Covid et réformes: Macron de retour face aux Français

Jérôme RIVET, Laurence BENHAMOU
<p>Allocution télévisée du président Emmanuel Macron, le 12 juillet 2021 à Paris</p>

Pour la 9e fois depuis le début de la crise du Covid, Emmanuel Macron s'adresse solennellement aux Français mardi à 20H00 pour promouvoir le rappel vaccinal face au rebond de l'épidémie et évoquer les priorités de la fin du quinquennat.

L'allocution sera précédée mardi matin par un Conseil de défense sanitaire destiné à trancher sur le sujet le plus urgent: comment pousser les Français actuellement éligibles à une 3e dose - plus de 65 ans, soignants, obèses, victimes de comorbidités - à franchir le pas.

Le Premier ministre Jean Castex, qui a déjeuné avec le chef de l'Etat lundi et qui sera en déplacement à Colombey-Les-Deux-Eglises pour les cérémonies du 51e anniversaire de la mort du général de Gaulle, sera représenté par son directeur de cabinet Nicolas Revel.

Alors que le nombre de cas quotidien remonte, l'exécutif espère, via le rappel vaccinal, éviter une nouvelle vague, d'autant plus redoutée qu'un variant plus contagieux se répand au Royaume-Uni. Et seules 3,4 millions des 7,7 millions de personnes éligibles se sont fait revacciner.

La piste la plus évoquée, celle de conditionner la dose de rappel au maintien du pass sanitaire, "est sur la table", a indiqué vendredi le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal.

Plusieurs scenarios sont envisagés: parmi ceux-ci, l'exécutif pourrait annoncer cette conditionnalité pour les personnes à risques et attendre l’avis de la Haute autorité de santé et du Conseil scientifique pour l'étendre éventuellement à d'autres populations.

Mais lier le pass sanitaire à la troisième dose est loin de faire l’unanimité: l’Académie de médecine s’est prononcée contre, invoquant un problème possible d'acceptabilité face à un pass sanitaire controversé. Une option pourrait être de donner un délai d'un mois pour avoir un rappel avant que le pass ne soit désactivé, selon une source gouvernementale.

Une large majorité des personnes âgées déjà vaccinées sont plutôt impatientes de faire le rappel, estime la même source.

Autre obstacle, lier une 3e dose au maintien du pass sanitaire soulèverait un problème technique et éthique, car le pass sanitaire "reconnaît votre âge, mais pas votre diabète", relève la même source.

Le chef de l'Etat pourrait aussi choisir de recommander le rappel pour tous, comme vient de l'annoncer l'Italie.

La majorité cherche cependant à ne pas rallumer de polémiques sur ce sujet sensible, une semaine après le débat houleux au Parlement sur l'extension possible du pass sanitaire jusqu’au 31 juillet 2022.

Emmanuel Macron devrait aussi insister sur la campagne de vaccination pour la grippe et la prévention de la bronchiolite afin d'éviter l'engorgement des hôpitaux, selon une source gouvernementale.

<p>Le Premier ministre Jean Castex visite l'unité de soins intensifs de l'hôpital de Montpellier, le 5 novembre 2021</p>

Le rebond épidémique a déjà eu une première conséquence: le retour lundi du masque pour les élèves des écoles de 39 départements métropolitains et de la Réunion.

Marine Le Pen a accusé lundi le gouvernement de "faire des promesses qui ne se sont pas révélées exactes". "On nous avait dit: si tout le monde se vaccine, on sera tranquille. Tout le monde s'est vacciné, peu ou prou, et on voit bien" que ce n'est pas le cas, a-t-elle dénoncé.

- Réformes en suspens? -

Politiquement, cette allocution solennelle, sans questions, devrait permettre au chef de l'Etat de reprendre l'initiative à cinq mois du premier tour de la présidentielle.

Il intervient le jour où ses rivaux potentiels se succèdent à Colombey-les-deux-Eglises pour un hommage à Charles de Gaulle.

Emmanuel Macron entend d'ailleurs parler de ses projets, comme lors de son adresse télévisée du 12 juillet, qui avait été consacrée à parts égales à la crise sanitaire et aux grands chantiers post-Covid.

<p>Graphique montrant l'évolution des hospitalisations et des personnes en soins critiques en France, au 8 novembre</p>

Il devrait évoquer les réformes, comme celle de l'assurance-chômage, ou celle des retraites qui reste en suspens. Le 12 juillet, Emmanuel Macron avait lié cette réforme à une sortie de la crise sanitaire, que le rebond épidémique éloigne.

"Tout ça est organisé pour l'après-élection", a affirmé dimanche Arnaud Montebourg, candidat à la présidentielle en prédisant qu'Emmanuel Macron allait "dissimuler" cette "réforme impossible", qu'il fera "sans vous le dire" s'il est réélu.

Vantant son bilan, Emmanuel Macron pourrait enfin évoquer ses initiatives à l'international, comme ce "Forum de Paris pour la paix" qu'il réunit en fin de semaine en présence de la secrétaire d'Etat Kamala Harris, ainsi que ses projets pour la présidence françaises de l'Union européenne, sans oublier l’environnement, en pleine COP26.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.