Foot/Agression de Kheira Hamraoui: Aminata Diallo conteste les accusations

AFP
<p>Les milieux de terrain françaises Kheira Hamraoui (gauche) et Aminata Diallo (droite), prises en photo séparèment, la première à Paris le 20 septembre 2016, la seconde à Columbus (Etats-Unis), le 1er mars 2018</p>

La joueuse du Paris SG Aminata Diallo "conteste formellement les accusations", dont elle a fait l'objet après l'agression dont sa coéquipière Kheira Hamraoui a été victime la semaine dernière, a indiqué vendredi son avocat à l'AFP.

"Aminata Diallo a appris avec stupéfaction qu'elle est soupçonnée d'être liée à l'agression dont elle et sa coéquipière Kheira Hamraoui ont été victimes le 4 novembre dernier. Elle conteste formellement ces accusations", indique l'avocat dans un communiqué transmis à l'AFP.

"Aminata Diallo déplore la mise en scène parfaitement artificielle d'une rivalité entre elle et Kheira Hamraoui qui justifierait qu'elle s'en soit prise à sa coéquipière. Cette théorie ne correspond en rien à la véritable nature de leur relation", poursuit Me Mourad Battikh, balayant l'hypothèse d'un guet-apens orchestré par sa cliente afin de profiter d'une blessure d'Hamraoui qui évolue au même poste qu'elle.

Kheira Hamraoui, internationale française de 31 ans, a subi une agression dans la soirée du 4 novembre en rentrant avec Aminata Diallo d'un dîner organisé par leur club.

La joueuse a été "rouée de coups sur les jambes avec une barre de fer" par deux hommes qui ont pris ensuite la fuite, selon la procureure de Versailles.

Son équipière Aminata Diallo, témoin de la scène, a été interpellée mercredi puis placée en garde à vue, avant d'être relâchée jeudi soir sans qu'aucune charge ne soit retenue contre elle.

- "Pistes bien plus sérieuses" -

"D'autres pistes bien plus sérieuses sont à ce jour envisagées par les enquêteurs n'impliquant nullement ma cliente", affirme son avocat.

"Aminata Diallo regrette l'emballement médiatique qui l'a d'ores et déjà condamnée, sans fondement, et elle rappelle qu'elle n'hésitera pas à défendre ses droits en justice si nécessaire contre toute diffamation", poursuit-il.

<p>Aminata Diallo, sous le maillot des Utah Royals FC à l'échauffement avant un match de Coupe de la Ligue américaine à Herriman, dans l'Utah, le 17 juillet 2020</p>

Diallo, elle aussi internationale française âgée de 26 ans, avait répondu sans avocat aux enquêteurs de la brigade de répression du banditisme de la police judiciaire de Versailles.

"Elle a pleinement coopéré en facilitant le travail des enquêteurs et est ressortie libre", rappelle son avocat.

Joint au téléphone par l'AFP, Me Mourad Battikh a expliqué que sa cliente "était profondément heurtée par l'emballement médiatique autour de cette affaire".

Cette affaire a aussi un impact sur le Paris SG qui doit disputer dimanche (21h00) le match au sommet du Championnat de France féminin contre son grand rival à Lyon.

Le club parisien a demandé le report du match et "attend la réponse de la Fédération française" de football (FFF), organisatrice de l'épreuve, a-t-on appris de source interne au club.

- Mises au repos -

Sollicitée par l'AFP, la FFF n'avait pas réagi en milieu d'après-midi.

Les deux joueuses du PSG concernées par le guet-apens ne se sont pas entraînées vendredi, a-t-on appris auprès du club.

Mises au repos, les deux milieux de terrain devaient rencontrer dans la journée Ulrich Ramé, le manager de la section féminine.

Vendredi matin, la séance d'entraînement s'est déroulée à huis clos au centre d'entraînement de Bougival, dans les Yvelines, où un dispositif de sécurité avait été mis en place.

De son côté, un ami des deux joueuses, également interrogé dans le cadre de l'enquête, a assuré qu'il n'avait "absolument rien à voir avec cette agression": "Il a expliqué qu'il connaissait effectivement les deux joueuses, et qu'il avait eu des contacts téléphoniques avec elles dans le passé, mais sans aucun rapport avec cette affaire", a indiqué à l'AFP son avocat Frédéric Lalliard.

Les enquêteurs sont remontés jusqu'à cet homme âgé de 34 ans en découvrant des communications émises par un téléphone localisé à proximité de la maison d'arrêt de Lyon-Corbas, où cet homme est placé en détention provisoire depuis plus de neuf mois dans une affaire d'extorsion et de séquestration.

"Il fréquente le milieu du foot depuis longtemps, il connaît plusieurs joueurs et joueuses, certains échanges avec les joueuses parisiennes remontaient à plus de six mois", confirme Me Lalliard.

jta-ag-rs-ama-eba-jr/gf/av

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.