Macron met la pression pour le rappel vaccinal et exclut une réforme des retraites avant 2022

Jérôme RIVET, Laurence BENHAMOU
<p>Le président Emmanuel Macron lors de son allocution du 9 novembre 2021 à Paris</p>

Face au rebond épidémique, Emmanuel Macron a mis la pression sur les seniors pour qu'ils se fassent injecter une dose de rappel, sous peine de perdre leur pass sanitaire.

Dans une allocution "cavalcade" de près d'une demi-heure, il a aussi parlé des priorités des cinq derniers mois de son quinquennat, en écartant toute réforme des retraites avant 2022.

A partir du 15 décembre, a-t-il annoncé, les plus de 65 ans devront avoir une dose de rappel pour garder leur pass sanitaire. De plus, la campagne de rappel sera ouverte aux 50-64 ans dès le début décembre.

<p>Graphique montrant l'évolution des hospitalisations et des personnes en soins critiques en France, au 9 novembre</p>

"La hausse de 40% en une semaine du taux d'incidence est un signal d'alerte", a insisté le chef de l'Etat, en lançant aussi un appel aux non-vaccinés à se faire injecter le sérum. "C'est grâce au rappel que nous pourrons continuer de vivre", a-t-il ajouté, alors que des études montrent une baisse de l'efficacité vaccinale au bout de quelques mois.

Actuellement, plus de 80% des patients hospitalisés en soins critiques ont plus de 50 ans mais seules 3,4 millions des 7,7 millions de personnes éligibles (plus de 65 ans, victimes de comorbidités, soignants...) ont été revaccinées. Il a aussi indiqué que le port du masque à l'école serait pour l'instant maintenu.

<p>Une personne présente son pass sanitaire à la gare de Lyon, à Paris, le 9 août 2021</p>

Passant aux mesures économiques et sociales, il a déclaré que "les conditions ne sont pas réunies" pour relancer le chantier de la réforme des retraites, qu'il a repoussé à 2022, autrement dit vraisemblablement à un autre quinquennat. Il a cité à ce titre "la situation sanitaire qui est en train de se dégrader partout en Europe, le souhait unanime exprimé par les organisations syndicales et professionnelles de concentrer les efforts sur la reprise et le besoin de concorde en ce moment que vit notre nation".

Mais il s'est dit toujours attaché au principe d'une telle réforme, en souhaitant en particulier une hausse de l'âge de départ et la suppression des régimes spéciaux, qui devront faire selon lui l'objet de débats, une allusion sans la citer à la future campagne présidentielle.

"Dès 2022, il faudra pour préserver les pensions de nos retraités et la solidarité entre nos générations, prendre des décisions claires" qui sont selon lui "repousser l'âge légal", "supprimer les régimes spéciaux en harmonisant les règles entre public et privé et en faisant en sorte qu'au terme d'une carrière complète, aucune pension ne puisse être inférieure à 1000 euros". Mais aussi en "encourageant le travail au-delà de l'âge légal".

- "Viser le plein emploi" -

Autre sujet, les emplois non pourvus, l'un de ses chevaux de bataille. "Il faut viser le plein emploi", a-t-il dit après s'être félicité de la baisse du chômage. "Il faut faire en sorte que toutes les offres d'emplois soient pourvues", a-t-il ajouté, martelant que "les demandeurs d'emplois qui ne démontrent pas de recherche active verront leurs allocations suspendues", en un rappel appuyé à des règles déjà existantes. "Le taux de chômage des jeunes est au plus bas", a-t-il aussi souligné, dans un hommage à la valeur travail.

<p>Vue générale du chantier de construction de la centrale nucléaire de type EPR à Flamanville, dans la Manche, le 16 novembre 2016</p>

Il a aussi abordé le volet énergie, avec l'annonce très attendue de la construction de nouveaux réacteurs nucléaires, deux semaines après le rapport du gestionnaire du réseau électrique RTE qui recommande la construction de réacteurs type EPR.

"Nous allons, pour la première fois depuis des décennies, relancer la construction de réacteurs nucléaires dans notre pays et continuer de développer les énergies renouvelables", a-t-il dit sans autre détail, estimant que le nucléaire mais aussi le développement des énergies renouvelables seront indispensables pour atteindre la neutralité carbone en 2050.

"N'ayons pas peur, croyons en nous!", a-t-il conclu, en appelant les Français à "résister" aux "obscurantismes" et au "retour du nationalisme" à cinq mois de la présidentielle.

Parmi les premiers responsables à réagir, Marine Le Pen (RN) a jugé que "la troisième dose n’aura donc été qu’une excuse pour faire un discours de campagne dont presque toutes les déclarations sont éminemment contestables. Chômage, insécurité, pouvoir d’achat… Le monde parallèle d’E. Macron est loin des réalités que vivent les Français !", a-t-elle tweeté.

"Emmanuel Macron parle d'angoisse et dit qu'il faut avoir confiance en nous-mêmes mais c'est lui qui accroît les angoisses en s'en prenant aux droits des chômeurs et en disant qu'il va falloir travailler plus longtemps", a dénoncé Jean-Luc Mélenchon (LFI). Tandis que pour Olivier Faure (PS), "il manquait juste la dernière phrase: "c’est la raison pour laquelle je suis à nouveau candidat à la présidence de la République".

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.