans les territoires ultra-marins.

- Retour au non-brassage des élèves -

Le gouvernement avait annoncé en septembre la fin du port du masque pour les élèves du primaire dans les départements les moins touchés par l'épidémie, où le taux d'incidence était inférieur à 50 cas pour 100.000 habitants pendant cinq jours consécutifs.

Début octobre, 47 départements avaient ainsi pu l'enlever, suivis par d'autres les semaines suivantes. Au total, le port du masque à l'école avait été levé avant la Toussaint dans 79 départements.

Mais, avec ces nouvelles mesures, se couvrir le nez et la bouche est obligatoire dans les écoles de 61 départements au total: 57 départements métropolitains et quatre ultramarins (Réunion, Guadeloupe, Martinique, Guyane).

"Évidemment c'est désagréable pour tout le monde d'avoir à repartir vers quelque chose de plus rigoureux", a reconnu lundi sur Franceinfo le ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer. Mais "c'est nécessaire et donc je pense que chacun le comprend".

Si le port du masque est rétabli dès lundi, les autres mesures qu'implique le passage au niveau 2 (limitation du brassage, conditions d'organisation des cours de sport...) n'entreront en vigueur que le lundi suivant, a précisé le gouvernement.

Certains s'inquiètent aussi de ce retour au non-brassage des élèves, notamment dans la cour de récréation, qui risque d'être mal accepté.

"Quand les copains sont dans l'autre classe, c'est pas drôle", souligne Marie Gilardot, enseignante dans une petite école de trois classes dans la Vienne, syndiquée au SE-Unsa. "C'est la cour qui va leur peser encore plus" que le masque, estime-t-elle.

Pour Guislaine David, secrétaire générale du Snuipp-FSU, le premier syndicat du primaire, les "allers-retours" en matière de protocole sanitaire "risquent de créer de l'instabilité et de l'insécurité dans les écoles".

"Il va falloir faire preuve de communication et de pédagogie" avec les parents, résume Laurent Tintet, directeur d'une école élémentaire de la banlieue de Pau (Pyrénées-Atlantiques).

slb-hdu-mer-cor-asm/cb/sp

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.