L'astronaute Thomas Pesquet va entamer son retour sur Terre

Lucie AUBOURG
<p>L'astronaute français Thomas Pesquet, à bord de la Station spatiale internationale, le 3 septembre 2021</p>

Après six mois en orbite, le Français Thomas Pesquet et trois autres astronautes doivent quitter la Station spatiale internationale lundi et entamer leur retour vers la Terre, à bord d'un vaisseau de SpaceX qui doit amerrir au large de la Floride.

L'astronaute de 43 ans a passé quelque 200 jours en orbite pour sa deuxième mission dans l'espace. Il était arrivé à bord de l'ISS avec ses co-équipiers le 24 avril.

"Une fierté d'avoir représenté la France une nouvelle fois dans l'espace!", a tweeté quelques heures avant le départ celui qui, par ses abondantes publications sur les réseaux sociaux, a offert à des millions de personnes un goût de la vie en apesanteur.

"La prochaine fois, la Lune?", a-t-il lancé. "Enfin, on a un retour sur Terre à assurer d'abord."

Thomas Pesquet rentre avec les autres membres de la mission Crew-2 -- le Japonais Akihiko  Hoshide et les Américains Shane Kimbrough et Megan McArthur. A bord du vaisseau de la société d'Elon Musk se trouvent aussi 240 kg de matériel et d'expériences scientifiques, sur lesquelles les quatre astronautes se sont penchés à bord de ce laboratoire volant.

Le voyage vers la Terre se fera en plusieurs étapes:

La capsule Dragon doit se détacher de la Station spatiale internationale à 19H05 GMT.

Elle entamera alors un voyage de plusieurs heures, qui commencera par une manoeuvre inhabituelle: elle fera le tour de la Station spatiale afin de la photographier, apportant ainsi de précieuses informations aux équipes de la Nasa sur ses équipements extérieurs.

Le vaisseau effectuera ensuite une descente vertigineuse, freiné par son entrée dans l'atmosphère puis par d'immenses parachutes, avant d'amerrir au large de la Floride, a priori à 03H33 GMT mardi, soit à l'aube en France.

- Premier amerrissage -

L'amerrissage, qui promet d'intenses secousses, est une première pour l'astronaute français. Lors de sa précédente mission en 2016-2017, il avait atterri dans les steppes kazakhes avec un Soyouz russe.

Une fois que la capsule aura "tapé" la surface de la mer ("splashdown" en anglais), elle flottera, et l'équipage sera récupéré au plus vite par des navires positionnés à proximité.

Un hélicoptère ramènera les astronautes sur la terre ferme, d'où ils prendront un avion pour le centre spatial de la Nasa à Houston, au Texas. Thomas Pesquet y subira de rapides tests médicaux avant de s'envoler pour Cologne, en Allemagne, où se trouve le Centre européen des astronautes.

<p>Infographie présentant les astronautes de la mission Crew-3 en route pour la Station Spatiale Internationale</p>

Durant trois semaines, il sera alors soumis à une batterie de tests scientifiques, destinés à observer l'effet d'un séjour long en orbite sur le corps humain. Cela ne l'empêchera pas de voir ses proches.

Puis l'astronaute prendra enfin un peu de vacances.

Crew-2 est la deuxième mission régulière assurée par SpaceX pour le compte de la Nasa. Elle a permis à l'agence spatiale de reprendre les vols depuis le sol américain, après l'arrêt des navettes spatiales en 2011.

Son équipage rentre sur Terre avant l'arrivée à bord de l'ISS de leurs remplaçants, quatre astronautes de Crew-3, dont le décollage à bord d'une fusée Falcon 9 de SpaceX a été plusieurs fois retardé, notamment à cause de la météo.

Il aura finalement lieu mercredi à 21H03 heure locale (02H03 GMT jeudi) depuis le centre spatial Kennedy en Floride.

Dans l'intervalle, la Station spatiale ne sera pas inhabitée: deux russes et un Américain restent en effet à bord.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.