Chine: le PC en conclave pour faire le "ménage" dans l'Histoire

AFP
<p>Célébration du 100e anniversaire du Parti communiste chinois à Wuhan, le 10 septembre 2021</p>

Quatre jours pour un siècle d'Histoire: le Parti communiste chinois (PCC) a entamé lundi sa plus importante réunion de l'année, qui doit inscrire dans le marbre la vision historique du président Xi Jinping.

Au pouvoir depuis neuf ans, l'homme fort de Pékin s'apprête dans un an à obtenir un troisième mandat à la tête du PCC -- renforçant encore sa stature de dirigeant le plus puissant du pays depuis le fondateur du régime communiste, Mao Tsé-toung, au pouvoir de 1949 à 1976.

Sans attendre le XXe Congrès de l'automne 2022, le PCC rassemble jusqu'à jeudi son Comité central, son "parlement" qui ne s'est pas encore réuni cette année.

Comme à l'accoutumée, ce plénum se déroule à huis clos, loin du regard des médias étrangers. Dans une brève dépêche, l'agence Chine nouvelle a simplement annoncé que le conclave avait démarré lundi matin.

A l'ordre du jour: une résolution sur l'histoire du Parti, qui a fêté en juillet dernier son centième anniversaire. Xi Jinping a "expliqué" le contenu de cette résolution devant le Comité central, selon Chine nouvelle.

"Cette résolution s'inscrit à l'évidence dans la démarche de Xi Jinping visant à prolonger sa présence à la tête du parti après le XXe congrès", observe Alice Ekman, analyste responsable de l'Asie à l'Institut d'études de sécurité de l'Union européenne (EUISS).

D'où la nécessité pour lui d'imposer sa vision du pouvoir: renforcer l'autorité du Parti afin de lui éviter le sort du régime communiste dans la défunte Union soviétique.

- Le privé remis au pas -

Xi Jinping pourrait profiter de cette résolution pour "faire le ménage dans les moments de l'histoire qu'il n'aime pas", notamment les excès des réformes économiques lancées à la fin des années 1970, suppose dans un podcast le sinologue Chris Johnson, du Center for Strategic International Studies, un centre de réflexion de Washington.

Durant son siècle d'existence, le PCC n'a adopté que deux résolutions sur l'histoire: l'une en 1945, quatre ans avant la prise du pouvoir par Mao, et l'autre en 1981, lorsque Deng Xiaoping lança les réformes qui ont fait de la Chine la deuxième puissance économique mondiale.

<p>Le président chinois Xi Jinping, le 30 septembre 2021 à Pékin</p>

Deng en avait profité pour tourner la page du maoïsme en critiquant les excès de son prédécesseur, comme l'industrialisation à marche forcée du "Grand bond en avant" et le chaos de la "Révolution culturelle".

Xi Jinping "va-t-il faire à Deng ce que Deng a fait à Mao en critiquant les excès de la politique de réformes et d'ouverture?", s'interroge Chris Johnson.

Cela s'inscrirait dans la logique de la mise au pas du secteur privé ces derniers mois, comme l'économie numérique ou l'immobilier, dont l'un des grands noms, le promoteur Evergande, est au bord de la faillite à la suite d'une nouvelle réglementation gouvernementale sur l'endettement.

"Le poids du PCC dans l'économie s'est renforcé très rapidement ces trois dernières années. Le processus de libéralisation engagé par les dirigeants précédents est fondamentalement remis en cause", observe Alice Ekman, auteur de "Rouge vif, l'idéal communiste chinois".

- "Une nuit blanche" -

Il ne fait guère de doute que Xi Jinping cherche à accroître encore son influence dans le pays, le premier frappé il y a bientôt deux ans par l'épidémie de coronavirus.

<p>Le président chinois Xi Jinping inaugure une exposition à Shanghai, le 4 novembre 2021</p>

Les médias chinois répètent à l'envi que la politique de "zéro Covid" suivie depuis par les autorités est la bonne, malgré les résurgences épidémiques constatées dans plusieurs régions.

Dans une très longue dépêche diffusée samedi, l'agence Chine nouvelle rapporte que le président a passé "une nuit blanche" en janvier 2020 juste avant d'imposer une quarantaine à Wuhan (centre), la ville à l'épicentre de l'épidémie.

"Le temps a montré que cette approche stricte était la seule option viable", écrit l'agence de presse officielle.

Pour Chine nouvelle, M. Xi est "un homme déterminé et actif, un homme de réflexion et de sentiments profonds, un homme qui a hérité d'une histoire mais n'hésite pas à innover et un homme qui a une vision d'avenir et est décidé à travailler sans répit".

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.