L'ONU affirme que l'Ethiopie retient 72 chauffeurs du PAM dans le nord en guerre

Robbie COREY-BOULET
<p>Une distribution de sacs de farine par le PAM à Debark, à 90 km de Gondar, dans le nord de l'Ethiopie, le 15 septembre 2021</p>

L'ONU a affirmé mercredi que l'Ethiopie retenait 72 chauffeurs du Programme alimentaire mondial (PAM) dans une ville du nord du pays située sur la seule route permettant l'acheminement d'aide humanitaire au Tigré, région ravagée par la guerre et la famine.

Ces détentions interviennent au lendemain de l'annonce d'arrestations d'employés éthiopiens de l'ONU, en pleine intensification des efforts diplomatiques pour mettre fin au conflit qui oppose depuis un an rebelles tigréens et forces pro-gouvernementales.

"Nous confirmons que 72 chauffeurs contractuels engagés par le PAM sont détenus à Semera. Nous sommes en contact avec le gouvernement éthiopien afin de comprendre les raisons de leur détention", a affirmé un porte-parole de l'ONU.

La veille, 22 employés éthiopiens de l'ONU ont été arrêtés après un coup de filet ciblant des Tigréens dans la capitale Addis Abeba.

Plusieurs d'entre eux ont été libérés mais au moins neuf restaient en détention mercredi soir, selon le porte-parole de l'organisation à New York, Stéphane Dujarric.

<p>Des soldats éthiopiens lors d'une cérémonie d'hommage aux victimes du conflit au Tigré organisée par la municipalité d'Addis Abeba le 3 novembre 2021</p>

Ces arrestations font suite à l'état d'urgence décrété la semaine dernière par le gouvernement du Premier ministre Abiy Ahmed, alors que les combattants rebelles ont menacé de marcher sur la capitale.

Selon des avocats, des milliers de Tigréens sont détenus de manière arbitraire depuis l'annonce de ces mesures, qui permettent aux autorités de détenir sans mandat toute personne soupçonnée de soutenir des "groupes terroristes".

Aucune information sur l'origine ethnique des chauffeurs détenus à Semera n'était disponible, mais l'ONU a par le passé engagé des Tigréens pour transporter de l'aide vers la région, où plusieurs centaines de milliers de personnes souffrent de la faim.

Seule 15% de l'aide nécessaire a pu parvenir au Tigré, via Semera, selon l'ONU.

- "Siège" -

<p>Retour sur un an de conflit dans la région éthiopienne dissidente du Tigré (nord), qui s'est étendu aux régions voisines de l'Afar et de l'Amhara</p>

La guerre a débuté le 4 novembre 2020 quand le Premier ministre Abiy Ahmed a envoyé l'armée au Tigré pour destituer les autorités régionales issues du Front de libération du peuple du Tigré (TPLF), qu'il accusait d'avoir attaqué des bases militaires.

Le prix Nobel de la paix 2019 a rapidement déclaré victoire mais les combattants du TPLF ont repris en juin l'essentiel du Tigré, puis avancé dans les régions voisines de l'Amhara et de l'Afar, où se trouve Semera.

Le TPLF, et ses alliés de l'Armée de libération oromo (OLA), affirment désormais se trouver à environ 300 kilomètres au nord d'Addis Abeba, après s'être emparés de villes-clés en Amhara.

La guerre, qui a fait des milliers de morts et déplacé plus de deux millions de personnes, est jalonnée d'exactions perpétrées par les deux camps.

Mercredi, Human Rights Watch (HRW) a affirmé dans un rapport que le "siège effectif" mené par le gouvernement sur le Tigré empêchait les femmes victimes de viols d'accéder à des soins médicaux.

S'appuyant sur des témoignages de victimes âgées de six à 80 ans, HRW accuse les belligérants de violences sexuelles généralisées et d'avoir délibérément ciblé des structures médicales.

- "Actes ignobles" -

Amnesty International a également publié mercredi une enquête affirmant que des combattants tigréens avaient violé, battu et volé des femmes en août dans la localité de Nifas Mewcha, en Amhara.

Ces "actes ignobles (...) constituent des crimes de guerre et potentiellement des crimes contre l'humanité", estime la secrétaire générale d'Amnesty, Agnès Callamard.

Le TPLF a dénoncé "les conclusions radicales" de cette enquête, menée à ses yeux selon une "méthodologie erronée" via des entretiens vidéo à distance. Si ces faits sont avérés, "le gouvernement du Tigré traduira les auteurs en justice", ajoute l'organisation dans un communiqué.

Le gouvernement éthiopien a, lui, estimé que ces actes devaient "être condamnés par tous", évoquant "beaucoup d'autres actes inhumains commis dans les territoires" contrôlés par le TPLF.

<p>Des déplacées du conflit au Tigré hébergées dans une école de Dessie, en territoire amhara, le 24 août 2021</p>

Les efforts diplomatiques, menés notamment par l'Union africaine (UA) avec le soutien de l'ONU et des Etats-Unis, se sont intensifiés ces derniers jours pour tenter d'obtenir un cessez-le-feu.

Lundi, l'envoyé spécial de l'UA, Olusegun Obasanjo, a évoqué une "fenêtre" à exploiter, au lendemain d'une visite dans la capitale tigréenne. Les Etats-Unis et l'ONU ont affirmé leur appui à l'ex-président nigérian.

Washington a indiqué mercredi avoir "bon espoir" de voir les efforts de l'UA aboutir.

"Il y a une opportunité, j'espère, pour que chacun fasse marche arrière, s'assoie à la même table pour stopper ce qui se passe sur le terrain et, in fine, parvienne à un cessez-le-feu", a déclaré le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken, qui s'est entretenu au téléphone avec M. Obasanjo et a apporté son "soutien" à sa médiation.

Le porte-parole du TPLF, Getachew Reda, avait déclaré auparavant sur Twitter que "la plupart des +initiatives de paix+" visaient "principalement à sauver Abiy".

amu-txw-rcb-sva/sba/fff/iba

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.